Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

45 

Le tsunami des législatives : causes, conséquences et raisons d’espérer


A chaud et vite fait
 : à l’issue des Primaires, des présidentielles et du premier tour des législatives, on observe la disparition de nuisibles, de mastodontes de droite et de « gauche », avec implosion du PS, échec du FN (moins de voix dimanche qu’en 2012), apparition de nouveaux mouvements : EM et la FI.

Au premier, il pousse des centaines de bras pour nous faire les poches. Le second est moins heureux électoralement, mais a semé les graines d’où germera une vraie gauche, sur les ruines du PS droitisé et d’un PCF versé dans la lutte des places.

Vont probablement entrer à l’Assemblée nationale quelques députés porteurs d’un idéal d’avenir en commun, d’éco-socialisme et capables de faire face au raz-de-marée macronien dont un avenir proche nous dira de qui il est composé. A mon avis : opportunistes sans principes, agents du MEDEF, sous-marins du CAC 40, fous de Jésus, lobbyistes, traîtres d’hier et de demain, futurs inculpés. Plus quelques sous-développés du bulbe rachidien, investis parce que l’enclos des chèvres était vide, et qui sont incapables de dire sur quel programme ils ont été élus.

Théophraste R.
Politologue au Grand Soir, spécialiste des médias, chargé de cours à l’Ecole Nationale de Désenfumage, auteur de l’essai (à paraître) : « Ces neuf milliardaires qui ont fait Macron par les médias que vous achetez au lieu de verser votre obole au Grand Soir » et du court pamphlet (à paraître) « Qu’est devenu le coiffeur (9 895 euros mensuel) de François Hollande, l’homme aux cheveux de jais ? ».

URL de cette brève 5460
https://www.legrandsoir.info/le-tsunami-des-legislatives-causes-consequences-et-raisons-d-esperer.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
12/06/2017 à 08:20 par irae

Nouvelle séance matinale de cognage sur lcp sur JLM. Il a perdu ses nerfs, il repart dans l’outrance et citation gourmande de la vieille peau de match le roitelet a dit "jlm c’est cuba sans le soleil...etc" on pourrait lui répondre "roitelet c’est obama sans le charisme".
Et à ce stade de cet épisode édifiant et de toutes les interventions anti jlm sur ce site et ailleurs mais oú sont les critiques ou confrontations programmatiques ?
Non la diabolisation et rien d’autre et ca fonctionne la preuve par les urnes. Parce que la cape rouge qui attire sur l’un et masque ce qui devrait être vu fonctionne toujours aussi bien sur les animaux.
L’ avantage de ne pas avoir de concience c’est d’avancer vers l’abattoir sans crainte. Sauf que vient le moment oú la lame fait mal.
Et tanpis pour eux.

#136876 
12/06/2017 à 09:01 par Tous z'ensemble

Attention, si vous voyez dans certaines circonscriptions des scores de 1,5% ou 2%, ce n’est pas forcément le NPA ou LO ; ça peut bien être un candidat du PCF (pas Marie-Georges Buffet, communiste amie de la FI. Elle est arrivée en tête dans la 4ème circonscription de Seine-Saint-Denis avec avec 32,80 % des suffrages exprimés).
Pas étonnant si les médias globalisent les résultats FI+ PCF.
Ne serait-il pas temps qu’au PCF, les communistes de l’intérieur virent leurs clones de Valls, Cambadelis, etc., et fassent revenir au bercail les centaines de milliers de communistes de l’extérieur ?

#136879 
12/06/2017 à 09:16 par Le Métayer Valérie

Requiem pour le peuple Français :

Pauvres de nous
Avec En Marche ou Crève

Tu marches, tu marches pas
Tu crèves quand même

Bel avenir en perspective

Merci aux cons
Demains vous pleurerez
Ou vous suiciderez
De les avoir placés

La messe est dite
Ainsi soit-il ! Amen

Toutes mes condoléances
Présentes et à venir
Évidemment pour moi aussi

Adieu Liberté, Adieu peuple

Le Métayer Valérie, le 11/06/2017

#136880 
12/06/2017 à 09:16 par Assimbonanga

Bravo à Marie-Georges Buffet. Sa valeur humaine est récompensée. Merci au messager de cette belle nouvelle.

#136881 
12/06/2017 à 09:35 par J.J.

Selon que vous serez...fable connue.
Il faut en effet noter l’habileté de ces bons macroniens.

A l’instar des carabiniers d’Offenbach,futurs lauréats du concours Lépine,novateurs dans le domaine de la musique contemporaine qui pourrait leur valoir d’être admis à l’IRCAM, ils ont crée le concept de sourdine pour casserole.

Certains candidats soit disant marcheurs en ont usé et abusé avec doigté et élégance. Curieusement nous somme loin du tintinnabulum fillonesque ou cahuzaquien. Etonnant n’est-ce pas ?
Kolossale habileté également, ils crient victoire avec un score d’environ 15% des électeurs inscrits(faites le calcul).
Ils n’ont pas compris que les citoyens français, à tort ou à raison rejettent toutes les politiques, y compris la leur ?
Quant à Mélanchon, il ne s’en tire proportionnellement pas trop mal malgré le "bashing" (pour ceux qui ne connaissant pas le français ignorent le terme dénigrement) savamment organisé.

#136884 
12/06/2017 à 10:27 par Michel Rolland

« opportunistes sans principes, agents du MEDEF, sous-marins du CAC 40, fous de Jésus, lobbyistes, traîtres d’hier et de demain, futurs inculpés. Plus quelques sous-développés du bulbe rachidien, investis parce que l’enclos des chèvres était vide, et qui sont incapables de dire sur quel programme ils ont été élus. »

Ne me demandez surtout pas de le prendre au deuxième degré. Ce n’est même pas de l’ironie. C’est la triste réalité...

Je pensais qu’au Québec nous étions réactionnaires, mais je commence à croire que cela est inscrit dans nos gènes...

Sympathies !

