RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La révolution zapatiste est toujours debout

Merci à notre camarade Aline Pailler, pour ce texte qui sonne :

- Comme un rappel de nos amnésies
- Comme un rappel de nos soutiens "˜volages’ au hasard des modes du moment
- Comme un écrit qui dit le "˜possible’
- Comme un espoir venu du sud mexicain, au sein d’autres expériences sud américaines.
- Comme une déclaration qui dit que ce sont les hommes et les femmes qui doivent changer dans leur tête pour que leurs rêves prennent sens et crédibilité.

Jacques Richaud

Là bas aussi l’espoir est dans la rue... dimanche, 23 décembre 2012 / Aline Pailler

La révolution zapatiste aura 19 ans [1] le 1er janvier 2013. Elle a construit patiemment, démocratiquement, "lentement en bas à gauche", une société autonome du pouvoir mexicain.

Une société qui a su inventer un autre rapport à la justice, à l’éducation, à la santé, à la démocratie et à la propriété ; comme l’affirme l’Université de la Terre à San Cristobal de las Casas "nous sommes en train de faire l’autre monde" .

Cette révolution, beaucoup l’ignorent ou la croient morte ou la caricaturent à l’aune de leur cynisme blasé qui s’est arrêté aux images, un temps branchées, de Marcos encagoulé dans son passe-montagne.

Où sont -ils aujourd’hui les Besancenot et autres Bové si fiers d’en être et qui n’ont même pas pris le temps d’expliquer le sens du passe-montagne ou du foulard ?
Où sont ils aujourd’hui les journalistes pour montrer et expliquer l’importance de ce qui s’est passé au Chiapas ce 21 décembre dans les villes de San Cristobal, ’Ocosingo, Las Margaritas et Comitan ?

Loin des célébrations New âge, les Indiens zapatistes sont descendus des communautés et des montagnes pour envahir silencieusement les rues des villes qu’ils avaient occupées avec les armes en 1994.
Leur message est tout autant dans ce silence qui sonne comme un reproche aux oreilles du monde capitaliste bruyant et sourd, que dans la force de leur mobilisation et de leur organisation.

A ceux qui les croyaient ou les voulaient morts, ils affirment, en levant le poing devant les bâtiments officiels de l’Etat ou les cathédrales, qu’ils sont debout, dignes et pleins d’espoir pour un monde non capitaliste.

Oui cette sortie silencieuse de plus de 40000 Zapatistes est porteuse d’espoir et ouvre un horizon à notre monde si replié sur lui-même ! Un monde si peureux et arrogant qu’il ne voit pas au-delà de ses dogmes capitalistes et s’en remet à la vision de sa presse borgne et bien rassurée entre ses oeillères !

La manifestation zapatiste :
http://www.rougemidi.org/local/cache-vignettes/L516xH332/7502_ezln_2-1f553.jpg

Depuis deux jours, les communiqués des Zapatistes et de leurs soutiens se succèdent mais la presse officielle ne reprend rien de cet évènement ! Aucun intellectuel ou politique ne daigne prendre la plume pour signer un article de soutien ou seulement d’information. Pas même celles et ceux qui étaient prompts à se faire photographier auprès du sous commandant Marcos !

Alors oui les Zapatistes ont raison de rompre le silence par ces mots :
"A qui de droit
VOUS AVEZ ENTENDU ?
C’est le bruit de votre monde que s’écroule.
C’est celui du nôtre qui resurgit.
Le jour où le jour fut, c’était la nuit.
Et ce sera la nuit le jour où ce sera le jour.
DÉMOCRATIE !
LIBERTÉ !
JUSTICE !
Depuis les montagnes du Sud-Est mexicain."

(Pour le Comité Clandestin Révolutionnaire Indigène - Commandement Général de l’EZLN Sous-commandant Insurgé Marcos Mexique, Décembre 2012)

Je lance ce message comme une bouteille à la mer car je sais combien cette information redonnerait courage à toutes celles et tous ceux qui n’ont pas renoncé à changer le monde ! Or le courage et l’espoir sont ce qui nous manque le plus.

Et puis, le 1er janvier 2012, j’ai fait la promesse aux Zapatistes qui nous recevaient de faire savoir que leur révolution non seulement n’est pas morte, mais qu’elle est jeune, courageuse, imaginative et qu’elle sème toujours et encore les graines de la dignité et de l’émancipation quelle que soit la saison et pour tous les vents.

Aline Pailler

[1] Le mouvement a été créé en 1983 et après 10 années de préparation, le mouvement fera en 1993 sa déclaration publique de la forêt de Lacandone et lancera le 1er janvier 1994 l’insurrection. NDR

Publié sur : http://rougemidi.fr/spip.php?article7505

URL de cet article 18790
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"J’ai déjà parlé des tueries aux points de contrôle. Dans un incident, après qu’une voiture ait été criblé de balles et examinée, selon ces rapports militaires américains internes, l’homme tué était un médecin qui emmenait une femme enceinte à l’hôpital."

Julian Assange - Wikileaks
interviewé sur Democracy Now, donnant un exemple des crimes commis en Irak et révélés par Wikileaks

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.