Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


L’irrésistible déchéance de Robert Ménard, par Maxime Vivas

Comment peut-on avoir été un défenseur de la liberté d’expression, celle des journalistes en particulier, et écrire des livres comme Vive Le Pen ! et Vive l’Algérie française ! ?

Cela dépasse l’entendement, mais n’a pas empêché Maxime Vivas de continuer à travailler sur le cas Ménard, sur les agissements d’un homme qui n’est malheureusement pas une exception française et qui nous amène à nous demander si on en finira un jour avec la peste brune, avec les remugles et les régurgitations pétainistes, royalistes, primairement anticommunistes, et tellement décomplexés.

Même Sarkozy, c’est tout dire, se méfiait de Ménard à qui il n’accorda la Légion d’honneur que du bout des doigts et en se pinçant le nez. Cette breloque avait été demandée par un ancien responsable des étudiants communistes, Bernard Kouchner pour ne pas le nommer, souvent présent quand un coup foireux se prépare. Quand on pense que Kouchner a accordé cette faveur à un individu qui « admire toujours » les militants de l’OAS de son enfance oranaise !

Déjà auteur de La face cachée de Reporters sans frontières. De la CIA aux Faucons du Pentagone (2007), Maxime Vivas observe le problème Ménard par le bon bout de la lorgnette : comment se fait-il que la corporation des journalistes, pourtant suffisamment conscientisée, ait pu laisser se développer en son sein un tel expert en manœuvres aussi basses et dangereuses. Comment a-t-elle pu permettre à ce « coucou de pondre en son nid » un tel œuf ? Comment un homme de médias aussi sulfureux a-t-il pu paraître sur les plateau de télé encore plus souvent que Roselyne Bachelot ?

Lorsque l’on observe le parcours de cet individu, on est tenté de le croire incapable de décentrement : il faillit entrer au séminaire (sa mère s’y opposa), puis il fut anarchiste, trotskiste, socialiste, sarkoziste. Mais il y a les faits. À 20 ans, en pleine période de grèves lycéennes, au Lycée Jean-Moulin (sic) de Béziers, il donne des cours à quelques élèves pour qu’ils assurent leur cursus. Il ne tombe pas du côté d’où il penche. Il vient de l’extrême droite la plus âcre et la plus revancharde.

Il fait l’apologie de la torture, ce qui est interdit en France et par l’ONU (même si ses amis Étasuniens la pratiquent massivement), avec un argument à la Sarkozy : « moi, si ma fille était … et bien le type qui … je peux vous dire que… ». Il souhaite le rétablissement de la peine de mort. Il est contre la parité. Il soutient les militants pro-vie. Il est contre la modernisation de l’Église. Contre les syndicats.

Mais il est pour le régime quatarien, tellement démocratique, surtout quand il le stipendie ; il est pour l’encore plus démocratique Géorgie. Il est pour qu’on fiche la paix à Faurisson. Il est pour la censure lorsque ses propres manigances sont ou risque d’être dénoncées. Et, surtout, il est pour les Ricains, pour la CIA. Il lui faut deux ans pour dénoncer le bagne de Guantanamo (peut-être qu’en France il aurait rejoint la Résistance en 1947).

Comme il y a tout de même une justice, Ménard est désormais tricard à peu près partout. Au Quatar, mais surtout à l’Unesco, à l’ONU, à l’Union internationale des télécommunications. Et puis aussi dans diverses stations de radio et de télévision où il a sévi.

Ménard n’est pas un opportuniste. C’est désormais un idiot utile. L’idiot de l’alliance, à Béziers et ailleurs, du Front national et de la droite traditionnelle. Pour « accéder aux manettes », explique Maxime Vivas, le FN a besoin d’alliés, de poids mouche qui testeront « la solidité du ponton qui enjambe la rivière qui sépare la droite du Front national. Dans leurs veines coule un même fiel. »

Tout est dit.

Bernard Gensane

PS : Quand l’affiche avec Christine Okrent sévissait, PLPL ou Le Plan B l’avait publiée avec ce commentaire : "Heureusement, aucun organe vital n’a été touché !"

http://bernard-gensane.over-blog.com

Maxime Vivas. L’irrésistible déchéance de Robert Ménard ; candidat du Front national. Paris : Les Éditions Arcane 17, 2013. http://www.editions-arcane17.net

URL de cet article 22022
   
Même Auteur
Éric Dupont-Moretti : "Condamné à plaider"
Bernard GENSANE
Il a un physique de videur de boîte de nuit. Un visage triste. De mains trop fines pour un corps de déménageur. Il est toujours mal rasé. Il sera bientôt chauve. Parce que ce ch’ti d’origine italienne est profondément humain, il est une des figures les plus attachantes du barreau français. Il ne cache pas sa tendance à la déprime. Il rame, il souffre. Comme les comédiens de boulevard en tournée, des villes de France il ne connaît que les hôtels et ses lieux de travail. Il a décidé de devenir avocat le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.