RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le chef de l’ump n’est plus en position d’imposer quoi que ce soit à qui que ce soit…ou «  le Grand bond (quatre ans) en arrière ! »

Comment sarkozy dilapide consciencieusement l’argent de l’Etat.

Comme à son habitude, le président des riches et des très riches, sarkozy, tend à confondre deniers publiques et fortune personnelle * (l’augmentation de 172 % de ses émoluments,- sans compter les « à -côtés » et autres "imprévus " - l’avion "présidentiel" par exemple (c’est "personnel" qu’il faudrait écrire) un caprice sur mesure avec options (une baignoire sabot ! c’est tellement pratique une baignoire dans un avion, surtout en cas de turbulences…) le coût démentiel de ses lubies de faux riche (après son éviction de la présidence et un retour contraint et forcé à la vie privée, il sera se montrer raisonnable vous verrez, tout particulièrement lorsqu’il acquittera lui-même ses propres factures. Quoi que… dans un récent article un curieux extrêmement averti avait calculé le montant des émoluments qu’il serait en droit de percevoir après la présidence, c’est tout simplement démentiel ! *Comparé aux 780 euros (par mois) en moyenne que deux voire trois millions de foyers ont pour survivre, il y a de quoi hurler de rage !) explose le budget de fonctionnement de l’Elysée en frais et faux-frais (l’argent de poche) pharaoniques, battant tous les records de dilapidation d’argent publique de ces prédécesseurs - **y compris de Chirac him-self et ses fameux 770 euros de frais de bouche par jour ! - (gavant au passage une ribambelle de conseillers en tous genres et de nombreuses agences d’opinion, appelée pompeusement "institut" de sondage), grevant lourdement le budget de l’Etat tellement les dépenses sont considérables (et inconsidérées).

* A quand un changement radical de Constitution ?

** Des invitations aux frais de la princesse : Tous les mois depuis son intronisation, le président-candidat des riches invite à l’Elysée le ban et l’arrière ban des membres son parti, l’ump, (des centaines de députés ou de sénateurs) et les gave de petits fours et autres amuse-gueules au cours de petits-déjeuners ou de déjeuners, copieusement arrosé de vins et de coupes de champagne, dans le seul de promouvoir sa cause et tenir ses troupes (de moins en moins tout de même, voir à ce sujet les violentes diatribes anti-sarkozyste des Devedjian, Morin, etc.).

Famille je t’aime, moi non plus !

On a peine à croire qu’il soit à ce point déconnecter de la réalité.
Toutes ces turpides (ainsi que beaucoup d’autres) malgré le déchaînement des porte-voix de la propagande officielle (oeuvrant désespérément pour entretenir vainement des centaines de contre-feux) ne pourront être effacer d’un coup de baguette magique !

Deux exemples récents suffiront pour étayer d’incontestables faits.

En première page d’un journal satirique, deux vraies-fausses nouvelles :

Il est écrit dans un article (l’Edito) : « …qu’on ne sait qui sera calife à la place du calife… (au sujet de l’exécution de qui vous savez) », et patati et patata…, assénant au passage cette surprenante contre-vérité : « … même les plus rudes symboles ne sont pas à l’épreuve des balles ! »

Le symbole par définition représente un concept qui en est l’image, et donc, à moins d’utiliser des balles "symboliques", on ne peut l’atteindre !

Dans le second article (toujours en première page), l’auteur raille les délires simplistes du président des riches et des très riches, sarkozy, supputant que si au cours de l’année qui lui reste à occuper les palais de la république - d’où 80 % de Français(es) voudraient prestement le virer - il s’ingéniait à faire l’inverse de ce qu’il a imposé au peuple français (malgré les professions de foi et promesses stipulant le contraire) durant les quatre années qui viennent de s’écoulées (les quatre cinquièmes du mandat que des millions de Français(ses) lui confièrent bien imprudemment), il pourrait présenter un bilan acceptable.

Vous lisez bien ! UN BILAN ACCEPTABLE !

Si sarkozy fait oublier aux millions de Français(ses) les 600 millions (annuel) qu’il a généreusement offert sur un plateau d’argent (c’est le cas de le dire) aux très riches, ou les milliards qu’il a (toujours aussi généreusement) octroyé à ces amis banquiers ou gérants de sociétés financières (sans aucune contre-partie !), ou la multitude de contre-réformes (bien qu’ils s’ingénient - lui et ces portes-voix - à faire croire qu’il s’agit de vraies réformes. Rien n’est plus faux ! c’est le détricotage systématique du programme du CNR - Le Conseil national de la Résistance - qui est mis en oeuvre), toutes plus calamiteuses les unes que les autres et qui ont pourri la vie de millions de foyers français, le candidat-président sarkozy pourrait présenter un bilan présentable !