Michel

#136887 
12/06/2017 à 11:20 par Georges SPORRI

Je ne crois pas à l’effondrement de LR + PS qui n’est qu’une apparence. REM = UMP + MODEM + PS + Ecolos non "pastèque".
Les "zoziété zivile" sont les ex financeurs de la politique qui garantissaient déjà la stabilité du "système".
Les 2 partis majoritaires REM + LR vont avoir du soucis pour avoir l’air d’être différents mais ils y parviendront.
Reste à observer comment va gesticuler le minuscule PS qui survivra quand même ( Filoche et Hamon seront les cautions de gauche d’Hidalgo-Aubry-Montebourg). On sait déjà qu’ils accusent le méchant JLM et le TROPAGAUCHE Hamon d’être les fautifs, avec la complicité mortifère d’une partie du PCF qui radote (bientôt ils vont nous ressortir "Union ! Action ! Programme commun !).

#136889 
12/06/2017 à 11:58 par Michel Rolland

À ajouter SVP :

Ce paragraphe me semble avoir un lien avec la pseudo-élection d’hier :

(Tiré de L’histoire de la prise de contrôle par les néocons sur les États-Unis Par Paul Fitzgerald et Elizabeth Gould – Le 10 mai 2017)

Orwell écrivait, dans son livre Second Thoughts on James Burnham «  Ce que Burnham se souciait principalement de montrer [dans The Machiavellians] est qu’une société démocratique n’a jamais existé et, pour autant qu’on puisse le voir, n’existera jamais. La société est par nature oligarchique, et le pouvoir de l’oligarchie repose toujours sur la force et la fraude… Le pouvoir peut parfois être gagné et conservé sans violence, mais jamais sans fraude.  »

Michel

#136890 
12/06/2017 à 13:41 par Geb.

OK. Affaire à suivre !

Et par pitié, ’(Pour Théopraste)... Ne dites pas du mal des "chèvres".

Elles méritent bien mieux que ça. ((- :

#136897 
12/06/2017 à 13:45 par FredeSud

Bonjour à tous,
En un mot et pour faire simple, les moutons ont "veauté"...
Solidairement.

#136899 
12/06/2017 à 14:18 par ozerfil

Préparons les mouchoirs, le pire est à venir : la Marche forcée vers l’ultra-libéralisme.

"Un vote triomphal pour un parti qui n’existait pas il y a moins d’un an" - je cite nos journaleux-carpettes et porte-parole...
Avec le soutien d’un tiers des 50% de votants, soit environ 16% des électeurs.
Pris pour un blanc-seing.
En toute démocratie.

Une chose, au moins, m’aura fait rire : le "PCF versé dans la lutte des places." !!

#136901 
12/06/2017 à 14:30 par Assimbonanga

Je suggère au Grand-Soir de publier cet article de Hervé Kempf dans Reporterre : Le sortilège oligarchique.
https://reporterre.net/Le-sortilege-oligarchique

#136902 
12/06/2017 à 14:38 par ozerfil

"Je pensais qu’au Québec nous étions réactionnaires, mais je commence à croire que cela est inscrit dans nos gènes..."

Oui, Michel Rolland, je crois que c’est tout le problème : l’Homme est naturellement réactionnaire et individualiste.

Il lui faut lutter contre ses bas instincts pour voir plus haut que sa petite personne et son petit pays, penser collectivement et au bonheur de tous sur cette Terre.

C’est pour cela que les partis qui font miroiter la réussite individuelle et accusent Les Autres (dans lesquels personne ne se reconnait jamais...) de tous les maux, finissent toujours par triompher.

Il y a bien, de temps en temps, de-ci de-là, quelques sursauts mais c’est plus par colère, exaspération et injustices flagrantes que par souci d’égalité et de justice... Mais le naturel revient toujours vite au galop !

Toute la difficulté est de faire comprendre aux masses que cette réussite est un leurre qui ne touche que quelques uns aux détriment de tous les autres, mais comme la société cultive le culte de l’exception et que chacun se pense exceptionnel, il croit qu’il sera l’Élu...

Alors, Au Diable les autres !!

Et, comme ça, on entraîne tout le monde dans la chute...

#136903 
12/06/2017 à 14:46 par ozerfil

@ Irae...

Faites comme moi, une fois prise l’information brute, ne perdez plus votre temps avec les médias officiels, ils ne feront que vous exaspérer ou vomir...

Je me contente parfaitement de quelques médias alternatifs (LGS, Mondialisation.ca, PressTV et RT) qui vont à l’essentiel et le traitent de façon autonome et objective !!

#136904 
12/06/2017 à 14:55 par D. Vanhove

Camarades du GS... allons, franchement, à ce stade... faut (fallait) être vrmt déconnecté de la réalité pour penser qu’il en serait autrement... c’est ce que j’avais exprimé d’ailleurs lors d’un précédent commentaire à l’article de J.Espinosa paru le 03 juin dernier : "C’est également tout le mal que je souhaite à la FI... mais, je vous avoue avoir plus que des doutes sur l’issue de ce nv scrutin...
on peut bien passer son tp à adopter la méthode Coué, mais il semble que le nv président bénéficie toujours de cet état de grâce qu’il a su semer lors de la présidentielle, et qu’il n’a pas encore trop bousculé les électeurs pour que ceux-ci lui en tiennent rigueur...
cela viendra, quand ils seront sur les plages et qu’ils découvriront la réalité en septembre... d’ici-là, je crains vrmt pour la FI pour les législatives, qu’elle n’arrive une fois de plus que "juste" derrière les autres... (mais j’espère vrmt me tromper !!)"

