Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La crise climatique s’installe

Deux articles du Guardian se complètent pour nous informer que la crise climatique poursuit son expansion et s’installe d’une façon structurelle. Les efforts faits pour la contrecarrer sont restés sans effets notables, et les négociations (actuellement en cours à Bonn) pour tenter d’arriver à un accord de réduction des émissions de CO2 sont toujours dans l’impasse avec aucune possibilité de déblocage avant 2015, – et aucune certitude qu’un tel déblocage aura lieu. La polémique dite Climategate, portant sur différentes facettes de la question de l’émission de CO2 et d’une façon générale sur la contestation de la part de responsabilité humaine, s’est tarie sinon quasiment éteinte, disons faute de combattants et d’intérêt puisque la cause est entendue...

La question de la crise climatique est d’ailleurs passée au second plan de nos préoccupations. La phase actuelle de la bataille contre la crise climatique, commencée en octobre 2006, a débouché sur un échec complet. Le Système poursuit son expansion dans sa branche économique et industrielle, avec à mesure les dévastations diverses de l’environnement qu’on connaît ; ce constat domine tous les autres et relativise d’autant les différents aspects de la polémique, laquelle peut aussi bien être renvoyée au domaine de l’inconnaissance.

Les deux articles signalent autant des événements scientifiques ou bureaucratiques, que des événements symboliques pour situer la situation de la crise. Le premier, du 29 avril 2013, signale effectivement que la concentration de CO2 dans l’air a atteint ou est sur le point d’atteindre le niveau de 400 ppm, qui renvoie pour son équivalence à une époque d’il y a 3,5-5 millions d’années.

« La concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a atteint 399,72 parties par million (ppm) et passera probablement pour la première fois le seuil symbolique de 400 ppm dans les jours qui viennent. On ne pense pas que les concentrations de CO2 enregistrées par le laboratoire de recherche des systèmes terrestres du gouvernement étatsunien d’Hawaï atteindront leur record de 2013 avant la mi-mai, mais elles s’élevaient en moyenne à 399,72 ppm par jour le 25 avril. La moyenne par semaine était de 398,5 lundi dernier.

 » Des pics horaires à plus de 400 ppm ont été enregistrés six fois au cours de la semaine dernière, parfois même par des observatoires de l’extrême Arctique. Mais la station Mauna Loa, qui est située à 3 400 mètres de hauteur dans l’océan Pacifique très loin de toutes les sources de pollution, effectue des relevés depuis 50 ans et est considérée comme la référence dans le domaine. "Je préfèrerais me tromper mais on dirait que le monde va franchir la barre des 400 ppm sans ralentir le tempo. A cette allure, nous auront atteint le niveau de 450 ppm dans quelques décennies" a dit Ralph Keeling, un géologue de l’Institution d’océanographie Scripps qui a la charge de l’observatoire hawaïen. [...]

 »La concentration de CO2 dans l’atmosphère augmente sans arrêt depuis 200 ans ; elle était environ de 280 ppm au début de la révolution industrielle et de 316 ppm en 1958 quand l’observatoire de Mauna Loa a commencé ses relevés. L’augmentation de la consommation mondiale des énergies fossiles est la principale cause de cette augmentation. [...] Pour retrouver des taux aussi élevés de CO2 dans l’atmosphère, il faut sans doute remonter à l’ère Pliocène, à entre 3,2 et 5 millions d’années, quand le climat de la terre était beaucoup plus chaud qu’aujourd’hui. »

• Au niveau des mesures à prendre, l’Agence Européenne de l’Environnement se signale par des avertissements pour développer des défenses contre des événements climatiques inattendus et violents. Cette démarche montre que la politique officielle évolue de plus en plus selon le constat de l’inéluctabilité de la crise climatique, par conséquent pour trouver des défenses contre les effets de cette crise. On voit ainsi que l’état d’esprit bureaucratique (notamment de la bureaucratie européenne, la plus active dans la lutte contre la crise climatique) se définit par l’abandon de toute véritable possibilité de freiner de façon importante, et encore moins d’arrêter l’évolution de cette crise. L’article est également du 29 avril 2013.

« Les villes européennes vont peut-être devoir construire des digues comme celle de la Tamise qui protège Londres des inondations maritimes, à mesure que le changement climatique s’accentue et que se précise la menace de tempêtes, d’inondations, pluies diluviennes et hausse du niveau des mers beaucoup plus destructrices, prévient le chien de garde européen de l’environnement. Les effets du changement climatique seront si importants sur l’ensemble de la planète que les vignerons devront sans doute planter de nouvelles variétés de raisin, les fermiers de nouvelles céréales et les fournisseurs d’eau envisagent de mettre en place des technologies comme la désalinisation de l’eau pour faire face aux conséquences probables de conditions météorologiques plus extrêmes. Les bâtiments et les infrastructures comme les réseaux de transports, d’énergie et de communication devront aussi être modifiés.

 »L’agence européenne de l’environnement donne l’alerte dans un rapport intitulé L’Adaptation en Europe. Ce rapport indique que la moitié des 32 états-membres de l’Espace Economique Européen (EEE) ne sont absolument pas préparés à faire face aux conséquences du réchauffement climatique, bien que certains aient commencé à prendre des mesures. Selon Jacqueline McGlade, directrice de l’EEE, : "Quand on parle d’Adaptation, on parle de nouvelles manières de penser et d’affronter les risques et les dangers imprévus, les incertitudes et la complexité. Il faudra que les Européens coopèrent, échangent leurs connaissances, et investissent sur le long terme dans les transformations nécessaires pour sauvegarder notre qualité de vie face au changement climatique." »

Pour consulter l’original : http://www.dedefensa.org/article-la_crise_climatique_s_installe_03_05_2013.html

Traduction des parties en Anglais : Dominique Muselet

»» http://www.dedefensa.org/article-la_crise_climatique_s_installe_03_05_2013.html
URL de cet article 20466
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

URGENT : Il reste quelques places à prendre pour faire partir un deuxième bus.
Si vous ne pouvez pas participer, vous pouvez aider à financer une place pour quelqu’un. VOIR ICI https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jglqu3rm

Même Thème
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Tout le savoir-faire de la politique conservatrice du 20ème siècle est déployé pour permettre à la richesse de convaincre la pauvreté d’user de sa liberté politique pour maintenir la richesse au pouvoir."

Aneurin Bevan (1897-1960)


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.