RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Moon of Alabama

« Pandora Papers » : le gouvernement des États-Unis accuse des gens qu’il n’aime pas

Moon of Alabama

Ca n’enlève rien à l’immense problème que représente l’évasion fiscale, mais Moon of Alabama remarque que de scandale en scandale, les révélations tendent à éclabousser des personnalités que Washington a dans le collimateur, mais font systématiquement l’impasse sur les grandes fortunes EU. Plus propres que les autres ? En fait, ces révélations proviennent d’organismes financés en grande partie par Washington. Ainsi, quand on voit la tête de Poutine apparaître en grand – il n’est pas directement impliqué – ou quand on voit le peu de volonté politique pour s’attaquer à l’évasion fiscale, on se dit que d’autres objectifs pourraient être poursuivis à travers tous ces scandales. (IGA)

Par B Paru sur Moon of Alabama sous le titre “ U.S. Government Provides Another Trove Of Offshore Papers Of People It Dislikes --- Il y a donc une nouvelle « fuite » de documents concernant des investissements offshore permettant de réaliser des économies d’impôts et réalisés par des personnes que les États-Unis n’aiment pas : Les transactions secrètes et les actifs cachés de certaines des personnes les plus riches et les plus puissantes du monde ont été révélés dans la plus grande fuite de données offshore de l’histoire. Baptisée « Pandora papers », la fuite comprend 11,9 millions de fichiers provenant de sociétés engagées par des clients fortunés pour créer des structures offshore et des trusts dans des paradis fiscaux tels que le Panama, Dubaï, Monaco, la Suisse et les îles Caïmans. ... Les fichiers ont été divulgués au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) à Washington. L’organisation a partagé l’accès aux données divulguées avec des partenaires médiatiques sélectionnés, dont le (...) Lire la suite »

Voici la raison pour laquelle l’Australie a annulé son contrat d’achat de sous-marins français

Moon of Alabama

Hier, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie ont annoncé que ce dernier pays achèterait des sous-marins à propulsion nucléaire pour défendre les intérêts des États-Unis contre la Chine :

La prochaine flotte de sous-marins de l'Australie sera à propulsion nucléaire dans le cadre d'un plan audacieux qui mettra au rebut un programme controversé de 90 milliards de dollars visant à construire jusqu'à 12 sous-marins de conception française. Selon ABC, l'Australie utilisera des technologies américaines et britanniques pour configurer sa prochaine flotte de sous-marins dans le but de remplacer ses sous-marins actuels de classe Collins par d’autres plus adapté à la détérioration de l'environnement stratégique. Il s’agit d’une victoire énorme mais à court terme pour les États-Unis, avec un prix de consolation pour la Grande-Bretagne et une perte stratégique de souveraineté et de contrôle budgétaire pour l’Australie. Il s’agit aussi d’une nouvelle gifle des États-Unis à la France et à l’Union européenne. L’accord mettra en colère la Nouvelle-Zélande, l’Indonésie et, bien sûr, la Chine. Il bouleversera le régime international de non-prolifération nucléaire et pourrait conduire à une nucléarisation (...) Lire la suite »

Pour contrer l’hostilité des États-Unis, la Chine prend des décisions politiques axées sur son peuple

Moon of Alabama

En décembre 2001, la Chine est devenue membre de l’Organisation mondiale du commerce. Cela a ouvert de nouveaux marchés pour l’industrie chinoise et a attiré de nombreux investissements étrangers.

La croissance de son PIB depuis lors est époustouflante.

https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2021/09/12-1-740x43... https://lesakerfrancophone.fr/wp-content/uploads/2021/09/chine1.jpg Ce développement a permis à la Chine de réaliser d’énormes investissements dans les infrastructures. Il a également généré les ressources nécessaires pour éliminer la pauvreté. Ce n’est pas une coïncidence si ce développement s’est produit alors que les États-Unis gaspillaient leur argent dans des guerres au Moyen-Orient. Alors que les États-Unis se retirent peu à peu de ces guerres pour affronter la Chine, le pays doit se préparer à ce nouvel environnement. L’introduction de plus en plus de caractéristiques capitalistes dans l’économie chinoise au cours des 20 dernières années a créé des déséquilibres. Les entreprises ont tenté d’ignorer ou d’influencer les structures et réglementations gouvernementales. Les entreprises ont abusé de leurs travailleurs. La spéculation des riches a créé des bulles sur les marchés immobiliers. Les excès culturels qui ont mis l’accent sur (...) Lire la suite »
18 

Roman Protasevich, la victime de l’incident Ryanair en Biélorussie, crache le morceau.

Moon of Alabama

Un documentaire télévisé sur l’alerte à la bombe contre un avion Ryanair (vidéo) confirme notre analyse. C’est une histoire bidon construite par des militants qui veulent changer le régime en Biélorussie. Ils prétendent que, le 23 mai, un avion de la Ryanair a été forcé par le gouvernement biélorusse à atterrir à Minsk, après quoi un militant se trouvant à bord, Roman Protasevich, a été arrêté. Mais en réalité, une véritable alerte à la bombe, transmise par courrier électronique, a bien été reçue à l’aéroport de Minsk ainsi que par les autorités aériennes lituaniennes. L’avion a été informé de la menace par le contrôle aérien biélorusse et le pilote, après avoir communiqué avec la direction de Ryanair, a décidé d’atterrir à Minsk.