TOUT indiquait que Macron allait l’emporter les doigts dans le nez... pour tout observateur politique de ce qui se passe en France depuis des mois, cela ne peut pas étonner... à moins de prendre ses désirs pour la réalité, mais c’est-là que le bât blesse... il y a ce qu’on souhaite, et il y a les faits...
pour gagner ce genre de challenge, on ne peut partir QUE de la réalité et jamais de ce que l’on voudrait qu’elle soit... et je crains que cette donnée ne soit pas "intégrée" dans les équipes de campagne et les militants...

perso, la seule vraie bonne nlle - mais d’aucuns me diront que ce n’est politiqmt pas correct - c’est le taux d’abstention record... qui indique combien les électeurs en ont plein le dos de ces manigances jouées d’avance, sachant qu’en final, cela ne changera rien à rien, en-dehors de l’effet cosmétique...

on nous explique qu’avec ce score les Français qui sont allés aux urnes ont voulu donner ttes ses chances au parti En Marche... c’est n’importe quoi !... nombre de ces Français-là vont très vite se réveiller du nuage qui les a enveloppé et la chute n’en sera que plus dure, avec un pouvoir répressif qui va suivre et se renforcer encore pour tenter d’endiguer ce qui se prépare à coup sûr...

#136905 
12/06/2017 à 15:01 par AUBERT

La victoire est éclatante d’apparence comme le montre l’article suivant

https://fr.news.yahoo.com/l%C3%A9gislatives-cinq-chiffres-relativiser-...

Au vu des résultats et de l’abstention de masse, notamment dans les quartiers populaires on peut dire de ces élections.

c’est donc la "matérialisation de la démocratie sans le peuple", que j’appelle depuis longtemps "démocratie de marché" où le marché est au dessus de la démocratie.

Cette élection avec le processus médiatique propagandiste lamentable digne de la propagande nazie (répéter une contre vérité jusqu’à ce qu’elle devienne vérité), renvoie à un célèbre coup d’Etat, celui de Napoléon III du 2 Décembre 1851 par plébiscite...(aujourd’hui on dit "vague" ou "raz de marrée").

Cette fraude démocratique, qui se révélera au fur et à mesure du temps de la "Gouvernance Macronienne", se terminera par une Révolution. celle que proposait MELENCHON était citoyenne et pacifique. Celle à venir risque de jouer le rôle de miroir de notre histoire en nous renvoyant à 1789, 1830 ou encore 1848. Mais là aussi prenons date, c’est la violence des banquiers et leur usurpation du pouvoir, qui seront cause des déclenchements sociaux à venir : "Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont le monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" K. MARX

Déprimant de savoir qu’il va falloir remonter sur les barricades des luttes sociale, pour résister au "tsunami anti-social" de la Bourgeoisie mondialisée. le prolétariat numérisé a du soucis à se faire...

RESISTANCES, Fabrice

#136906 
12/06/2017 à 15:37 par ozerfil

@ D. Vanhove...

Pour moi, le très important taux d’abstention retire toute crédibilité et légitimité à cette élection.

J’estime que donner les pleins pouvoirs à un candidat qui recueille en réalité un sixième de l’électorat est anti-démocratique.

Remporter une élection est une chose, avec quelle représentativité en est une autre... Et, dans ce cas, elle est très faible.

#136907 
12/06/2017 à 15:37 par florent

un PCF versé dans la lutte des places.
On a le droit d’être en désaccord sur la stratégie.... Mais le discrédit moral des militants, c’est lamentable.
Pur procès d’intentions, qu’on peut faire à tout le monde. Faut être sacrément sûr de sa propre valeur morale pour le faire. ..

#136908 
12/06/2017 à 15:47 par Georges SPORRI

Lorsque le balancier va trop haut à droite, il aura tendance à repartir très vite et très fort à gauche (OUI, je sais la métaphore gravitationnelle est fastoche)... Heureusement il n’y aura aucune élection en 2018, ce qui ouvre un espace à quelques bonne vieilles traditions françaises : anarcho syndicalisme, syndicalisme révolutionnaire, blanquisme...

#136910 
12/06/2017 à 16:52 par LaCamille

A ajouter à la liste des fonctions de Théophraste : chargé de remonter le moral des troupes.

#136911 
12/06/2017 à 17:18 par Roger

@DV
je salue votre lucidité politique, mais vous tombez aussi dans la tendance de partir de vos désirs et non des faits :

nombre de ces Français-là vont très vite se réveiller du nuage qui les a enveloppé et la chute n’en sera que plus dure, avec un pouvoir répressif qui va suivre et se renforcer encore pour tenter d’endiguer ce qui se prépare à coup sûr...


Les 52% d’électeurs qui ne se sont pas déplacés, alors que les mesures les plus emblématiques du projet Macron étaient bien mises au jour (même par le Monde !), je ne crois pas qu’ils seront prêts à se mobiliser pour résister, et encore moins dans l’insurrection. Beaucoup se sont en effet offusqués de la "violence de JLM" et pensent qu’il y a de bonnes idées à droite et à gauche et qu’il suffirait de trouver des gens pleins de bonne volonté et de compromis pour les mettre en oeuvre...Ne parlons pas de l’esprit Révolutionnaire du parti de la lutte des places, ni de la puissance organisationnelle de L.O et du NPA.
Reste peut-être les formes subtiles de l’insoumission, genre grève du zèle, boycott de la consommation, désobéissance civile assistée juridiquement, et que sais-je encore ?
Appel donc à l’imagination pour toutes les nouvelles formes d’action retournant contre l’oligarchie les mesures mêmes qu’elle à tellement hâte de prendre.
C’est un Ecologiste politique (Michaël Loewy peut-être ?) qui a dit : "la meilleure manière immédiate de lutter contre le capitalisme, c’est de ne pas le faire fonctionner dans la vie quotidienne".
Et il y a des millions d’initiatives dans ce sens, très inspirantes et dont évidemment on entend rarement parler.
Alors, citoyens ! En Marche dans cette direction. Ne laissez-pas Macron vous mettre en Marche Arrière (R-EM).

#136912 
12/06/2017 à 19:11 par calame julia

Tsunami ?!
J’ai pas tout compris ou bien dois-je me mettre vendeuse de carpettes ?! Est-ce que cela serait classé dans
les énergies renouvelables ?!

#136916 
12/06/2017 à 19:31 par pierreauguste

Merci Roger pour cette lucidité,enfin, un peu éloignée des ego d’ici et de là et heureux d’entendre ces propositions de luttes un peu plus subtiles que le "tous ensemble .....tous ensemble" qui doivent bien faire rire les Gataz et autres bandits qui gavent les riches,ceux qui ont oublié qu ’être riche est un crime dans ce monde de milliers de morts quotidiens par malnutrition et autres avatars capitalistes...

