RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La raison pour laquelle une invasion de Rafah est si dangereuse est qu’« Israël » n’a aucun plan

Depuis des semaines, le régime israélien menace d’envahir Rafah, où quelque 1,4 million de Palestiniens déplacés sont coincés, à côté de la frontière égyptienne. Les Nations Unies ont tiré la sonnette d’alarme, craignant une expulsion massive des habitants de Gaza vers le désert du Sinaï et une série d’événements faisant de nombreuses victimes. Le gouvernement américain a cependant approuvé l’attaque en précisant que les Israéliens doivent avoir un plan pour les civils.

Le Royaume-Uni, qui s’est encore une fois honteusement abstenu lors du dernier projet de résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies appelant à un cessez-le-feu, a menacé de limiter les exportations d’armes vers son allié sioniste s’il envahissait Rafah. D’un autre côté, le deuxième partisan le plus fidèle du génocide de l’entité sioniste à Gaza, le gouvernement des États-Unis, a exprimé ce qui ne peut être décrit que comme des réserves quant à l’intention israélienne d’envahir la ville la plus au sud de la bande de Gaza.

Bien que des représentants de l’Union européenne et des Nations Unies aient condamné les menaces israéliennes contre Rafah, il est important de se concentrer sur la raison pour laquelle les alliés les plus fidèles des sionistes sont alarmés par une invasion de Rafah. Cet état d’alerte est justifié, car une telle agression a de grandes implications.

Pour commencer, les Israéliens ont présenté au public d’innombrables « plans », « propositions » et « stratégies » au cours des cinq derniers mois, y compris l’idée de réoccuper tout Gaza, en s’emparant du nord de la bande de Gaza comme zone tampon, en plus de l’idée de créer une zone tampon sur tout le périmètre de Gaza. Le ministère israélien des Affaires étrangères a même présenté un document, dont l’existence a été révélée en décembre, qui détaillait son plan en trois étapes visant à démanteler l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA) dans la bande de Gaza d’après-guerre.

Les médias du régime sioniste ont répandu des rumeurs selon lesquelles leurs munitions anti-bunker détruiraient depuis les airs l’infrastructure des tunnels de la résistance palestinienne. Lorsque les bombes ont été larguées et que celles-ci ont échoué, nous avons entendu dire qu’ils se préparaient à inonder les tunnels et même à les gazer. L’idée de pomper de l’eau de mer et des gaz toxiques dans les tunnels a été testée et a échoué.

Alors que l’armée sioniste pénétrait plus loin dans Gaza, au cours de ce qui pourrait être qualifié de première phase de son attaque terrestre, elle s’est focalisée sur la prise des hôpitaux du nord de la bande de Gaza, concentrant spécifiquement ses efforts de propagande sur l’hôpital Shifa dans la ville de Gaza. Une fois que les militants israéliens sont arrivés à l’hôpital, où ils ont reçu le soutien du gouvernement des EU en affirmant qu’il y avait, dessous, un « QG du Hamas », ils n’ont pas réussi à convaincre même les médias EU les plus partiaux qu’une telle présence militaire existait à cet endroit.

L’armée israélienne, après s’être frayé un chemin dans une grande partie des zones bâties du nord de Gaza, a alors concentré ses efforts sur des zones comme al-Maghazi, Nuseirat et Deir al-Balah, tout en affirmant que le véritable « QG du Hamas » était en réalité basé à Khan Younis, plus au sud. Finalement, après avoir concentré ses efforts militaires sur le centre et le sud de Gaza, l’armée israélienne a commencé à se retirer des zones du nord, où elle a affirmé à plusieurs reprises avoir démantelé le commandement et le contrôle de la résistance palestinienne, affirmant que le régime israélien avait pris « le contrôle total des opérations » dans des villes comme la ville de Gaza, Beit Hanoun, Shujayeh, Beit Lahia, Jabalia et ailleurs. Démontrant à quel point ils bénéficiaient d’un tel « contrôle opérationnel », ils étaient fréquemment touchés par les embuscades des combattants de la résistance et tombaient dans des pièges bien préparés, la résistance parvenant à continuer de tirer des roquettes juste à côté des endroits où les troupes israéliennes opéraient.

