Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La presse en deuil après l’annonce de la mort du culte de la personnalité à Cuba depuis 1959.

"Il n’y aura aucun monument ou édifice au nom de Fidel Castro, selon une de ses dernières volontés" - Raul Castro, 3/12/2016

On lit aussi dans le Figaro : "Ségolène Royal fait l’éloge de Fidel Castro, tollé dans la classe politique".

Il s’agit probablement d’une coquille car le titre aurait du être : "Le monde entier rend hommage à Fidel Castro, sauf une certaine classe politique"

Théophraste R.
"que c’est bon d’avoir toujours eu raison"

URL de cette brève 5260
https://www.legrandsoir.info/la-presse-en-deuil-apres-l-annonce-de-la-mort-du-culte-de-la-personnalite-a-cuba-depuis-1959.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
09/12/2016 à 11:43 par aldamir

Le CRIF pèse de tout son poids en France, c’est d’ une évidence notoire, à laquelle les français doivent dorénavant bien s’en accommoder et accepter.

#130328 
09/12/2016 à 12:14 par banal

On attend toujours de la classe politique française qu’elle donne son avis sur le fait qu’environ 500000 personnes (effet de l’embargo compris) ont été rayées de la planète en 10 ans avec les 2 guerres du pétrole en Irak.
On attend aussi qu’elle s’exprime sur les massacres plus ou moins annuels de plusieurs milliers de gazaouis par l’armée israëlienne, autrement qu’en nous expliquant qu’Israël est "une grande démocratie".
Donc la classe politique française (et occidentale) et les médias français parlent des droits de l’homme en pataugeant dans des cadavres et le peuple, qui n’a pas droit à la parole, se rit d’eux.
Ils font semblant de découvrir que les révolutions sont toujours sanglantes et que, comme disait l’autre, ce "n’est pas un dîner de gala". Ils ont d’ailleurs la même vision de la grande révolution française pour la plupart.
Quelle découverte ! Comme le monde aurait été mieux si le dictateur Batista les intérêts Etats Uniens ainsi que les casinos et les bordels mafieux étaient partis d’eux mêmes : il n’y aurait pas eu Fidel Castro
Et quel dommage que la noblesse française (ce qu’est la classe politique et les médias aujourd’hui) n’ait pas abandonné ses biens toute seule : il n’y aurait pas eu Robespierre.
C’est l’histoire de toutes les révolutions et ceux qui insinuent qu’elles n’ont servi à rien ou pire doivent considérer 2 choses : est ce que le Cuba de Batista était "mieux" (malnutrition, espérance de vie, santé, éducation ) que celui de la révolution de Castro ? La réponse est non, et de très loin. Ensuite après une révolution ceux qui ont toutes les formes de pouvoir ne sont pas les mêmes qu’avant.
Et donc cela suffit à les justifier.
Engels a très bien expliqué à propos de la révolution Française , mais c’est valable pour toutes les révolutions, que les menaces extérieures pour revenir à l’ordre ancien font qu’elles oscillent entre le vagus et le sympathicus suivant l’intensité de la menace et cela explique tout ce qu’il se passe y compris leur violence :

Toute la Révolution française est dominée par la guerre de coalition ; toutes ses pulsations en dépendent. L’armée de la coalition pénètre-t-elle en France ? – prédominance du vagus, battements de cœur violents, crise révolutionnaire. Est-elle contrainte de déguerpir ? Alors le sympathicus prend le dessus, les battements du cœur se ralentissent, les éléments réactionnaires se poussent de nouveau au premier plan, les gens de la plèbe, l’embryon de ce qui sera plus tard le prolétariat et dont l’énergie a seule sauvé la Révolution, sont mis à la raison et rangés à l’ordre.


A Cuba il en était de même avec les agressions extérieures en tous genres.

#130330 
RSS RSS Commentaires
   
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de vous n’importe quelle injustice commise contre n’importe qui, n’importe où dans le monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

Ernesto "Che" Guevara


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.