#136919 
12/06/2017 à 21:12 par D. Vanhove

@ozerfil : on est bien d’accord... mais les institutions de la Vè république font que même cette minorité n’est pas "illégale" et peut donc agir selon ce qu’elle décidera à l’Assemblée où elle aura les pleins pouvoirs...

@roger : merci... mais je ne pense pas tomber dans ce travers...
j’observe et écoute attentivement les commentaires des électeurs pro Macron et constate que bcp ont apporté leur voix à En Marche sans vrmt prendre le temps de comprendre et de connaître le programme du candidat... ils répètent en boucle que "le pays doit être réformé", sans mm comprendre ce que cela veut dire... sans produire le travail nécessaire pour analyser de quelles réformes et dans quel sens elles doivent être entreprises... mais "ça fait bien" et ce doit être vrai, psq tout le monde le dit... ils ont voté par grégarisme et non par conviction, ce qui me faire dire que ceux-là seront comme ils l’ont été en votant pour le capitaine de pédalo, vite déçus de voir ce qui va se mettre en place... et ils réagiront probablemt comme je l’écris dans mon commentaire précédent...
qu’il y ait un noyau dur qui est et restera convaincu du bon choix de Macron, cela va sans dire... et ceux-là ont les moyens pour faire durer l’illusion... mais mm ce noyau se réduira comme une peau de chagrin, dès lors que les vents tourneront, vous verrez... et après le jeunisme qui fait auj’hui le succès du nv président, on lui reprochera son manque d’expérience et son immaturité pour gouverner une nation comme la France, dans le meilleur des cas... puis viendront les attaques ad hominem... et le conte de fée se flétrira...
rien n’est plus versatile que "le peuple"... vous ne l’ignorez certainement pas...

#136924 
12/06/2017 à 23:33 par hf

Tous pour la lutte des places mais pas la FI ?
Corbière bien sur c’est pas la lutte de places...

#136932 
13/06/2017 à 01:29 par pauvred'eux

@ hf Corbieres est prof de collège, et Le Hyarik, Laurent, and co ???

#136937 
13/06/2017 à 07:20 par irae

Ce jaunard de filoche et je reste polie. Chez bourdin traite JLM de l’homme le plus bête du monde (avec hamon) et c’est de leur faute si micron est au pouvoir. Les solfériniens et le parti du filoche n’y sont bien entendu pour rien.
Rolland garros fini revoilà le gégé (ha ces caméraman ces affreux cgetistes de francetv sont vraiment terribles).

#136942 
13/06/2017 à 07:24 par ozerfil

Ce qu’il y a de choquant dans la lutte des places, c’est qu’elle prend parfois le dessus sur le projet politique...

Après, chacun défend son parti voire, plus regrettable pour des gens de gauche, ses intérêts personnels.

Mais n’oublions jamais que "l’union fait la force" !!

#136943 
13/06/2017 à 07:30 par ozerfil

@ D. Vanhove...

Que je sois bien clair, il n’est pas question pour moi de remettre en cause la victoire de Macron ni sa légalité mais sa légitimité à gouverner COMME SI une large majorité de Français l’avaient élu.

On est presque dans une question d’ordre moral...

#136945 
13/06/2017 à 07:55 par POTTIER Jean-Claude

Le capitalisme est, à l’évidence, archi-dominant sur notre planète. On jette les travailleurs au chômage et que font - ils ? Ils votent en faveur de l’ennemi de classe. Mais cependant, il convient de prendre en compte l’abstentionnisme. Quel est le contenu politique de cet abstentionnisme. Sortons-nous de l’emprise médiatique totalement aux mains de la grande bourgeoisie qui célèbre une immense victoire. Car non seulement il n’y a pas de victoire en faveur de ce capitalisme, mais en plus il y a une véritable défaite.
Ce qui nous conduit à "penser" que le macronisme bénéficie d’une victoire écrasante, c’est le rouleau compresseur des media.
Ajoutons surtout qu’il n’y a plus le grand parti communiste de masse et de classe pour contre balancer la doxa dominante. La victoire électorale de Macron se monte à 16 % des électeurs inscrits. Ce serait donc ça, la si fameuse victoire ?

Ca signifie que 84 % du corps électoral ont snobé le président banquier. Alors que, insistons, Macron, c’est-à-dire la totalité des media des milliardaires, bénéficiait d’un regroupement PS, LR et autres petits partis. Non seulement le parti de Thorez et Duclos, celui qui fut capable d’organiser la Résistance dans l’abnégation et le sacrifice, est devenu ectoplasmique gérant ce qui lui reste d’élus, mais y compris les syndicats abandonnent leur position de lutte de classe.
Il est urgentissime d’analyser autrement le réel politique français. 16 % donnent une immense majorité parlementaire à l’Assemblée. L’actuel pouvoir confisque le pouvoir et la démocratie. C’est un épisode de la fascisation rampante de la France. Point de ligues factieuses, point de parades de chemises noires ou brunes, point de pas de l’oie ni de tribun à mèche et à moustache. Mais la même bourgeoisie. Celle de toujours. Du prince président, du mur des Fédérés, de 14-18, de février 34 et, surtout, de la capitulation revendiquant plutôt Hitler que le Front populaire !
Et qui continua en Indochine et en Algérie.
16 % : il est aussi urgentissime de prendre conscience qu’un nouveau parti communiste révolutionnaire est re - devenu nécessaire. Le dégagisme concerne ces vieux partis de l’ancien monde, En marche compris, lequel n’est qu’un grossier ravalement de façade qui ne devrait tromper personne...

#136947 
13/06/2017 à 09:32 par énervé

Extrait d’une tribune (de merde) de Najat Vallaud-Belkacem (de merde) dans Libération (de merde) :
" Le droit du travail dans notre pays est en danger : il y a une urgence à doter l’Assemblée nationale d’un minimum de capacité à s’opposer aux régressions sociales les plus graves, et à protéger les salariés les plus fragiles. "
Et la fameuse phrase : Les cons ça ose tout, c’est à ça qu’on les reconnait...