Le 4 juin 2021 La Biélorussie a traité l’affaire dans les règles de l’art et l’avion a été libéré après avoir été fouillé, sans trouver la bombe présumée. Il y avait des mandats d’arrêt en cours contre deux passagers se trouvant à bord, Roman Protasevich et sa petite amie russe Sofia Sapega. Tous deux ont été arrêtés au moment du passage des contrôles douaniers. Roman Protasevich a été trahi. Ce sont d’autres militants pour le changement de régime, avec lesquels il n’était pas d’accord, qui avaient envoyé le courriel d’alerte à la bombe pour le piéger. C’est ce qui ressort de son témoignage dans la dernière partie du documentaire télévisé dont le lien figure ci-dessus, où il apparaît comme un fumeur invétéré, vif et engagé. Un deuxième reportage de la télévision biélorusse (vidéo), un extrait de quatre-vingt-dix minutes d’une interview de quatre heures de Protasevich, a été diffusé hier : L'ancien rédacteur en chef de NEXTA, Roman Protasevich, a accordé une interview à la chaîne publique biélorusse ONT. Il y plaide (...) Lire la suite »
Truquages des photos, accusations non étayées et maintenant les témoignages bidons évolutifs

Volatilité des témoignages sur la question ouïghoure

Moon of Alabama

Le Grand Soir et le livre "Xinjiang pour en finir avec les fake news"(1) ont démontré maintes fois comment des organisations de défense des Ouïghours" sont liées à la CIA. A été également mis en évidence le système des photos et vidéos truquées.
Mais il semblait difficile, par contre, de prouver la fausseté des témoignages humains des "rescapés du goulag chinois". Moon of Alabama s’est attaqué avec succès à cette tâche en fournissant ses sources.
Démonstration imparable.
LGS

Il y a deux mois, nous avons documenté des changements étonnants au fil du temps dans le témoignage d’une femme ouïhgoure qui avait affirmé avoir été incarcérée en Chine : Au fil des ans, [Sayragul] Sautbay a donné plusieurs interviews. Les détails de son histoire ont continué à évoluer dans une direction sinophobes. Dans les premiers entretiens, Sautbay a affirmé avoir été une instructrice travaillant dans un camp de rééducation. Lors d'entretiens ultérieurs, elle affirme avoir été détenue. Dans des entretiens plus récents, elle affirme avoir été témoin de torture et de violence dans les camps. Lors d'entretiens antérieurs, elle avait réfuté ces affirmations. Dans une histoire, elle affirme avoir observé des viols de masse. Lors d'entretiens plus anciens, elle a insisté sur le fait qu'elle n'avait observé aucune violence. Alors qu'elle prétend maintenant que les détenus du camp ont été forcés de manger du porc, elle avait précédemment affirmé qu'aucune viande n'était servie dans les camps. . Les changements (...) Lire la suite »

Biélorussie. Une révolution de couleur téléguidée depuis les Etats-Unis est en marche

Moon of Alabama

Les initiatives orchestrées par les États-Unis pour renverser des gouvernements étrangers en favorisant l'agitation populaire et la détention de civils sont souvent appelées une couleur, et parfois une fleur. Ainsi, nous avons eu une "révolution rose" en Géorgie, un "mouvement vert" en Iran et une "révolution orange" en Ukraine. Mais il semble maintenant que la CIA et les différentes organisations qui la soutiennent n'aient plus de couleurs parmi lesquelles choisir. C'est la seule façon d'expliquer pourquoi ils appellent leur dernière initiative en Biélorussie la "révolution des pantoufles".

Non, ce n'est pas le Guardian qui a inventé ce surnom stupide en le mentionnant dans un de ses titres (qu'il a changé par la suite), mais la chaîne de télévision Belsat.eu, financée par le Département d'État des EU, qui a mentionné des pantoufles à la suite d'une photographie prise le 31 mai. Le 6 juin, Radio Free Europe/Radio Liberty a été le premier média à utiliser ce terme dans un titre. "Un partisan de l'opposition brandit une paire de pantoufles lors d'une manifestation à Minsk le 31 mai pour soutenir des élections présidentielles libres en août." Le 15 juin, le gouvernement des EU et le Conseil de l'Atlantique Nord (principal organe décisionnel de l'OTAN) ont mentionné les pantoufles dans une note sur le Belarus. Le Center for European Policy Analysis, une organisation basée à Washington, a évité de mentionner les "pantoufles", mais une note du même jour traite du même sujet. Lorsque toutes ces organisations et ces médias financés par les gouvernements occidentaux publient simultanément des (...) Lire la suite »