Soit qu’il est intégralement cynique, soit qu’il complètement neuneu… les deux hypothèse sont possibles simultanément !

Il suffirait donc que tous les Français(ses) oublient comme par enchantement ces quatre années d’absolue turpitude, pour que tout redevienne possible pour le candidat sarkozy.
C’est d’une telle niaiserie et d’un tel niveau de stupidité qu’on a peine à y croire…
Comment peut-il s’imaginer que les Français(ses) soient assez idiots pour gober de telles âneries ?

Nous atteignons le degré zéro de la "stratégie" politique ! (si on peut encore qualifié de stratégie politique un plan aussi débile ?)

Un dernier carré de fanatiques (qui en dehors de toute réalité) colmate les brèches (trous béants) de la galère sarkozyste qui "flotte" plus par habitude que réellement, pour essayer de soutenir la candidature du pire loser que l’histoire politique française ait connu, du jamais vu ! (un trou qu’il désigne par "rupture")

Voilà le soi-disant seul candidat naturel de la droite (soutenu par une poignée d’agités de bocal et à peine un ou deux millions d’obligés et de redevables), candidat à sa propre succession, et ne l’oublions surtout pas, hors niveau de détestation (tellement il est si fortement rejeté) car il y a peu encore (un an à peine), ce matamore d’opérette affichait un tel mépris pour le peuple français (souvenez-vous, il éructait ivre de rage, défiant (soi-disant) seul le peuple français !) comment peut-on oublier ça ? Il osait même s’en vanter auprès d’amis du premier cercle (les petits malins qui crachent volontiers au bassinet, et se rembourse dés les premiers retours sur investissement) ou d’intimes… de Gaulle déclarait : « Les Français sont des veaux ! », Audiard faisait (à peu près) dire à son acteur fétiche, Gabin : « …un con ça ose tout ! c’est d’ailleurs à ça qu’on le reconnaît… », on peut dire qu’en matière de con on est amplement servi…

* le moment venu il faudra aussi qu’on éclaircisse le coût monumental de la participation française dans les opérations de guerre en cours (participation en tous genres, qui va du bombardement "ciblé" - les nombreuses victimes civiles l’attestent - aux opérations barbouzardes…c’est dire l’amplitude des missions dans l’espace aérien, maritime ou terrestre libyen, ivoirien et afghan) sur le théâtre de guerres (l’intrusion illégale dans la guerre civile libyenne ou ivoirienne - en ce qui concerne ce pays, la Côte d’Ivoire, tout le monde aura compris qu’il s’agit d’une guerre néo-coloniale qui ne dit pas son nom - ) décidées (seul) par le président des riches et des très riches… ce qui ne l’empêche pas de récidiver (malgré les communiqués - le second en quelques semaines ! - et les mises en garde conjointes et répétées des gouvernements russes et chinois contre ces intrusions illégales dans les affaires internes d’un pays souverain (la Libye) ; il faut aussi rappeler que L’Inde, le Brésil et une majorité de pays d’Amérique du Sud, ont condamné clairement cette ingérence "étrangère" - sont directement visés, les Etats-Unis, l’Angleterre et la France à la tête d’une « coalition internationale-occidentale », dans des affaires strictement internes d’une nation souveraine (la Libye), et considèrent ces intrusions totalement illégales ! ) en expulsant manu-militari seize "anciens" (selon les officines et médias de la propagande officielle françaises) ambassadeurs de Libye, un comble !

Grandes et petites manoeuvres électoralistes

Il ne faudra pas attendre au-delà de trois ou quatre mois (en novembre ou en décembre 2011, pour que cette affaire soit pliée) pour voir une tripotée de faux-culs quitter précipitamment la galère sarkozyste (et l’ump, du moins ce qu’il en reste, se scindera tout naturellement).

De grands stratèges - des professionnels estampillés politicards - pensent avoir trouvé LA solution. Pour éviter cette débandade généralisée et pour tenir les troupes, ils envisageraient de ne pas accorder d’investitures (en vue des élections législatives de 2012) avant le mois de mars ou avril 2012 ! Cette grossière manoeuvre devrait (en principe) empêcher les troupes de rallier une confédération centriste (contrôlée par Borloo/Morin/Bayrou).

Que deviennent les électeurs dans ce fatras électoraliste ? Bah, ils votent c’est déjà pas si mal !