Autre truc "rigolo" : dans la 18 ème circonscription de Paris, El Khomry, investie par le PS, est soutenue par Macron tandis que son adversaire Bournazel, investi par LR, est soutenu par Edouard Philippe.

Putain, mais bordel de merde, comment des millions d’abrutis peuvent-ils être assez abrutis pour voter pour tous(tes) ces salopards (de merde) ?

’scusez-moi pour les vulgarités, suis énervé, un peu plus qu’hier, peut-être moins que demain, jusqu’à un jour hypothétique où je réussirai à vivre sans me soucier de tout ça...

#136952 
13/06/2017 à 10:25 legrandsoir

’scusez-moi pour les vulgarités, suis énervé,


On excuse, mais on n’est pas friands de ça, pour vous dire.

#136956 
13/06/2017 à 10:27 par florent

@ pauvre deux.
Hallucinant d’en arriver là, à devoir argumenter là-dessus. C’est pathétique de soupçonner la moralité des gens (en plus quand nous sommes du même bord). On peut constater des désaccords stratégiques, mais pourquoi salir les gens en plus ? La stratégie du PCF est peut-être mauvaise, mais tu y gagnes quoi à dire qu"elle est malhonnête ? Surtout : qui es-tu pour distribuer les certificats d’honnêteté ? Question qui vaut pour le rédacteur du texte qu’on commente.

Alors un petit rappel sur Le Hyaric.
Patrick Le Hyarick :
"Fils d’agriculteurs, aide familial puis technicien agricole, Patrick Le Hyaric commence sa carrière de journaliste à La Terre, dont il est directeur général depuis 1989. En 2000, il succède à Pierre Zarka comme directeur du journal L’Humanité".

Tu as d’ailleurs bien choisi ton exemple, celui de Corbière. JLM, sénateur PS de 30 ans, ça cadrait déjà moins bien avec ton schéma. Bompard aussi. Garrido encore moins. Et Sophia Chikirou, vraiment encore moins comme l’indique sa page Wikipedia : "En novembre 2007, elle rejoint le mouvement de la Gauche moderne [qui a soutenu Sarkozy, eh oui]. Elle a ensuite tenté d’être investie par l’UMP comme tête de liste aux municipales de 2008 dans le 20e arrondissement de Paris, où c’est à nouveau George Pau-Langevin qui représente le PS"

#136957 
13/06/2017 à 10:35 par ozerfil

@ JC Pottier...

"En marche (...) n’est qu’un grossier ravalement de façade qui ne devrait tromper personne..."

Il ne trompe personne... ici !

Mais ailleurs...

Même si l’abstention est énorme et devrait poser problème aux analystes et politiciens, Macron et son parti de cadres du PS et de LR recyclés (qui se la joue "nouveau parti, nouvelles têtes, nouvelles donne" avec des médias complaisants qui relaient ce sentiment sur la foi de quelques exemples ciblés) font quand même la course en tête !

Il est lamentable et désespérant que d’aussi grosses "ficelles" fonctionnent encore !!

#136958 
13/06/2017 à 10:38 par POTTIER Jean-Claude

← Nous sommes loin de France et près de vous… méditation sur les incohérences stratégiques

.

UN REGARD ALGERIEN SUR L’ELECTION PRESIDENTIELLE EN FRANCE

13

Juin

13 juin 2017. Pleinement d’accord avec cette analyse sur le fond. Merci Michel Deschamp qui l’a inscrite sur son blog. (note de Danielle Bleitrach)

http://www.bernard-deschamps.net/2017/06/un-regard-algerien-sur-l-elec...

Macron vainqueur par défaut au second tour de l’élection présidentielle

par Alger republicain, 11/06/2017

Avec 20,7 millions de suffrages contre 10,6 à Marine Le Pen, sa victoire est en apparence écrasante. Mais dans ce nombre, 9 millions d’électeurs ont voté contre Le Pen et non pour son programme. 16 autres millions se sont abstenus ou ont voté nul. Son élection est le fruit d’un « viol des foules ». Le système électoral mis en place par la Constitution de 1958 piège le vote populaire. Il lui impose au second tour de choisir le « moindre mal » qui s’avère ensuite le pire. Les deux candidats qui se disputent la tête de l’exécutif sont systématiquement des représentants des classes dominantes ou des courants réformistes convaincus que le sauvetage du système capitaliste passe par la redistribution de miettes aux travailleurs.

Les grands moyens d’information appartiennent à la bourgeoisie. Ce sont ses idées et ses choix politiques qui dominent et façonnent la majeure partie de l’opinion (« Les idées dominantes sont celles de la classe dominante »). Jamais la loi mise en lumière par Marx, n’avait été confirmée d’une manière aussi caricaturale qu’avec le lancement de la candidature de Macron et le battage incessant orchestré depuis l’été 2016 autour de sa personne par les 9 milliardaires qui détiennent 95% des médias. Macron est la créature des hommes de la haute finance, des gros actionnaires du CAC 40, propriétaires de l’essentiel des richesses de la France, entreprises économiques, médias et aussi … instituts de sondage dont la fonction est d’orienter savamment les choix des électeurs. Ces instituts ont participé à la dramatisation du climat politique orchestré par des « éditocrates » grassement rémunérés sous le thème « s’abstenir c’est voter pour le fascisme ». Marine Le Pen a assumé à merveille le rôle d’épouvantail programmé pour inciter la majorité des électeurs à opter pour le « moins pire ».

Depuis la défaite cuisante en 2002 de Le Pen père, la bourgeoisie française s’est employée avec constance à dédiaboliser le Front national. Buts de la promotion de ce parti xénophobe : évacuer des débats politiques les questions liées à l’antagonisme de classe opposant les travailleurs, majorité écrasante des actifs, à une petite minorité d’oligarques. Ces questions formaient la ligne de clivage essentielle à travers laquelle le niveau de conscience idéologique des travailleurs distinguait la France d’autres pays capitalistes. Avec le traitement de faveur accordé par les médias à Marine Le Pen, l’attention a été sciemment détournée sur les questions identitaires, sur les immigrés, arabes et africains notamment pour diviser le camp des exploités, torpiller leur unité contre leurs exploiteurs.

