Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nous savions bien qu’ils dégoulinaient de roublardise, de lâcheté et de traitrise

La Haine et l’Amour

Rien. Ils ne laisseront rien passer. Ni l’injure, ni l’infamie, ni l’ignominie. Les hordes de fonctionnaires du vil, les coprophages de la lâcheté, les défroqués de la grandeur humaine, tous grouinent dans la fange en bouffant le cadavre d’un combattant qu’ils n’ont pas su abattre. Pas même touché, ni même égratigné. Eux ne sont pas des Hommes, sans respect pour la mort, à pisser sur la dépouille, comme leurs ont dit de dire leurs supérieurs de l’ombre, d’un très grand de notre monde. Notre monde. Ils n’ont pas idée de ce qu’il est. Nous avons tous nos cultures, nos langues, nos histoires, nos folklores et nos héros, et pourtant nous partageons les valeurs de ce monde, ce monde dont ils n’ont même pas idée.

Chez nous, pas d’idolâtre ni maximo ni dictateur, simplement l’humilité de reconnaitre les meilleurs d’entre nous, et pas sur leurs filiations, leurs mécènes ou leur maîtres, mais jugés sur leurs actions, leurs morales et leurs actes. Peut-être leur haine vient de cette liberté que nous partageons, celle de la critique constructive, de l’indépendance, de la dialectique pour le bien du groupe, donc de tous - ni pour l’esbroufe, ni pour une carrière aux ordres. De tous, parce que nous n’excluons personne, et même le pire de nos ennemis, sa mort nous ne l’acceptons qu’au champ d’honneur, dans le respect d’une idée chevaleresque qui fait de nous des humains, pas des bêtes dégueulasses.

Est-ce naïf d’être révulsé par ce magma de haine, un flot visqueux de gratte-papiers venus vomir leur joie de la mort d’un homme que rien n’a terrassé, sinon la maladie ? Seuls les puissants sont magnanimes. La bêtise est une chose, nous les avons assez moqués. Nous savions bien qu’ils dégoulinaient de roublardise, de lâcheté et de traitrise. Nos coups de gueule, souvent vains, à convertir nos frères dans leur assourdissant et permanent mensonge, suffisaient à les ridiculiser, au moins parmi nous. Le temps roulait pour nous parce que la vérité toujours triomphe. Mais les cris des hyènes affolaient par le sang ont glacé le mien. Je suis trop jeune pour savoir ce qu’ils ont bavé en immondes saloperies lorsque sont morts Sankara, Allende, Guevara, Lumumba ou Durruti. Demain, je demanderai aux anciens, sans trop d’illusion.

Ce n’est pas le moment de clouer au pilori tous leurs arguments fallacieux, ni sur les pétrodollars donnés aux pauvres - fallait-il les distribuer aux riches ? -, sur les usines décaties qui explosent - parle-t-on d’AZF ou des fuites nucléaires dans les campagnes de France ? -, sur les coupures de courant - fallait-il interdire au peuple de s’équiper enfin en électro-ménager et en informatique ? -, sur la délinquance et les armes - Columbine ou Sandy Hook ? -, sur la corruption - Karachi, Tibéri ou Guérini ? -, sur les prisonniers politiques - Guantanamo ou Abou Ghraib ? - bref, d’autres le feront, ce n’est pas l’heure, les humains sont humains parce que, justement, ils respectent les morts. Et nous sommes humains. Jamais à nos enfants nous ne dirons qu’un Homme ne pleure jamais. Et aujourd’hui nous pleurons.
t
Parlons de cette haine que je ne comprends pas. Le Venezuela est un pays lointain, très loin de la sphère d’influence de la France. Je doute que ceux d’ici savent que Miranda à son buste près du moulin de Valmy. Cela ne doit pas être cela qui les électrise tant ils paraissent avoir une crise d’épilepsie du plaisir qu’ils tirent de la mort du Commandante. Certains, je le vois bien, le détestaient parce que militaire. Comme De Gaulle. Mais pour cette Amérique Latine, il semble qu’ils aient préféré le général Pinochet, reçu en grande pompe avec sur les siennes le sang d’un président élu, socialiste et ami de Fidel. Déjà . Si c’est lui le problème, ils doivent se préparer à se gargariser du labeur de la faucheuse quand viendra la mort d’un autre des justes parmi les justes.