Le candidat de la (vraie) rupture

Pour en revenir aux gabegies du locataire de l’Elysée, il faut ajouter au compteur la dernière trouvaille de ce sans gêne (car on peut l’affirmer sans beaucoup se tromper que par rapport à tous ces prédécesseurs, il est le seul à avoir utilisé autant de moyens pour une campagne électorale - quasi continue depuis son élection - c’est LA vraie rupture en somme).

Pour se faire mousser, il a fait éditer (aux frais des contribuables bien entendu), *une plaquette sur papier glacé (75 pages), pour vanter ses mérites et tartiner sur un improbable bilan. Coût de ce nouveau gaspillage (tirage à 5.000 exemplaires tout de même !) 8.500 euros selon la propagande élyséenne (que vous pourrez multiplier par deux voire par trois pour plus de vraisemblance).

*intitulée « Quatre ans d’occupation : de mai 2007 à mai 2011. Le bilan d’un désastre... »

Ce n’est pas tout, les déplacement hebdomadaires et intempestifs du président-candidat aux frais de l’Etat (à chacun des déplacements où il décide de s’imposer, il mobilise un staff et *du matériel (pour prolonger la piste d’atterrissage, souvent trop courte pour poser l’avion spécial qu’il s’est fait construire aux frais de l’Etat) d’énormes camions, des hélicos, des avions (du Falcon à l’Airbus A330) des centaines de CRS, de gendarmes, de gardes républicains, de policiers nationaux ou municipaux, des brigades spécialisées (pompiers, plongeurs, démineurs, GIGN et la garde rapprochée des "VIP" (le SPHP), etc.) en plus du personnel politique et des hauts fonctionnaires (préfets et autres corps d’état désigné par lui, aux ordres donc). On boucle, on interdit, on réglemente les déplacements de particuliers et de véhicules sur de larges périmètres ou dans de vastes zones, qui sont à la fois contrôlées et (parfois) vidées d’éventuels "trublions" (quelquefois arrêtés et emprisonnés préventivement, va savoir…), car il n’aime pas être sifflé et hué publiquement, c’est aussi ça le déni de réalité...

Tout ce cirque se traduit invariablement par un bordel monstre, la circulation routière est gravement perturbée ou interrompue, il y a d’énormes bouchons, des centaines de véhicules sont envoyés à la fourrière, etc., etc.,

*détail important, un pupitre est aménagé spécialement pour le président-candidat de petite taille, et le suit dans tous ses déplacements lors des discours (quasiment à chaque fois le même discours, sauf à quelques variantes près, par exemple quand il promet… les promesses n’engagent que celles et ceux qui y croient !)

** petit calcul mental ; sachant qu’en moyenne l’un des voyage touristique du président-candidat coûte entre cent et cent vingt mille euros pièce, combien de postes indispensables au bon fonctionnement (services supprimés, écoles et classes fermées) des Hôpitaux ou Ecoles publiques seront sacrifiés pour satisfaire l’ego surdimensionné du candidat-président ?

La pagaille qu’engendre les déplacements du président-candidat n’apparaît jamais sur les belles images présentées dans le "JT" des chaînes télé aux ordres. Ces "JT" relatent par le menu (et uniquement en plan serré sur le président-candidat) les rendez-vous du si populaire président-candidat, si proche du "peuple" français - en fait de "peuple" français, il s’agit de la sempiternelle claque, que les caciques locaux étoffent au gré des déplacements du président-candidat, avec le ban et l’arrière ban (les enfants des militants ump sont contraints de participer "spontanément" ainsi que leurs parents au soutient actif (sourires et poignées de main sont de rigueur) du candidat naturel de toute la droite) des militants ump encartés et triés sur le volet (à jour de leur cotisation ?) - encore et toujours avec les sous des contribuables (de gauche comme de droite) - ce gros malin se déclarera le plus tard possible (et ne sera candidat qu’après avoir usé et profité au maximum de l’entourloupe) et bénéficiera de moyens (très importants) mis à la disposition du président-candidat, auxquels ses adversaires politiques ne pourront (évidemment pas) prétendre - double avantage, les 80 % de Français qui ne peuvent plus le piffer seront obligés (bien malgré eux) de participer au financièrement de sa campagne électorale, et les adversaires politiques assisteront (impuissants puisqu’ils ne disent rien) au déploiement de moyens (déloyal bien entendu ; la moralité n’est pas sa tasse de thé !) mis à la disposition du président-candidat et ne peuvent même pas l’ouvrir.

Il aime bien humilié c’est plus fort que lui…

Elle est pas belle "notre" république ?

URL de cet article 13630
  

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.