Le FN c’est aussi la force fasciste de réserve de la bourgeoisie. Son encadrement est composé de nervis, de gros bras et d’émules de l’OAS. Elle n’hésitera pas à la lancer contre le mouvement populaire lorsqu’il menacera sérieusement sa domination économique et politique.

La bourgeoisie à choisi Macron parce qu’elle a éprouvé le besoin politique de dépasser les clivages partisans gauche-droite qui lui paraissent anachroniques.

Il fut un temps où, sous la pression d’un PCF dirigeant avec détermination les luttes de la classe ouvrière pour renverser la domination de la bourgeoisie, et dans un contexte international où l’existence de l’URSS obligeait les capitalistes à faire des concessions, le PS tentait d’atténuer les antagonismes de classe par des réformes sociales qui amélioraient la condition des travailleurs. Au pouvoir ou dans l’opposition il oeuvrait ainsi à émousser la combativité anticapitaliste de la classe ouvrière pour perpétuer le système. Aujourd’hui la situation est différente. Résultat de l’évolution socio-politique de la sociale-démocratie française de ces dernières décennies, surtout sous Hollande, l’action du PS ne se distingue de celle de la droite que sur des questions de méthode. Il ne s’agit plus pour lui de forcer la main de la bourgeoisie pour qu’elle accepte une redistribution du revenu national qui adoucisse le sort des travailleurs et permette de juguler la révolution, mais de satisfaire les exigences sans limites du Capital. Il s’agit de l’accompagner aimablement dans sa course à l’échelle mondiale pour des taux de profits élevés. Détricotage des conquête sociales et alignement de la condition des ouvriers sur les niveaux les plus bas dans le monde, sur celui du Bangladesh comme le résument si bien les syndicalistes, le contraire de ce qui a été fait depuis le front populaire, tel est aujourd’hui le programme du PS.

Les courants réformistes de l’aristocratie ouvrière ne forment plus le groupe prépondérant de sa base sociale. Ce sont les représentants des couches intermédiaires qui ont pris le dessus. Leurs activités et leurs intérêts sont liés à la gestion du capitalisme, à son internationalisation, à la diffusion de l’idéologie bourgeoise. Droite et parti socialiste se sont succédé depuis Rocard et Fabius dans une fausse alternance pour satisfaire les désirs du grand Capital. Ils se relayent à tour de rôle dans ce travail de démolition social. Mais cette « alternance » bénéfique pour le Capital s’effectue dans le climat polémique alimenté par les rivalités partisanes gouvernement-opposition alors qu’au fond les deux acteurs de la bipolarisation sont complices.

C’est à ce climat de fausses querelles que la grande bourgeoisie a décidé de mettre fin. Elle y voit la condition pour accélérer le rythme d’exécution du plan de destruction de ce que l’on qualifie de « modèle social français ». Elle tente de mettre en place une nouvelle formation politique issue de la synthèse de la droite et de l’ex- « parti ouvrier » de la bourgeoisie dans le PS. Pour avoir refusé de s’inscrire dans cette nouvelle feuille de route, Fillon a été mis hors jeu.

Avec Macron, la bourgeoisie est sur pied de guerre. Elle va mener avec une vigueur décuplée l’offensive générale contre la classe ouvrière et les travailleurs. Elle compte achever la destruction du Code du travail. Macron c’est aussi le porte-parole de ses fractions les plus belliqueuses, celles qui poussent à la guerre contre la Russie, qui veulent intensifier leurs interventions militaires en Syrie, au Moyen Orient, en Afrique du nord, au Sahel, renverser les régimes pas trop dociles à leurs goûts. Le zèle belliqueux de Macron s’est illustré par sa violente diatribe contre le régime syrien et son allié russe à propos de la dernière attaque chimique d’Idlib alors que de toute évidence elle avait été montée par des islamistes défaits pour donner le prétexte à une intervention militaire étrangère. De même au Mali où il a osé accuser l’Algérie d’entretenir la nuisance des groupes islamistes feignant d’oublier que c’est l’intervention criminelle de la France en Libye qui a déstabilisé toute la région du Sahel.

Les enjeux politiques français ne peuvent être correctement appréciés que sous l’angle de la profonde crise économique et sociale. Elle met en avant pour les forces politiques les plus révolutionnaires les tâches de la préparation des conditions idéologiques et politiques de la révolution socialiste.

De ce point de vue, aucun candidat ne répondait au choix des travailleurs qui aspirent à renverser le capitalisme. Mélenchon a pris la tête des réformistes qui ne cherchent pas à se débarrasser du capitalisme mais croient toujours qu’il est possible de « l’humaniser ». Son but est de reconstituer sous un nouveau nom un parti socialiste version 2, épuré de ses personnalités les plus discréditées, à l’image de Valls, pour leur zèle à appliquer les injonctions du MEDEF. Pas un mot chez lui pour appeler à l’abolition du capitalisme, pas même pour remettre à l’ordre du jour la nationalisation des grands groupes industriels et financiers. Seulement des déclamations et des effets de manche qui font illusion. Relancer l’activité économique en appliquant les préceptes keynésiens de la stimulation de la demande et donc de la relance de l’emploi, grâce à l’action étatique et à la hausse des salaires, sans s’attaquer aux bases du capitalisme, tel est le cœur de son programme. Mélenchon détourne le potentiel de rupture avec le capitalisme qui s’accumule au sein de la classe ouvrière, de l’ensemble des travailleurs et de la jeunesse. Il fait partie de cette « gauche » qui n’a pas compris que la crise a pour origine une surproduction des capitaux dont la profondeur rend inopérantes les recettes keynésiennes.

La nature de cette crise pose comme alternative : ou la liquidation des conquêtes sociales des travailleurs ou la révolution socialiste et la socialisation de la propriété des grands moyens de production et d’échange.

Zoheir BESSA, directeur.

