Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La maison vraiment ronde

Bientôt un mois de grève à radio France, c’est tout simplement historique. Il est évident qu’avec une coupe budgétaire de 50 millions, ce sont bien les salariés qui vont en faire les frais. Un plan de licenciement de 300 emplois est déjà dans les tuyaux selon les syndicats. Il aurait été même demandé à divers petits chefs de fournir discrètement des listes d’employés superflus. Et c’est bien ça le drame.

Mathieu Gallet (PDG du groupe) cherche par tous les moyens à déguiser son plan de licenciement en départ volontaire. Pourtant à priori, ce n’était pas compliqué, il suffisait d’attendre l’adoption définitive de la loi Macron. Loi scélérate, par excellence, qui a pour but d’officialiser le licenciement sans motif. Après les échecs de Villepin en 2005 (avec le CPE) et après la rupture conventionnelle de Xavier Bertrand en 2008 (qui est une rupture de gré à gré, donc inégale), il fallait bien que le parti socialiste finisse le travail proprement.

Mais à cette attaque du service public s’ajoute un gâchis pharaonique. En effet le chantier de reconstruction de la maison lancé depuis plus de dix ans pour 176 millions d’euros dépasse les 584 millions aujourd’hui. À cela s’ajoute une bombe qui éclate à la veille de la grève. Le Canard enchaîné révélait que le PDG a fait refaire son bureau pour une petite facture de 105 000 euros alors qu’il avait été refait à neuf il y a peu. Visiblement, il n’est pas le premier à faire la confusion entre « servir le service public » et « se servir du service public ». Mais ce n’est pas fini. Libération révèle que, lors de son arrivée, Mathieu Gallet a imposé de faire embaucher celui qui était son chauffeur lorsqu’il était président de l’INA, alors que trois chauffeurs sont déjà en permanence à la disposition du Président de Radio France. De plus, il a demandé que soient refaits les fauteuils en cuir de sa voiture officielle dont la couleur beige n’était pas de son goût. Le coût étant jugé trop élevé, une nouvelle voiture de luxe lui a été fournie.

Cette grève prouve que des gens sont prêt à se battre pour leur gagne-pain et que la lutte de classe n’est pas morte. Sarkozy qui fanfaronnait une époque : "Maintenant quand ils font grève, ça ne se voit plus" pourrait bien se gargariser « que quand ils font grève, on ne l’entend plus » tellement peu d’information filtre dans les médias de masse sur ce mouvement (et les autres), d’ailleurs c’est bien là, le sens de leur combat, car la partialité des infos est vraiment un cas d’école d’un pays sous dictature médiatique dont les grands groupes capitaliste se sont taillés la part du lion.

Au milieu de tout cela, des auditeurs fidèles, un peu déboussolés qui, j’espère, ont saisi l’occasion d’écouter des radios associatives. Et personnellement, je leur conseillerais Radio Campus Lille, Radio Galère ou Radio Mon Païs, car l’esprit critique en sortirait bien plus aiguisé après trois semaines qu’en quinze ans d’écoute quotidienne de ces radios en voie de RTLisation.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/archive/2015-04/
URL de cet article 28428
   
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.