Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le système médiatique français couvre les bombardiers israéliens

Quelqu’un voit-il une différence notable entre les deux articles ci-dessous ?

Syrie : les rebelles ont utilisé du gaz sarin, selon Carla del Ponte
AFP, 06 mai 2013, 09h45

Les rebelles syriens ont fait usage du gaz sarin, a affirmé Carla del Ponte, membre de la Commission d’enquête de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Syrie. "Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles ont utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin", a déclaré Mme del Ponte, dans une interview à la radio suisse italienne dans la nuit de dimanche à lundi.

et

Les rebelles syriens auraient utilisé du gaz sarin
Chloé Woitier , Le Figaro, 06 mai 2013, 09h59

La commission d’enquête de l’ONU sur les violences en Syrie a des « suspicions fortes et concrètes » de l’utilisation d’armes chimiques de la part des insurgés, mais doit encore « approfondir » ses recherches. Les rebelles syriens auraient utilisé du gaz sarin, un agent neurotoxique extrêmement puissant et interdit par le droit international. L’information provient non pas du régime de Bachar el-Assad, mais de Clara Del Ponte, membre de la commission d’enquête indépendante de l’ONU sur les violences en Syrie….

….Et blablabla et blablabla…

Mme Clara Del Ponte qui use de l’indicatif et une pousse crayon du Figaro qui cogite un conditionnel pour laisser le soin aux Israéliens de faire le boulot que les enturbannés de service n’ont pas réussi à faire, équipés pourtant par la première puissance criminelle de la planète et de l’histoire.

Le Figaro s’enfonce en titrant, pour mieux préciser de quel côté penche lourdement son parti pris et celui su système médiatico-politique qui pèse sur l’opinion française :

L’ONU s’embrouille sur l’usage de gaz sarin par les rebelles syriens

En Syrie, grand flou sur les armes chimiques
Le Figaro, 06 mai 2013, 18h31

« Les Occidentaux hésiteraient à fournir des armes aux insurgés », pleurnichent les éditorialistes sionistes qui font main basse sur l’information un peu partout dans le monde.

Non seulement les Occidentaux fournissent des armes (via leurs harkis en gandoura), mais en plus ils interviennent directement dans le conflit syrien pour lequel ils constituent les principaux acteurs. Tout le monde sait bien que la Syrie subit que agression extérieure caractérisée. On exhibe de temps à autre quelques larbins indigènes pour les besoin de la propagande, mais ceux agissent sur le terrain ce sont bel et bien les légions internationales islamistes supplétives encadrées par les « services spéciaux » américains, européens et israéliens, à partir des colonies occidentales voisines (Turquie, Jordanie, Irak, Liban et Israël).

C’est parce que les harkis échouent que les Israéliens tentent de faire monter les enchères espérant casser plus vite encore l’axe Téhéran-Damas-Hezbollah. C’est cela le véritable objectif de toute cette opération placée sous un label "printanier" avec pour objectif stratégique supplémentaire : chasser définitivement les Russes de Méditerranée en les obligeant à évacuer la seul base dont ils disposent en Syrie.

La honte suprême est évidemment celle de notre gouvernement qui croit encore utile (ou prudent - pour qui ?) de se la fermer quand il est temps de l’ouvrir et de dénoncer l’agression ignoble que subit la Syrie. Et cela naturellement n’a rien à voir avec quelque soutien que ce soit à un régime ou à un gouvernement : cela ne regarde que le peuple syrien, souverain en ses murs.

Tout le reste c’est baratin pour demeurés et décervelés.

06 mai 2013

URL de cet article 20506
   
La liberté contre le destin, discours de Thomas Sankara
Thomas Sankara reste une figure révolutionnaire de premier plan pour la jeunesse africaine en lutte. Durant son passage bref mais fulgurant à la tête du Burkina Faso, interrompu par son assassinat en 1987, le jeune officier a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique, ainsi que la mémoire des luttes anti-impérialistes. On trouvera dans ce recueil, outre les principaux discours de Thomas Sankara, des discours inédits. En plus de faire des bilans réguliers de la révolution, il aborde les thèmes (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.