Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les conséquences des déséquilibres de RSF, par Numancia Martà­nez Poggi.




Guy-Christian Mavioga






Samedi 6 octobre 2007.


L’affaire RCTV avait en mai 2007 mobilisé RSF, conférences de presse à Caracas, à grand renfort de pub par les transnationales médiatiques, etc. La chaîne privée oligarchique Radio Caracas Télévision (RCTV), née sous la féroce dictature de Marcos Pérez Jiménez, avait en effet en mai 2007 dû libérer une fréquence hertzienne, fréquence hertzienne qui appartient au peuple vénézuélien. La même chaîne privée RCTV a ensuite diffusé à partir des réseaux câblés sans la moindre encombre. Il n’en demeure pas moins que grâce à RSF, et d’autres certes, une bonne partie de l’opinion publique mondiale croit que le président Hugo Chávez a fermé une chaîne de télévision. La seule alternative pour échapper à cette accusation serait donc de conserver éternellement les concessions hertziennes des individus qui ont un beau jour été triés sur la volet par les régimes dictatoriaux pro-états-uniens.

RSF reconnaît d’ailleurs quelques mois plus tard que : « écartée du réseau hertzien le 27 mai 2007, la chaîne RCTV, devenue RCTV Internacional, a recommencé à diffuser ses programmes via le câble et le satellite, le 16 juillet dernier. » Ces presque deux mois de non diffusion n’ont absolument rien à voir avec l’État vénézuélien. Chávez avait publiquement annoncé en décembre 2006 que la concession de RCTV ne serait pas renouvelée en mai 2007. La direction de la chaîne avait fait le choix de jouer la tension et de provoquer une crise, espérant étrangement soulever les étudiants contre la mesure anti-oligarchique et capitaliser politiquement l’émotion internationale entretenue en sa faveur. Pari perdu, pour RCTV, et pour RSF.

RSF part du principe que la liberté de presse est en danger au Venezuela, ce qui est vraiment hilarant pour toute personne ayant passé deux minutes devant un kiosque vénézuélien. Chávez n’a jamais arrêté un journaliste, n’a jamais fermé un journal, et RSF fait donc feu de tout bois pour apporter sa fougueuse contribution à la campagne impérialiste contre le mouvement de libération nationale latino-américain dont le coeur bat au nord des Andes. Ainsi quand un élu local chaviste cesse de donner de la publicité officielle à un journal local, RSF se fend d’un grave communiqué : l’élu local chaviste menace gravement la liberté de la presse quand il cesse de financer la presse oligarchique. On ne sait que dire. A ce jeu le MEDEF, bien plus prospère qu’un maire chaviste de province, devrait être accusé de menacer le pluralisme de la presse, puisqu’il refuse de financer le quotidien L’Humanité et l’hebdomadaire Rouge.

Tout cela est d’autant plus étrange que RSF fait parfois preuve d’une réserve diplomatique assez déconcertante. Il y a quelques semaines, un vrai dictateur, au pouvoir depuis à peine 40 ans certes, a arrêté un directeur de journal et fermé le journal. RSF a fait mine de ne rien savoir.

Le dictateur n’est pas un militant anti-impérialiste - « admirateur de Fidel Castro » de surcroît - c’est un pilier de la Françafrique. Le directeur du journal n’est pas un descendant de grande famille oligarchique, c’est un naïf militant de la vérité, vaillant et besogneux. Le dictateur s’appelle Omar Bongo, le directeur du journal Guy-Christian Mavioga, le journal L’Espoir et l’agence qui s’est tue RSF.

Mavioga n’est pourtant pas un opposant exalté. Ainsi s’exprime-t-il après un mois de prison : « ""J’ai été jeté en prison non par le président Omar Bongo Ondimba mais par ces bras cassés de la République, qui n’ont plus rien à proposer au chef de l’État et veulent ternir coûte que coûte l’image de marque de notre si grand patriarche’’, a-t-il poursuivi, refusant de citer des noms. M. Mavioga avait été écroué le 5 juillet après avoir signé dans L’Espoir un éditorial intitulé ""Les derniers temps de Bongo’’, dans lequel il critiquait de façon virulente le régime du président gabonais, au pouvoir depuis 1967, et appelait les Gabonais à ""barrer la route à ceux qui se moquent de nous’’ ».

Mavioga, dont le parti appartient à la majorité présidentielle, déclare avoir été torturé. Imaginons comment sont traités, au Gabon, province de la Françafrique, les journalistes qui répugnent à la flagornerie... Pendant ce temps-là l’agence de pub RSF est occupée à s’indigner publiquement quand un maire chaviste cesse de faire paraître de la publicité dans la presse anti-chaviste. Signalons que RSF est une agence de pub française. Sa responsabilité est donc majeure là ses dénonciations pourraient avoir de l’effet. Comme le signalerait Noam Chomsky, les dénonciations de RSF concernant le Pakistan n’ont aucune importance. Par contre les dénonciations que pourrait faire l’agence de pub à propos des pays de l’arrière-cour françafricaine auraient de fortes chances d’être lourdes de conséquences. Le silence est donc, en l’occurrence, d’autant plus regrettable. Si un dixième de l’énergie et des ressources que RSF consacre à Cuba et au Venezuela était consacré au Gabon, si le Gabon était dans le collimateur de l’agence de pub, Mavioga n’aurait probablement jamais été arrêté, et torturé.

Numancia Martà­nez Poggi




Les USA financent Reporters Sans Frontières, par Diana Barahona.


Reporters Sans Frontières. La liberté de la presse et mon hamster à moi, par Viktor Dedaj.






URL de cet article 5533
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.