En observant les vidéos et les communiqués quotidiens de la résistance, qui nous informent des détails des combats qui se déroulent dans tout Gaza, il est clair que les soldats israéliens continuent de commettre des erreurs fondamentales, comme rester les fenêtres ouvertes et tomber fréquemment dans des pièges préparés. Alors que la résistance développe ses méthodes de combat contre l’ennemi, les Israéliens continuent de se comporter de la même manière qu’ils l’ont fait au premier jour de l’invasion terrestre : les soldats israéliens pénètrent à toute vitesse dans une zone et s’éloignent rarement de la couverture de leurs véhicules, ils ne dégagent pas les zones qu’ils envahissent ni n’établissent des zones de sécurité pour que leurs soldats les gardent temporairement, avant de se déplacer vers une autre zone.

L’armée israélienne n’a pas démontré la mise en œuvre d’un plan systématique ayant conduit à des objectifs militaires clés. En fait, il y a encore un grand débat sur les véritables objectifs de l’assaut militaire, au-delà de la dévastation complète et totale de chaque structure et être vivant à l’intérieur de la bande de Gaza.

En appliquant le principe du Rasoir d’Ockham (1) ou, en d’autres termes, en acceptant la réponse la plus évidente à la question qui se pose à nous, on peut conclure qu’il n’y a pas de véritable plan à Gaza au-delà des massacres et des destructions massives. D’après les innombrables déclarations génocidaires, racistes et sanguinaires faites quotidiennement par les Israéliens – depuis les civils ordinaires jusqu’aux plus hautes autorités au pouvoir – il est évident que l’extermination du plus grand nombre possible de Palestiniens est un objectif clairement convenu et dont nous voyons réellement les preuves sur le terrain.

Quant aux idées de zones tampons, de réoccupation, d’annexion de territoire, de destruction de tunnels par diverses méthodes, d’assassinat de chefs militaires à Gaza, de reconquête de prisonniers israéliens et de défaite totale du Hamas, rien n’indique clairement que l’armée sioniste est même capable de réaliser n’importe lequel de ces objectifs. Au moins, si des succès sont obtenus pour les atteindre, ils semblent aléatoires et peu fréquents, mais certainement pas le résultat d’un plan structuré. Les Israéliens n’ont aucune idée du nombre de combattants de la résistance qui ont été tués, ils se contentent de citer un nombre aléatoire de combattants des Brigades Qassam qui auraient été tués, mais n’ont aucune statistique sur aucun des quelques dizaines d’autres groupes. L’entité sioniste et ses alliés occidentaux ne semblent même pas démontrer qu’ils savent combien de combattants de la résistance palestinienne existent à Gaza, ni connaître une estimation précise du kilométrage de la taille de l’infrastructure des tunnels souterrains.

Cela nous amène ensuite à Rafah, que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré cruciale pour l’effort de guerre et a même déclaré que sans envahir la région, son armée ne pourrait pas gagner la guerre. Les médias hébreux, comme ils l’ont fait lorsque le régime menaçait d’envahir les villes de Gaza et Khan Younis, ont demandé à leurs analystes illusoires de présenter des arguments sur les raisons pour lesquelles tous les prisonniers israéliens sont détenus à Rafah et sur le fait que le véritable quartier général du Hamas se trouve là aussi. Mais, comme c’est le cas pour tous les autres domaines sur lesquels ils se sont concentrés, ils n’ont aucune idée de ce dont ils parlent.

Alors que le monde entier regarde avec horreur, et prédit avec bon sens un massacre potentiel à Rafah et une tentative de nettoyage ethnique de plus d’un million de personnes, la conversation intérieure israélienne est maintenue dans une idée illusoire de victoire militaire. Il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre qu’une invasion militaire israélienne d’une zone où 1,4 million de réfugiés sont entassés dans des tentes et d’autres types d’abris rudimentaires sera un désastre.

De nombreux analystes et des membres du grand public spéculent désormais sur l’existence d’un plan israélien de nettoyage ethnique de la population de Rafah dans le Sinaï égyptien, ce qui pourrait bien être l’objectif d’une telle invasion. Cependant, je dirais que malgré l’existence d’un prétendu « plan », il ne sera pas exécuté de manière ordonnée et même si une tentative d’épuration de la population de Rafah est faite, elle le sera n’importe comment.

Ce qu’il faut comprendre à propos de l’armée israélienne, c’est qu’elle n’est pas vraiment une armée professionnelle. Bien sûr, les Israéliens disposent d’armes militaires modernes et du soutien de leurs alliés occidentaux ; ils disposent même d’individus bien formés pour faire fonctionner des systèmes d’armement, mais ils n’ont pas d’armée. Les soldats israéliens sont indisciplinés, mal entraînés, mal préparés à affronter des situations de guerre urbaine comme celles dans lesquelles ils combattent actuellement et ils ne suivent pas les ordres. Depuis des années, l’armée israélienne souffre de problèmes dans sa capacité à contrôler correctement les actions de ses soldats et nous constatons que même dans le cas de militaires de haut rang, ils commettent des erreurs fondamentales que feraient les soldats de rang inférieur dans la plupart des armées modernes.

