Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


le piège d’un syndicalisme rassemblé

Le piège d’un syndicalisme rassemblé

Tout le monde souhaite l’union des travailleurs, ça rend plus fort et plus efficace !

C’est une évidence.

La direction confédérale de la CGT a fait de cet objectif une priorité essentielle.

Le fait que 8 syndicats appellent ensemble à des grèves et des manifestations contre la « réforme » des retraites a incontestablement joué un rôle mobilisateur permettant de rassembler des millions de personnes dans la rue !


Mais il y a un hic !

Cette unité est d’abord une unité de sommet qui a eu pour première conséquence de gommer et de minimiser les différences d’orientation des différents syndicats concernant cette contre-réforme.

Tous unis donc contre le projet de Sarkosy, mais pour quelle autre alternative ?

Par exemple, et la direction de la CFDT et la direction du PS acquiescent à l’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein au nom de l’allongement de la durée de la vie (qui sera de 41,5 années dès 2013 !) ! Ce qui serait mortifére pour des millions de gens : jeunes entrant tard dans la vie active, femmes et précaires aux "carrières à trou", seniors chassés des entreprises à la cinquantaine …

De la même manière, l’option d’une carrière à la carte, par points a fait la démonstration de sa nocivité là où elle a été appliquée comme en Suède avec indexation sur la croissance et le passage en quelques années d’un taux de remplacement du salaire moyen de référence passé de 80 à 62 % !!!!!!!!

Or la direction confédérale de la CFDT est partisane de ce système ! Relayée par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), le Sénat et François Bayrou !,

ET C’EST LA QUE SE BRISE L’UNITE !


ET C’EST LA QUE LE MASQUAGE DES DIVERGENCES DESSERT L’UNITE VRAIE !

Ce que le pouvoir et Sarkosy ont parfaitement compris puisque pour faciliter la sortie de la CFDT du mouvement un amendement de la majorité du Sénat à la loi sur la réforme prévoie en 2013 de "réfléchir" à "une réforme systémique", c’est-à -dire une retraite par points.

Et le prétexte invoqué par la direction de la CFDT du respect de la loi républicaine après le vote de la loi pour se retirer du mouvement, envisager bien sûr « d’autres formes de lutte » cache mal cette approbation quant au fond du fait que la réforme devrait être au moins aussi en partie payée par les travailleurs. Le seul problème dans cette perspective étant que la potion amère soit perçue comme juste.

De ma même manière que les partis socialistes au pouvoir en Europe (Grèce, Espagne et Portugal) appliquent d’implacables plans de rigueur à leurs peuples dictés par le FMI, la Banque mondiale et les marchés financiers, dont il faudrait (O servilité !) garder la confiance !

Fondamentalement parce que cette direction et ces partis n’entendent pas remettre en cause l’actuelle et immense inégalité dans la répartition des richesses, la domination écrasante des marchés financiers et de leurs commis politiques et s’affronter directement à leurs orientations ; le communiqué interne récent de la direction de la CFDT(au bureau national, aux fédérations, aux unions régionales et départementales, ainsi qu’aux secrétaires confédéraux.) indiquant : "l’intersyndicale devra bien reconnaître que nous serons dans une autre configuration [après le vote parlementaire] puisque nous ne voulons ni aller sur la contestation de la légitimité parlementaire, ni sur l’affrontement avec la présidence de la République.

OUI donc à le recherche de l’unité, mais d’abord en bas avec les salariés, avec les lycéens et les étudiants, avec les retraités pour certes dénoncer l’injustice de cette contre-réforme, mais aussi pour dégager les lignes d’une véritable réforme axée sur l’intérêt des salariés et DONC s’en prenant aux intérêts du capital, des actionnaires et de la clique politique qui leur sert d’instrument !

Ce qui implique par exemple pour la CGT de garder sa totale autonomie d’expression et de ne pas "mettre de l’eau dans son vin" comme nous y sommes de fait invités par une direction qui privilégie les accords de sommet.

Le pouvoir et les médias aux ordres prétendent célébrer l’affaiblissement et la fin du mouvement "dans le respect de la légalité" et tourner la page des retraites pour passer à autre chose.

Et bien faisons en sorte que notre volonté de lutte démente leurs sombres prévisions et que la lutte pour le retrait de cette funeste contre-réforme demeure bien au sommet de l’actualité et de la préoccupation des français !

Le Front Syndical de Classe

Mardi 26 Octobre 2010

URL de cet article 11812
   
Indignez-vous ! par Stéphane Hessel
Présentation de l’éditeur « 93 ans. La fin n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique : le programme élaboré il y a soixante-six ans par le Conseil National de la Résistance ! » Quelle chance de pouvoir nous nourrir de l’expérience de ce grand résistant, réchappé des camps de Buchenwald et de Dora, co-rédacteur de la Déclaration universelle des Droits de l’homme de 1948, élevé à la dignité d’Ambassadeur de France et de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Chaque prétendant à l’Empire claironne à l’extérieur qu’il veut conquérir le monde pour y apporter la paix, la sécurité et la liberté, et qu’il sacrifie ses enfants dans un but éminemment noble et humanitaire. C’est un mensonge, et un vieux mensonge, et pourtant des générations se succèdent et y croient !

Si les Etats-Unis ont la prétention de devenir un Empire, comme c’est la cas pour la plupart des nations, alors les réformes internes seront abandonnées, les droits des états seront abolis - pour nous imposer un gouvernement centralisé afin de renier nos libertés et lancer des expéditions à l’étranger.

Alors le Rêve Américain mourra - sur des champs de batailles à travers le monde - et une nation conçue dans la liberté détruira la liberté des Américains et imposera la tyrannie pour assujettir les nations.

George S. Boutwell - (1818-1905), Secrétaire du Trésor sous le Président Ulysses S. Grant, Governeur du Massachusetts, Sénateur and Représentant du Massachusetts


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.