Alors voilà ce qui nous sépare, voilà ce qui coupe le monde en deux : l’amour et la haine. Parce qu’Hugo Chavez débordait d’amour. Oh bien sûr, ils moqueront ces mots, eux qui ne pensent qu’à leurs rentes, leur croissance et leurs vacances dans des pays qu’ils rêvent éternellement sous-développés, histoire de jouir de l’oeil dans la pyramide peint sur le billet vert. Les maîtres n’ont que de la haine pour les esclaves, et ces derniers n’ont que l’amour à offrir car qui mieux qu’eux savent les horreurs de la haine ? C’est le message du Christ, le compagnon de ce président-là , et ils ne manquent pas de moquer aussi cela, preuve de leur viscérale haine pour tout ce qui n’est pas guerre, destruction, dévastation et vengeance.

Alors pourquoi tant de haine, par-delà la vie, à briser les tabous les plus séculaires ? Je ne comprends pas, sinon une lucidité blessante : ils sont nos pires ennemis. Je comprends mieux alors cette déclaration terrible de Bolivar qui décréta la guerre à mort : il avait vu cela, l’amour et la haine qui polarisent la race humaine. Ils ricanent du chaos qui, ils l’assurent, ne saurait tarder. Et pourquoi cela, si le dictateur est mort ? Mais c’est que dans la patrie du Libertador dorment les plus grandes réserves de pétrole du monde. Rien de plus. Rien.

J’ai entendu de gros cochons, ricanant de nous, nous traiter d’aficionados de la salsa et du tchatcha incapables de raisonnements politiques, se gausser de nos regards tournés vers des frères latins. C’est que nous ne parlons pas Yiddish et les rues de New-York sont si pareilles à celles de Paris qu’il n’y a aucun intérêt à lécher le cul des gens qui sont si différents de nous au prétexte qu’ils sont puissants et nous paieraient en miettes de leur curée de salauds. Ils se croient si importants, obèses de leur savoir tautologique, de pauvres incantations vides en vérité, leur esprit baignent dans la haine comme leur corps dans le gras. Nous ne serions que lubriques à regarder les corps et eux si savants à compter les barils de brut ? L’Amour aveugle, peut-être. La Haine tue, sans aucun doute : c’est le tablier des bouchers qu’ils portent, pas celui des maçons.

Quand les Bush, les Sharon, les Uribe, les Sarkozy et les Hollande mourront, tous sur les mains le sang et les tripes de civils massacrés, phosphore blanc, munitions à l’uranium, épandages d’agent orange, la guerre sans l’aimer, la haine sans l’avouer, le pognon pour toujours, je ne pleurerai certainement pas. Je serai certainement soulagé. Et pourtant à cet instant précis je n’aurai plus de rage. Simplement une profonde compassion pour leurs victimes et pour eux-mêmes, je les plaindrai de se présenter si nus devant l’indicible. Je serai triste de ne pas les avoir défait au combat, en fait un peu honteux de ma défaite. Personne de notre monde ne leur fera les poches, ne détroussera leur cadavre, ne piquera leurs chicots d’or, ne sodomisera leur carcasse, n’ira cracher sur leur tombe. Notre amour implique cela, et voilà ce qui fait de nous des combattants d’un autre niveau. Supérieurs. Et voilà pourquoi à la fin nous triompherons. Merci du fond du coeur à Hugo Chavez de nous avoir rappelé cela tout au long de sa vie et jusqu’à son dernier souffle.

Que la paix soit sur toi, nous veillons déjà à l’héritage, et salue les là -haut, au royaume de l’amour, les camarades d’hier, nous autres ici-bas nous continuons la lutte, dès que la brise d’un nouveau matin, l’aveu de notre bon coeur, aura séché nos larmes.

Archibald EMOREJ

URL de cet article 19658
   
Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.