Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


le piège d’un syndicalisme rassemblé

Le piège d’un syndicalisme rassemblé

Tout le monde souhaite l’union des travailleurs, ça rend plus fort et plus efficace !

C’est une évidence.

La direction confédérale de la CGT a fait de cet objectif une priorité essentielle.

Le fait que 8 syndicats appellent ensemble à des grèves et des manifestations contre la « réforme » des retraites a incontestablement joué un rôle mobilisateur permettant de rassembler des millions de personnes dans la rue !


Mais il y a un hic !

Cette unité est d’abord une unité de sommet qui a eu pour première conséquence de gommer et de minimiser les différences d’orientation des différents syndicats concernant cette contre-réforme.

Tous unis donc contre le projet de Sarkosy, mais pour quelle autre alternative ?

Par exemple, et la direction de la CFDT et la direction du PS acquiescent à l’allongement de la durée de cotisation pour une retraite à taux plein au nom de l’allongement de la durée de la vie (qui sera de 41,5 années dès 2013 !) ! Ce qui serait mortifére pour des millions de gens : jeunes entrant tard dans la vie active, femmes et précaires aux "carrières à trou", seniors chassés des entreprises à la cinquantaine …

De la même manière, l’option d’une carrière à la carte, par points a fait la démonstration de sa nocivité là où elle a été appliquée comme en Suède avec indexation sur la croissance et le passage en quelques années d’un taux de remplacement du salaire moyen de référence passé de 80 à 62 % !!!!!!!!

Or la direction confédérale de la CFDT est partisane de ce système ! Relayée par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), le Sénat et François Bayrou !,

ET C’EST LA QUE SE BRISE L’UNITE !


ET C’EST LA QUE LE MASQUAGE DES DIVERGENCES DESSERT L’UNITE VRAIE !

Ce que le pouvoir et Sarkosy ont parfaitement compris puisque pour faciliter la sortie de la CFDT du mouvement un amendement de la majorité du Sénat à la loi sur la réforme prévoie en 2013 de "réfléchir" à "une réforme systémique", c’est-à -dire une retraite par points.

Et le prétexte invoqué par la direction de la CFDT du respect de la loi républicaine après le vote de la loi pour se retirer du mouvement, envisager bien sûr « d’autres formes de lutte » cache mal cette approbation quant au fond du fait que la réforme devrait être au moins aussi en partie payée par les travailleurs. Le seul problème dans cette perspective étant que la potion amère soit perçue comme juste.

De ma même manière que les partis socialistes au pouvoir en Europe (Grèce, Espagne et Portugal) appliquent d’implacables plans de rigueur à leurs peuples dictés par le FMI, la Banque mondiale et les marchés financiers, dont il faudrait (O servilité !) garder la confiance !

Fondamentalement parce que cette direction et ces partis n’entendent pas remettre en cause l’actuelle et immense inégalité dans la répartition des richesses, la domination écrasante des marchés financiers et de leurs commis politiques et s’affronter directement à leurs orientations ; le communiqué interne récent de la direction de la CFDT(au bureau national, aux fédérations, aux unions régionales et départementales, ainsi qu’aux secrétaires confédéraux.) indiquant : "l’intersyndicale devra bien reconnaître que nous serons dans une autre configuration [après le vote parlementaire] puisque nous ne voulons ni aller sur la contestation de la légitimité parlementaire, ni sur l’affrontement avec la présidence de la République.

OUI donc à le recherche de l’unité, mais d’abord en bas avec les salariés, avec les lycéens et les étudiants, avec les retraités pour certes dénoncer l’injustice de cette contre-réforme, mais aussi pour dégager les lignes d’une véritable réforme axée sur l’intérêt des salariés et DONC s’en prenant aux intérêts du capital, des actionnaires et de la clique politique qui leur sert d’instrument !

Ce qui implique par exemple pour la CGT de garder sa totale autonomie d’expression et de ne pas "mettre de l’eau dans son vin" comme nous y sommes de fait invités par une direction qui privilégie les accords de sommet.

Le pouvoir et les médias aux ordres prétendent célébrer l’affaiblissement et la fin du mouvement "dans le respect de la légalité" et tourner la page des retraites pour passer à autre chose.

Et bien faisons en sorte que notre volonté de lutte démente leurs sombres prévisions et que la lutte pour le retrait de cette funeste contre-réforme demeure bien au sommet de l’actualité et de la préoccupation des français !

Le Front Syndical de Classe

Mardi 26 Octobre 2010

URL de cet article 11812
   
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.