Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La maison vraiment ronde

Bientôt un mois de grève à radio France, c’est tout simplement historique. Il est évident qu’avec une coupe budgétaire de 50 millions, ce sont bien les salariés qui vont en faire les frais. Un plan de licenciement de 300 emplois est déjà dans les tuyaux selon les syndicats. Il aurait été même demandé à divers petits chefs de fournir discrètement des listes d’employés superflus. Et c’est bien ça le drame.

Mathieu Gallet (PDG du groupe) cherche par tous les moyens à déguiser son plan de licenciement en départ volontaire. Pourtant à priori, ce n’était pas compliqué, il suffisait d’attendre l’adoption définitive de la loi Macron. Loi scélérate, par excellence, qui a pour but d’officialiser le licenciement sans motif. Après les échecs de Villepin en 2005 (avec le CPE) et après la rupture conventionnelle de Xavier Bertrand en 2008 (qui est une rupture de gré à gré, donc inégale), il fallait bien que le parti socialiste finisse le travail proprement.

Mais à cette attaque du service public s’ajoute un gâchis pharaonique. En effet le chantier de reconstruction de la maison lancé depuis plus de dix ans pour 176 millions d’euros dépasse les 584 millions aujourd’hui. À cela s’ajoute une bombe qui éclate à la veille de la grève. Le Canard enchaîné révélait que le PDG a fait refaire son bureau pour une petite facture de 105 000 euros alors qu’il avait été refait à neuf il y a peu. Visiblement, il n’est pas le premier à faire la confusion entre « servir le service public » et « se servir du service public ». Mais ce n’est pas fini. Libération révèle que, lors de son arrivée, Mathieu Gallet a imposé de faire embaucher celui qui était son chauffeur lorsqu’il était président de l’INA, alors que trois chauffeurs sont déjà en permanence à la disposition du Président de Radio France. De plus, il a demandé que soient refaits les fauteuils en cuir de sa voiture officielle dont la couleur beige n’était pas de son goût. Le coût étant jugé trop élevé, une nouvelle voiture de luxe lui a été fournie.

Cette grève prouve que des gens sont prêt à se battre pour leur gagne-pain et que la lutte de classe n’est pas morte. Sarkozy qui fanfaronnait une époque : "Maintenant quand ils font grève, ça ne se voit plus" pourrait bien se gargariser « que quand ils font grève, on ne l’entend plus » tellement peu d’information filtre dans les médias de masse sur ce mouvement (et les autres), d’ailleurs c’est bien là, le sens de leur combat, car la partialité des infos est vraiment un cas d’école d’un pays sous dictature médiatique dont les grands groupes capitaliste se sont taillés la part du lion.

Au milieu de tout cela, des auditeurs fidèles, un peu déboussolés qui, j’espère, ont saisi l’occasion d’écouter des radios associatives. Et personnellement, je leur conseillerais Radio Campus Lille, Radio Galère ou Radio Mon Païs, car l’esprit critique en sortirait bien plus aiguisé après trois semaines qu’en quinze ans d’écoute quotidienne de ces radios en voie de RTLisation.

»» http://les-tribulations-de-l-ecocolo-ecoconome.over-blog.com/archive/2015-04/
URL de cet article 28428
   
SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le conservatisme moderne est engagé dans un des exercices philosophiques les plus anciens qui soient : à savoir, la recherche d’une justification morale à l’égoïsme.

John Kenneth Galbraith


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.