Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais

C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains.

Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris.

Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie suffisamment de pépites d’or pour que les habitants vivent sans souci matériel, mais pas assez pour qu’ils aient la tentation de se lancer dans la guerre quotidienne imposée par les Marchés.

Paris sent mauvais et ses habitants sont frappés par une épidémie d’otites : un passant sur deux marche en se tenant l’oreille. Ils parlent tout seuls, leur phrase favorite étant : « T’es ou ? ».

Le taux de mortalité chez les usagers du métro est effrayant, si on en juge par la tête des voyageurs qui « viennent tous de perdre un être cher. » Dans de nombreuses rues, « des voyous ont défiguré des façades et des portes cochères avec des graffitis incompréhensibles, mélange de sanscrit, d’écriture arabe et cyrillique avec une once de hiéroglyphes. Ces voyous sont peut-être les mêmes qui parlent à l’envers parce qu’ils portent leur casquette à l’envers.

Le fleuve qui traverse la ville est un immense cloaque à ciel ouvert que le narrateur verrait bien entièrement recouvert.

Le Huron est atterré par les notices explicatives traduites du japonais par ordinateur (« remarkes générals : ce appareille a étai concevu pour fonctionnaliser en position horizontaux ») et par la déréalisation totale des rapports humains dans une ère qui se veut de communication (« si vous possédez un Toshni B 60 référencé RTM/C 14-78-21 W XHP/03, tapez 1 »).

La pratique des réseaux sociaux tend à faire croire que nous existons pour l’autre en temps réel, alors que nous ne sommes que des adorateurs passifs de « la Déesse L secondée par Aude Ébit ».

Le Huron de Motapa est sidéré par la pratique des grands sports collectifs, dont l’objectif est de « réunir le maximum de supporters (divisés en deux camps qui se haïssent) et provoquer le bruyant enthousiasme de l’un en administrant à l’adversaire une sévère correction dont il sortira humilié. »

Mine de rien, ce (trop) court livre est une dénonciation magistrale par l’absurde du modernisme effréné de notre - ne disons pas civilisation - organisation.

Bernard GENSANE

Maxime Vivas. Paris terre d’asile. Paris : Le léopard Démasqué, 2012.

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 17146
   
Même Auteur
Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.