RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lavrov de Russie : Les Etats-Unis ne se battent pas sérieusement contre L’État islamique

Tout au long de la semaine dernière l’aviation russe a affiné sa liste de cibles en Syrie. On a fait des plans, désigné des unités, préparé les munitions.

Aujourd’hui, le président Poutine a annoncé que la destruction d’un avion de ligne russe, transportant 224 personnes au-dessus de la péninsule du Sinaï, était bien une attaque terroriste de l‘Etat islamique. Des traces d’explosifs ont été trouvées sur des débris de l’avion.

La mission russe en Syrie ne consiste plus seulement à aider le gouvernement syrien, mais elle est maintenant une question de défense nationale russe. Le parlement russe n’a pas peur de désigner les coupables :

’Les récents développements tragiques confirment que la Russie avait bien raison d’alerter constamment sur le fait que la déstabilisation permanente au Moyen-Orient opérée par ceux qui prétendent à la domination mondiale avec en tête les États-Unis, pourrait conduire à l’expansion de la zone de chaos sanglant et entraîner de nombreuses tragédies humaines », indique le document. « La France et d’autres Etats européens récoltent, en fait, les fruits de la politique aveugle et égoïste de Washington. »

La Russie ne reculera pas et elle se battra le temps qu’il faut.

Au moment où parlait Poutine, des navires russes en mer Caspienne, des sous-marins en Méditerranée et des bombardiers stratégiques à longue portée venant de Russie lançaient 34 missiles de croisière sur des objectifs de l’État islamique en Syrie.

Le ministère russe de la Défense a annoncé qu’il allait doubler ses frappes en Syrie à l’aide de 5 TU-160, 6 TU-95MS, 14 TU-22m3. SU-8 34 et SU-4 27sm en plus des 34 avions déjà en Syrie. Les nouveaux appareils sont à long portée et opéreront, pour la plupart, en volant directement de Russie. Ils vont attaquer des cibles statiques que les renseignements russe et syrien leur désigneront. Les avions en Syrie vont maintenant jouer un rôle plus tactique dans le soutien aérien direct de l’armée syrienne et des forces alliées qui combattent sur le terrain. La capacité de frappe va doubler tout de suite et il est prévu de l’augmenter encore davantage.

Les Français, qui bombardent maintenant l’EI en représailles de l’attaque de Paris, augmentent également leur capacité de frappe en faisant venir leur porte-avion au large des côtes syriennes. Le président Poutine a personnellement ordonné aux navires russes qui sont en Méditerranée de considérer les forces françaises comme des alliés. Ce geste d’ouverture envers la France a peut-être pour objet d’encourager Hollande à renoncer à sa position anti-syrienne et à interrompre son soutien aux insurgés anti-syriens.

Après que Poutine a fait honte à Obama, ce qui a contraint ce dernier à bombarder des groupes de camions citernes de l’Etat islamique, son ministre des Affaires étrangères, Lavrov, est allé plus loin. Il a accusé directement les Etats-Unis de ne pas se battre sérieusement contre l’État islamique :

« Le problème avec la coalition sous commandement américain est le suivant : bien qu’ils aient déclaré que leur objectif était de frapper exclusivement l’État islamique et d’autres terroristes, et qu’ils se soient engagés à ne pas prendre de mesures contre l’armée syrienne (...), l’analyse des frappes opérées par les États-Unis et leur coalition contre des positions terroristes au cours de la dernière année, montre que ces frappes étaient sélectives, je dirais même préservatrices, parce que, dans la majorité des cas, elles épargnaient les groupes de l’Etat islamique capables de mettre la pression sur l’armée syrienne, » a-t-il dit.

« On dirait un chat qui veut manger un poisson, mais ne veut pas se mouiller les pieds. Ils veulent que l’État islamique affaiblisse Assad le plus vite possible pour le forcer à démissionner d’une manière ou d’une autre, mais ils ne veulent pas voir que l’État islamique est assez fort pour prendre le pouvoir ».

Que les USA ne se battaient pas sérieusement contre l’État islamique était évident pour tous les observateurs, mais maintenant que cela é été dit publiquement et officiellement par la Russie, les Etats-Unis vont être obligés de réagir.

Peut-être Lavrov espère-t-il réussir à pousser les Etats-Unis à prendre l’Etat islamique plus au sérieux. Dans le contexte actuel des attentats de Paris et de l’attentat contre l’avion russe (et de ceux qui vont sans doute se produire), les chances d’y arriver ne sont pas trop mauvaises.

La Russie « isolée », qui en fait n’avait jamais été isolée, n’est plus isolée. La position rhétorique des États-Unis est maintenant défensive et la Russie prend la tête de la lutte contre l’EI. Mais les Etats-Unis veulent encore faire croire qu’ils font quelque chose :

Le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a déclaré, mardi, que son pays entamait des opérations avec la Turquie pour finir de sécuriser la frontière syrienne nord.

« 75 % de la frontière nord de la Syrie a été fermée et nous avons déclenché une opération avec les Turcs pour fermer les 98 kilomètres restants, » a-t-il dit dans une interview à CNN.

Cela ne changera pas grand-chose. Pour traverser la frontière ou faire de la contrebande, il faudra à l’avenir avoir un permis des services secrets turcs ou de la CIA. Le véritable changement serait que les Etats-Unis cessent de soutenir les diverses factions qui luttent contre le gouvernement syrien. Mais cela exigera probablement un choc encore plus grand que l’attaque de Paris ou l’attentat contre un avion russe.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2015/11/russias-lavrov-us-is-not-seriousl...
URL de cet article 29610
  

Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La contribution la plus importante d’Obama a été d’embellir, de vendre à l’opinion publique et de prolonger les guerres, et non de les terminer. Ils l’ont bien vu pour ce que sont réellement les présidents américains : des instruments permettant de créer une marque et une image du rôle des États-Unis dans le monde qui puissent être efficacement colportées à la fois auprès de la population américaine et sur la scène internationale, et plus précisément de prétendre que les guerres barbares sans fin des États-Unis sont en réalité des projets humanitaires conçus avec bienveillance pour aider les gens - le prétexte utilisé pour justifier chaque guerre par chaque pays de l’histoire.

Glenn Greenwald

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.