#136959 
13/06/2017 à 11:40 par Autrement

Et Benoît Hamon et ses partisans ? C’est fou le succès qu’ils auraient remporté pour faire avancer la cause des classes populaires !
Avant comme après le macronisme déclaré du PS, qui y a vu clair dans le prétendu avenir de "l’union" autour des primaires de Cambadélis ?
Et qui y a vu clair dans les manigances du Medef et de son personnel politique, tout heureux de pouvoir remanier à leur façon les bonnes vieilles recettes gagnantes de la 5ème ?

#136961 
13/06/2017 à 12:27 par marcel dugenoux

Au risque de froisser, sur un site qui aura beaucoup fait "campagne" pour ce mouvement, un des bilans à tirer du 1er tour des législatives est celui-ci : la "France Insoumise" aura mobilisé 5,25 % des inscrits. C’est près de dix fois moins qu’il y aura eu d’abstentionnistes.
Quand je lis dans l’article l’allusion à une "vraie gauche", j’y trouve une sorte d’explication, parce que ce n’est pas une "alternance" qui soit à souhaiter mais des changements beaucoup plus profonds, et notamment l’abolition des classes. Un point, il faut le souligner, qui n’était au programme d’aucune des forces dites "de gauche" en lice lors des présidentielles comme des législatives.
Penser justice, abolition des classes, fin des compétitions et des concurrences, fin de l’exploitation et avènement d’une société de partage est une toute autre tâche que la recomposition des salades socialistes admettant le principe de l’exploitation en lesquelles relevait le programme de la France Insoumise. Il serait temps d’enlever la tête du guidon...

#136963 
13/06/2017 à 14:01 par POTTIER Jean-Claude

à Marcel Dugenoux,

Il y a, dans les rangs communistes, une vraie mélenchonmania. Cet OVNI mitterandolâtre précédemment trotskyste, qui insiste très lourdement dans l’hyper réformisme. Hallucinant. Il n’y a pas que le PCF à pédaler dans la choucroute.

#136964 
13/06/2017 à 15:16 par Gigi

Certains sont bienheureux de faire endosser au PCF (Mort, éparpillé, largué...) la responsabilité de l’échec de la France Insoumise qui ne va pas totaliser un grand nombre de députés, et croyez bien que je le regrette. En cette élection législative, plus de 50 % de citoyens ne se sont pas déplacés ! L’enthousiasme est retombé ! Et certains d’accuser les communistes de faire la chasse aux places ! L’histoire du PCF réduite à une chasse aux places ! Le PCF serait un parti d’apparatchiks avides !
Si vous réfléchissiez vous sauriez que c’est plus facile de chasser en terre socialiste qu’en terre COMMUNISTE !
Je dirais même que les communistes insoumis n’ont pas accepté de se soumettre au diktat qui leur était imposé ! J’ajouterai sans honte que les communistes ne se sont pas soumis à la recomposition d’une GAUCHE dans laquelle le PCF aurait dû se défaire !
Ils ont décidé de porter pas à pas l’idée du COMMUNISME et de ne pas trahir l’utopie et le combat.
JL Mélenchon ne disait-il pas à Marseille qu’il a l’objectif de prendre la place du PS ! Bien, c’est un choix, une stratégie, celle du PG !
Les communistes continueront de porter leur idéal et ce, dans les élections et aussi, dans les luttes ouvrières ! Ils poursuivront leur travail de rassemblement dans le respect du pluralisme.
A Gauche, il y a de la place pour un vrai Parti Socialiste (celui-ci peut très bien s’appeler PG) et aussi pour un Parti Communiste !
L’hégémonie du PS nous a conduit au résultat d’aujourd’hui...
Soignons la GAUCHE, soignons la DEMOCRATIE, soignons le débat politique ... Nous ne sommes pas trop !
Que les anticommunistes poursuivent leur travail d’anticommunisme, nous y sommes préparés !
Chers camarades du PG, chère France Insoumise, ne vous trompez pas d’ennemi !

#136970 
13/06/2017 à 16:19 par Georges SPORRI

Pour ceux qui encombrent les débats avec des "argumentum ad odium et ad hominem", je rappelle que les êtres humains sont fragiles et que leurs opinions peuvent changer, leurs positions aussi car il faut tenir compte des contextes et essayer d’être intelligent. Lénine disait qu’il vaut mieux prendre une citadelle avec le drapeau blanc que trépigner de rage à ses pieds avec le drapeau rouge ???
A titre d’exemple : le juge HALPHEN et L. VICHNIEVSKY sont candidats sur les listes REM. Ils vont donc voter pour la brutalité abjecte des ordonnances et contre les droits des ouvriers-employés-professions intermédiaires... Je préfère des parcours comme ceux de JLM ou Pouria Amirshahi qui ont tiré les leçons et rompu !!!
Idem pour les "argumentum ad numismam". On peut parfaitement être riche et communiste irréprochable (Friedrich ENGELS).

#136973 
13/06/2017 à 16:49 par Arthurin

La FM (non j’ai pas dit la FI) nous proposait un compromis avec le libéralisme.
Nous l’avons refusé. Alors que nous n’avons pas la moindre alternative à proposer.
Il nous en cuira.
Félicitations fraternelles.

#136976 
13/06/2017 à 17:03 par irae

Mélenchon a pris la tête des réformistes qui ne cherchent pas à se débarrasser du capitalisme mais croient toujours qu’il est possible de « l’humaniser

Idem pour la désunion européenne.
Je suis contre l’idée du plan B mais pour la sortie directe. Cette vieille structure libérale désirée par UEAN n’a d’autre but que d’offrir un marché le plus dérégulé possible ouvert à tous les vents qu’importent les souffrances des populations. La preuve aucune vélléité de lutte contre les fraudes ou d’harmonisation sociale (dogme de la libre concurrence oblige) des institutions bien rodées pour que les capitaux soient détournés (indépendance de la bce) au profit des détenteurs de capitaux et bientôt la justice privée contre les Etats. Comme dit l’adage mieux vaut seul que mal accompagné.