En pleine période de crise, la politique étrangère des États-Unis se déchaîne

Moon of Alabama
L'administration Trump réagit au stress de la pandémie en s'attaquant aux ennemis internes et externes perçus. Le secrétaire d'État Mike Pompeo dirige l'attaque extérieure. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé à un "cessez-le-feu mondial immédiat" pour se concentrer sur la lutte contre le Covid-19. Il a appelé à "la levée des sanctions qui peuvent saper la capacité des pays à répondre à la pandémie". Mais Washington n'écoute pas. Les demandes du Venezuela et de l'Iran pour des prêts d'urgence du FMI afin d'acheter des fournitures médicales ont été bloquées par les interventions américaines. Il y a tout juste un mois, Pompeo a annoncé un renforcement des sanctions contre l'Iran. Les sanctions bloquent les transferts d'argent. Elles rendent impossible l'importation par l'Iran de l'équipement médical dont il a besoin d'urgence pour lutter contre l'épidémie. Alors que les États-Unis ont renouvelé la dérogation aux sanctions qui permet à l'Irak d'importer de l'électricité et du (...) Lire la suite »

Coronavirus - Les cas cachés - Pourquoi nous devons tout fermer et le faire maintenant

Moon of Alabama
Les pouvoirs en place dans nos sociétés "occidentales" ont décidé de ne rien faire de significatif contre l'attaque du nouveau coronavirus SRAS-Cov-2. Il n'y aura même pas de tentative de faire comme la Chine ou la Corée du Sud qui ont mis toutes leurs ressources à disposition pour arrêter la propagation du virus lorsque c'était encore possible. L'"Occident" semble maintenant avoir dépassé ce stade. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a lancé l'idée d' "encaisser le coup", c'est-à-dire de ne rien faire pour atténuer le coup que l'épidémie va causer. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel a déclaré à son groupe parlementaire que 60 à 70 % de tous les Allemands attraperont le virus. La plupart d'entre eux tomberont malades. Avec un taux de mortalité de 1%, cela signifie que plus de 500.000 Allemands en mourront. Merkel n'a pas dit comment elle allait essayer d'empêcher cela. Jusqu'à présent, son administration n'a pas fait grand-chose pour empêcher une nouvelle propagation de la maladie (...) Lire la suite »

Venezuela : « dégonflement » de l’opposition… les États-Unis ciblent l’offre d’aide alimentaire pour affamer le peuple

Moon of Alabama

Le 22 mai 2019 Les personnages sans envergure que les États-Unis ont utilisés pour leurs tentatives de changement de régime au Venezuela n’ont pas fait correctement leur boulot. Le New York Times déclare que leur mouvement s’est « dégonflé ».

Dégonflée, l’opposition vénézuélienne envisage de négocier avec Maduro Onze heures après que l’article a été mis en ligne – et après un appel de la Maison-Blanche ? – le titre a été changé. Le dirigeant de l’opposition, Juan Guaido, pourrait négocier avec Maduro Bien qu’il répète les mêmes arguments utilisés pour la propagande, l’article indique clairement que Guaidó n’a pas le soutien du public : CARACAS, Venezuela - C'était un stratagème audacieux : Juan Guaidó, chef de l'opposition vénézuélienne, a manifesté près d'une base militaire aux côtés de dizaines d'officiers en uniforme et d'alliés politiques, appelant à un soulèvement militaire contre le président Nicolás Maduro. ... Trois semaines plus tard, Juan Guaidó fait la navette entre une demi-douzaine de planques pour échapper à sa capture. ... Et les protestations qui remplissaient les rues de partisans de Juan Guaidó s'estompent. ... Affaibli et incapable de résoudre rapidement la crise politique qui frappe le Venezuela, M. Guaidó a été contraint d'envisager (...) Lire la suite »

Venezuela - Il y a eu quelques échauffourées à la frontière, et quoi d’autre ?

Moon of Alabama
Le coup de l’'aide humanitaire' d'hier à la frontière colombo-vénézuélienne avait quatre objectifs : 1. Violer la frontière et ouvrir ainsi un passage qui pourrait par la suite être utilisé pour l’envoi d'armes et de combattants, 2. Pousser l'armée et la police vénézuéliennes à déserter en grand nombre, 3. Prouver au monde extérieur que l’idiot utile*, Guaido, qui s'est autoproclamé président, a un large public et peut donc être légitimement soutenu, 4. Justifier de nouvelles mesures contre le Venezuela. L’objectif n° 1 n'a manifestement pas été atteint. Quelques centaines de jeunes hommes ont attaqué la Garde nationale vénézuélienne qui avait fermé la frontière. Il y a eu quelques tentatives pour faire passer de force des camions 'd'aide'. L’idiot utile, Guaido n'était nulle part en vue. Cela s'est soldé par une petite escarmouche. On a distribué à quelques attaquants violents de l'essence pour qu’ils fassent des cocktails Molotov pour attaquer les gardes et mettre le feu aux camions 'd'aide'. On le voit (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 250