C’est cette combinaison d’une force militaire sans capacité terrestre, munie des armes les plus sophistiquées et les plus coûteuses que l’argent puisse acheter, qui les rend si incroyablement dangereuses dans une localité de Rafah. Que se passera-t-il si une unité israélienne prend peur, commet une erreur et ouvre le feu dans la mauvaise direction, tuant ou blessant par exemple les forces égyptiennes ? Même si la situation semble peu probable, elle pourrait se produire. Si cela se produit, qui peut dire qu’il n’y aura pas de réponse du côté égyptien dans le feu de l’action, ce qui mènerait à une catastrophe diplomatique, voire à une panique militaire qui entraînerait un grand massacre de civils contre les habitants de Gaza ?

Que se passerait-il si les militants israéliens envahissant la zone se comportaient comme ils l’ont fait partout ailleurs à Gaza, ouvrant le feu sans discernement et avec sadisme sur une zone densément peuplée où sont entassés des centaines de milliers de personnes ? C’est une énorme possibilité. Même dans le cas où le nettoyage ethnique constitue leur objectif final, toutes les preuves de la conduite de l’armée indiquent qu’elle le mènera de manière désorganisée et brutale. Si les civils palestiniens sont contraints à une bousculade à la frontière avec l’Égypte, des milliers de personnes pourraient être écrasées.

La résistance palestinienne est clairement toujours intacte et capable de coordonner ses unités dans tout Gaza, donc l’idée qu’elle maintienne tous les détenus israéliens et les dirigeants du Hamas à Rafah est illogique. Par conséquent, les forces sionistes obtiendront les mêmes résultats que partout ailleurs à Gaza, un échec complet. Et alors ? Que se passe-t-il lorsque la frustration s’installe face à leur incapacité ne serait-ce qu’à arrêter les tirs de roquettes ? Pire encore, que feront les Israéliens si la résistance réserve des surprises majeures à leurs soldats à Rafah ? Si nous prenons les cinq derniers mois comme point de référence, les conclusions que nous pouvons tirer reviennent à ce qu’ils aient infligé d’une manière ou d’une autre des massacres de civils à grande échelle.

L’entité sioniste n’a aucun plan à Gaza, elle n’a aucune idée de la manière de vaincre militairement la résistance palestinienne et a échoué dramatiquement pendant plus de 5 mois dans cette tâche. Ce que nous voyons comme « réalisé » par les Israéliens est un massacre, qui est clairement de nature génocidaire. Ce comportement, comparable à celui d’un groupe militant de type Daech, doté de la technologie militaire la plus sophistiquée au monde, ne se reproduira qu’à Rafah, mais cette fois-ci, il sera probablement d’une ampleur inimaginable.

Tout ce qui a été détaillé ci-dessus laisse de côté la possibilité que cela déclenche également une escalade régionale majeure. Dans son premier discours pendant la guerre en cours, le secrétaire général du Hezbollah, Seyyed Hassan Nasrallah, a tracé ce qui pourrait être décrit comme une ligne rouge unique : « Le Hamas va gagner ». Si le régime israélien décide de nettoyer ethniquement Gaza, cela pourrait bien être considéré comme un franchissement de cette ligne rouge, transformant radicalement la bataille sur le front nord de la Palestine occupée. Les États-Unis, en donnant essentiellement leur feu vert au projet sioniste d’invasion de Rafah, flirtent avec plusieurs scénarios dangereux, qui pourraient tous amener la région à un point de non-retour.

International Solidarity Movement

Source : Al Mayadeen

29 février 2024

»» https://ismfrance.org/index.php/2024/02/29/la-raison-pour-laquelle-une...
URL de cet article 39419
  

Même Thème
Israël, Les 100 pires citations
Jean-Pierre Bouché, Michel Collon
Ce livre contient 100 citations de dirigeants, stratèges et penseurs sionistes, des origines du mouvement jusqu’à aujourd’hui. À partir de ces citations, il s’agit pour les auteurs de faire une analyse à la fois documentée et ludique de la pensée sioniste à travers les années. Les auteurs montrent ainsi qu’il y a bien une pensée sioniste cohérente qui se perpétue à travers le temps. Le conflit israélo-palestinien ne vient pas de nulle part : il prend sa source au moment même où le projet sioniste s’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.