#136977 
13/06/2017 à 19:41 par Georges SPORRI

Je rappelle aux maximalistes superficiels qu’il est impossible de construire le socialisme dans un seul pays. Le capitalisme = MARCHE MONDIAL, le stade inférieur du socialisme = ECONOMIE MONDIALE PLANIFIEE + échange inégal. Alors je ne vois pas mieux dans le contexte que des réformes égalitaires, des assurances sociales plus satisfaisantes + 1 ou 2 réformes enthousiasmantes pour stimuler la lutte des classes dans les pays voisins... Il y a des points faibles dans le programme de la F.I, mais la structure est adéquate ...

#136983 
13/06/2017 à 22:55 par Zappy Marx

quels dégâts ! Ce n’est pas seulement la victoire écrasante du Macronisme c’est l’anesthésie programmée du mouvement populaire pour une période que j’espère la plus courte possible... mais en attendant Macron a et aura les mains libres. Macron aura les mains libres pour avancer là où ses prédécesseurs ont échoué . Rappelez vous les élections de 68, les circonstances évidemment ne sont pas les mêmes, mais le mouvement populaire reste abasourdi, KO et il a fallu quelques années pour tout reconstruire. C’est le risque aujourd’hui.
Mélenchon évidemment aura une belle posture, il se réjouit déjà.
Il y a eu certes une abstention record mais il ne faut pas se méprendre, je crois, sur ce qu’elle représente. Par l’abstention et le vote il y a une adhésion majoritaire aux thèses de Macron. Le choix des gens a été clair : ils laissent faire (abstention) ou bien ils choisissent en toute conscience le vote Macron ou de droite ou socialiste-compatible (60%). C’est une victoire idéologique sans précédent. La joie des actionnaires pour des profits juteux.
Je reviens sur Mélenchon. Son objectif central était de devenir la première force anti-libérale : tuer le PS ( mais il n’en a pas pour l’instant tirer un grand bénéfice électoral contrairement à Macron ) et accessoirement le PC en l’associant au PS (et donc le décrédibiliser politiquement) et en mettant la barre très haut pour qu’un accord aux législatives soit impossible. J’en conviens le PC a quelques fois merdé et il n’a pas mesuré assez le rejet que suscitait le PS . Piégé, il a été quasi inaudible. Pourtant les députés communistes se sont dépensés sans compter pour défendre les acquis sociaux. Mais présentement, les candidats communistes sauveront des sièges globalement pas sur une adhésion "politique" mais grâce surtout à un ancrage "local".
Je n’oublie pas que Mélenchon est un vieil animal politique qui apprenait, quant il était dans l’Essonne, à ses ouailles comment faire porter la responsabilité de l’échec de négos à ses adversaires.
Donc il se retrouve aujourd’hui auto proclamé chef de l’opposition de "gauche" en faisant le vide autour de lui et en appelant, pour les années à venir à rallier son panache. FI insoumise aura peut être une dizaine de députés mais on ne peut pas dire que ce soit une victoire.... La gauche même si le mot est galvaudé est diverse, chacun a son histoire et on ne peut balayer d’un revers de la main ce qui constitue l’engagement de milliers de gens.
Espérons qu’après cet échec les forces anti libérales- qui ne retrouvent pas dans la FI - se regrouperont.
J’attends les prochaines luttes sociales.
En attendant la suite, je voterai pour le candidat FI de ma circonscription.

#136987 
14/06/2017 à 13:09 par marcel dugenoux

@ Zappy Marx

Assimiler l’abstention au "laisser-faire" est un peu simpliste, étant donné son niveau cette fois, à rapprocher évidemment de celui de la présidentielle.

Par ailleurs la façon de s’interposer des gauches, y compris "communistes" ne date pas d’hier. On notera que dans la vision qu’en avait Lénine, participer aux scrutins n’avait in fine pas d’autre objectif que de mettre un pied dans la place, l’intention fondamentale restant insurrectionnelle, ce dont on est très loin dans les énoncés et du PCF et de la FI qui ne veulent pas en entendre parler.

Tout ce qui s’entend ici c’est "on va souffrir", et forcément puisqu’il n’est pas question de révolte.

Le résultat du 1er tour des législatives démontre d’avance le pitoyable d’une posture de "porte-parole" qu’elle émane de M. Mélechon ou d’un autre. La "gauche" est morte ou agonisante, et c’est une excellente nouvelle car elle ne pourra plus s’interposer face aux volontés radicales de changement.

Il faut cesser déjà de se référer à la seule analyse marxiste de l’histoire et au seul seul "modèle" communiste pour appréhender ce qui soit désormais en perspective : la remise en cause radicale des modèles scientiste et jacobin. Lire un autre commentateur parler de "stimuler" La lutte des classes illustre d’ailleurs le degré zéro de compréhension du concept auxquels certains se réfèrent. D’ailleurs on ne voit pas très bien comment la "classe ouvrière" pourrait revendiquer l’exercice d’une dictature supposée préalable dans une contexte qui n’est plus de simple lutte des classes mais de pré-extermination ; on le voit d’autant moins que ceux qui prennent la parole au nom du peuple reste majoritairement des bourgeois instruits, nourris à mamelle littéraire des modèles universitaires de gestion des masses.

Si les solutions sont encore embryonnaires c’est qu’elles doivent aller très au-delà du communisme, qui reste une doctrine héritière du monde industriel, ne procédant que d’un jeu de chaises musicales où s’assoient aux commandes des élites de remplacement. Abolir les classes c’est d’abord et avant tout se passer d’élite et construire une société rendant impossible d’en constituer à nouveau. Le problème là, c’est de passer d’un universalisme universitaire (de bibliothèque, dirait Camus), ce dont parle Mélenchon lorsqu’il cause "humanisme", à universalisme de principe, qui rende même la citoyenneté superflue.

C’est d’ailleurs ce qui fasse du citoyennisme une optique antagoniste aux changements les plus souhaitables et les plus urgents.

#137005 
RSS RSS Commentaires
   
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand les Etats-Unis sont venus chercher Cuba, nous n’avons rien dit, nous n’étions pas Cubains.

Viktor Dedaj


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.