RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Le néolibéralisme domine la planète en causant toujours plus de dégâts »

Algeriepatriotique : La démondialisation est un concept qui revient souvent dans votre travail de recherche. Pouvez-vous nous expliquer en quoi cela consiste ?

Michel Rogalski : Nombreux sont les travaux qui s’accumulent depuis une vingtaine d’années qui dénoncent les méfaits de la mondialisation et suggèrent qu’elle n’est pas un phénomène inéluctable. Construite par l’homme depuis des siècles, elle connaît des phases d’emballement qui créent généralement les conditions de son essoufflement, voire de crises à répétition. Mais elle présente des aspects positifs que personne ne songe à remettre en cause : une plus grande facilité de circuler, des échanges culturels et scientifiques accrus, une meilleure connaissance de l’autre, un commerce de marchandises dans une large part à l’origine de l’essor des pays émergents et qui a contribué à dessiner une nouvelle configuration des rapports nord-sud … Tout cela, c’est de la bonne mondialisation qu’il convient de préserver. Mais à l’ombre de celle-ci s’est développée une mondialisation financière, voire maffieuse qui façonne par sa puissance les traits de l’économie mondiale et les marges de manœuvre des Etats faisant peser sur eux des contraintes insupportables. Des paradis fiscaux ont été multipliés pour favoriser ces activités. Des règles économiques et financières ont été édictées pour imposer aux Etats la soumission aux normes de la finance internationale. Toute stratégie de développement national indépendant se trouve confrontée à cette nouvelle réalité. C’est tout cela qu’il convient de contrer.

Le modèle économique néolibéral a échoué, mais l’alternative tarde à venir. A quoi l’attribuez-vous ?

Le modèle a certes échoué, mais il domine encore la planète en causant toujours plus de dégâts. Il a pris soin de verrouiller par des dispositifs institutionnels des pans entiers de ses recettes. Le modèle le plus achevé est celui de la construction européenne où l’empilement de traités successifs grave dans le marbre ces orientations libérales. Toute alternative véritable viendra s’empêtrer dans cette gangue qui plane en surplomb contre toute volonté de changement. C’est un problème identique qui agite les pays des « printemps arabes » lorsqu’il y est discuté de savoir si les constitutions doivent se référer à la charia, en marquant ainsi les limites du possible. Bref, les « lois » divines ou d’inspirations libérales peuvent-elles encore s’imposer aux hommes ? Ce carcan doit être brisé. Certes, cela ne suffit pas à faire une alternative. Un modèle économique doit pouvoir s’incarner dans une alliance sociale et une coalition politique qui le porte, et ceci de façon majoritaire. L’effondrement du bloc soviétique a constitué un choc qui a laissé des traces, au point que certains ont pu prophétiser la fin de l’histoire. Mais au tournant des années 2000, le virage à gauche d’une partie de l’Amérique latine a incarné des possibilités et suggéré que d’autres voies étaient possibles. Ces expériences nouvelles rencontrent des difficultés et de l’hostilité sourde ou manifeste. D’où la nécessité d’une solidarité internationale qui doit se nourrir d’un partage de valeurs communes.

On remarque une faible, voire une absence totale de réaction face aux scandales d’écoutes et d’espionnage à grande échelle révélés par Edward Snowden et par plusieurs lanceurs d’alerte. Où est la combativité de la société européenne, de son élite, de ses libres penseurs, de ses organisations de défense des droits de l’Homme et autres, alors qu’une grande manifestation a eu lieu aux Etats-Unis récemment ?

C’est vrai que l’ampleur des révélations a contribué à inoculer l’idée d’une fatalité technologique. Seuls les milieux informés – y compris les gouvernements – savaient. L’opinion publique, même si elle se doutait un peu, a été littéralement sidérée par l’ampleur du phénomène. Les services secrets ont partout été créés pour faire des choses illégales ou immorales que les gouvernements ne peuvent assumer. Et ils ne peuvent être poursuivis pour ces activités, car protégés par le secret d’Etat ou le secret défense. Le choc tient au fait que l’on croyait que seul l’ennemi était visé, et ce, pour les besoins de la sécurité nationale. On découvre à travers ces révélations que la surveillance s’est généralisée, que l’on est entrés dans l’ère du Big Brother et que l’on sait tout sur vous. Bref, que cette arme redoutable du renseignement est devenue tous azimuts et peut se retourner contre vous. Les Etats-Unis sont effectivement plus sensibles – pour eux – aux libertés publiques et individuelles que les Européens et il ne faut pas être surpris que là-bas l’émotion y ait été plus intense, d’autant que tout cela leur a été vendu au nom de la lutte contre le terrorisme. On a aussi appris que les Etats s’entraidaient dans cette surveillance généralisée, livrant même leurs communications en échange d’autres renseignements. Les révélations ne sont certainement pas épuisées. Un débat commence maintenant – et il sera en large partie public – sur un code de conduite qui devra définir où fixer le curseur afin de préserver les libertés publiques. Le lanceur d’alerte Edward Snowden devrait être proposé au prix Nobel de la paix.

Entretien réalisé par Mohsen Abdelmoumen

»» http://www.algeriepatriotique.com/article/michel-rogalski-algeriepatri...
URL de cet article 23238
  

Même Thème
En finir avec l’eurolibéralisme - Bernard Cassen (dir.) - Mille et Une Nuits, 2008.
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un court ouvrage collectif, très dense, publié suite à un colloque organisé par Mémoire des luttes et la revue Utopie critique à l’université Paris 8 en juin 2008, sous la direction de Bernard Cassen, fondateur et ancien président d’ATTAC, à qui, on s’en souvient, le "non" au référendum de 2005 doit beaucoup. La thèse centrale de cet ouvrage est que l’« Europe » est, et a toujours été, une machine à libéraliser, au-dessus des peuples, contre les peuples. Dans "La fracture démocratique", (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faudrait d’abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au VietNam une tête coupée et un oeil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe, un foyer d’infection qui s’étend et qu’au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. de tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. [...]

Aimé Césaire

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.