RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Nouvelle Zélande (re)veut ses Maoris.




Dessin : Martirena






Il manifesto, mardi 2 octobre 2007.


La majorité des pays d’Amérique du Nord et d’Europe ne savent plus quoi faire pour refouler les migrants au-delà de leurs frontières sacrées. De Bush à Veltroni [1]. Depuis l’autre côté du monde, d’aucuns cherchent à récupérer leurs migrants. Peut-être est-ce parce que là bas, en Nouvelle Zélande, le monde a la tête en bas. Le gouvernement néo-zélandais de Madame Helen Clarck, premier ministre travailliste, a lancé une campagne pour faire revenir les maoris, la population originaire de ses deux îles. Les Maoris représentent de 9 à 15% de sa population, constituée pour plus de 80% de descendants de colons anglais, écossais et irlandais. Il semble qu’un sur 7 des Maoris qui ont survécu aux massacres, aux colons, aux missionnaires, et à la civilisation vivent aujourd’hui en Australie. Quinze pour cent du total, 125 mille personnes. Boat people, comme les africains vers l’Europe ou les Haïtiens vers les Etats-Unis, qui se sont enfuis vers la terre des Kangourous - à 2000 Kms de mer de distance- à la recherche de travail et de soleil. Mais surtout pour fuir les problèmes sociaux et de racisme de la sympathique Nouvelle Zélande. Sympathique surtout quand on la voit de loin et avec les maillots des mythiques All Blacks, grands favoris du mondial de rugby en France, qui -c’est vrai- ont bâti leur mythe sur la force originaire (et la rage contenue) des Maoris ; pas seulement noirs par la couleur de leur maillot, puisque l’Afrique du Sud, jusqu’à Mandela, ne pouvait pas les rencontrer pour éviter de toucher des peaux non rigoureusement blanches.

Maintenant que les affaires marchent bien pour la Nouvelle Zélande, le ministre des affaires maories souhaite qu’ils reviennent parce que d’excellentes opportunités en « education and business » sont prêtes pour eux. Once we were warriors est un superbe film de Lee Tamahori, 1994, sur les Maoris et sur la façon dont la civilisation blanche - toujours très fidèle : troupes néo-zélandaises dans la guerre des Boers, dans les premiers et deuxième guerre mondiales, en Corée et au Vietnam, en Irak et Afghanistan- les a réduits. Autrefois guerriers, puis, esclaves, ils s’étaient enfuis en Australie, autre colonie fameuse pour sa libéralité avec les aborigènes. Maintenant que ça va mieux, ils peuvent rentrer chez eux. Il reste quelques miettes.

- Source : il manifesto www.ilmanifesto.it

- Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio






[1Maire de Rome, démocrate de gauche, et partisan, récemment, de l’Ordonnance anti-laveurs de vitres immigrés dans les rues de la ville, Ndt.


URL de cet article 5539
  

La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Avant les missiles, ils lancent des narratives. Avant les bombes, ils larguent des idées. Avant l’invasion, la propagande. Avant le massacre, la manipulation. La ligne de front de tout mouvement anti-guerre est le combat contre les opérations psychologiques des médias de masse.

Caitlin Johnstone

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.