Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les pingouins sont entrés dans Paris

Benoît Hamon s’est félicité de l’accueil qu’a réservé la France aux Républicains espagnols vaincus par l’armée de Franco appuyée par celles de Mussolini et Hitler.

La vérité est que, à leur arrivée en 1939, ils ont été traités en ennemis. Le Figaro ameutait contre cette « pègre », cette « racaille », ces « barbares » parqués par dizaines de milliers dans des « camps de concentration » (terme officiel de l’époque) à Saint-Cyprien, Argelès-sur-Mer, Le Barcarès, Gurs, Agde, Rivesaltes, Bram), Le Vernet…

Quelques années plus tard, en août 1944, (l’Histoire officielle n’aime pas qu’on le rappelle) les premiers chars de la 2ème Division blindée du général Leclerc qui ont pénétré dans Paris pour le libérer étaient pilotés par des Républicains espagnols qui s’étaient battus chez eux et chez nous contre les mêmes assassins. Les chars portaient sur leurs flancs en lettres blanches maladroitement tracées des noms significatifs comme Teruel , Guadalajara , Guernica, Ebro, etc., voire Pingouins par dérision sur leurs surnoms péjoratifs (les Espingouins).

Les réfugiés, ou bien on les traite humainement quand ils arrivent, ou bien la honte nous fait mentir un jour.

Théophraste R. (Hamonophobe anti-franquiste).

NB. Le logo est la photo de couverture du magnifique album de Paco Roca paru chez Delcourt.

URL de cette brève 5874
https://www.legrandsoir.info/les-pingouins-sont-entres-dans-paris-5874.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
07/07/2018 à 07:28 par AF30

Quand on voit les photos de ces pauvres gens, enfants, femmes , vieillards portant ou traînant leurs derniers biens et passant devant la police française le fusil sur l’épaule, on a honte. Quand on lit certains récits on a honte. Quand découvre que sous prétexte de non ingérence Blum et son gouvernement décident de les laisser seuls pendant la bataille face aux nazis et aux facistes on est en colère. Et aujourd’hui les héritiers des responsables de cette défaite en rajoute une couche en tordant la réalité. Décidément on se demande si on peu attendre quelque chose de ces gens là.

#150158 
07/07/2018 à 09:57 par J.J.

Si les autorités de l’époque se conduisirent de manière ignoble, dans la population il y eut des réactions plus solidaires et fraternelles envers les réfugiés de la Ritirata.
Et leur souvenir malgré le temps qui a passé est resté vivant.

Inscription portée sur la stèles inaugurée près de la gare d’Angoulême, le 19 janvier 2008, en mémoire de ce sinistre événement.
El 20 de agosto de 1940, / salío de esta estació de Angulema hacia / el campo de exterminio de mauthausen, / el primer tren de deportados / de la segundo guerra mundial. / en é iban 927 republicanos españoles. / La mayoría során exterminados / en un verdadero crimen contra la humanidad / No les olvidemos.

Le 20 août 1940 / le premier train de la déportation / de la seconde guerre mondiale / est parti de cette gare d’Angoulême / vers le camp d’extermination / de Mauthausen / avec 927 républicains espagnols. / La plupart seront exterminés, / véritable crime contre l’humanité / N’oublions pas
On peut trouver davantage de détails avec le lien "Convoi des 927"
Cours métrage 2004 "El convoy de los 927"
Références également dans l’ouvrage sur la guerre d’Espagne de Bartolomé Benassar.

#150160 
08/07/2018 à 18:42 par Palamède Singouin

@J.J.
La stèle à été inaugurée quelques 70 ans après les faits. Ces commémorations tardives sont une spécialités des pouvoirs en place, de gauche ou de droite, depuis quelques années. Ça donne bonne conscience. Et ça permet de fermer les yeux sur des crimes contre l’humanité bien actuels en Lybie ou en Palestine.

#150185 
09/07/2018 à 09:02 par J.J.

Palamède Singouin@
Les autorités se sont peut être données bonne conscience, il a fallu quand même beaucoup les solliciter. Mais la foule qui était présente à l’inauguration ne cachait pas son émotion.

Il est à noter d’ailleurs que seule un délégation de Catalogne a participé à cette cérémonie, les autorités officielles espagnoles invitées ne s’étant même pas données la peine de répondre.

#150190 
09/07/2018 à 11:39 par leon

Hamonophobe et Melenchonphobe ( 60 ans de ps a eux deux, se sont des convertis de fraîche date l’un été ministre de hollande l’autre a été dirigeant du ps du temps de mitterrand et soutient à sa politique) effectivement l’accueil des Espagnols en France a été d’une dureté inimaginable les familles ont été séparés l’exemple donné par Hamon démontre son inculture.

#150191 
09/07/2018 à 21:43 par AF30

Hamonophobe et Melenchonophobe, c’est bien. Ça évite de s’embarrasser des propositions et des programmes. Le confort, quoi ! Et puis qu’importe ce qui a pu advenir entre hier et aujourd’hui chez ceux-là. Une dernière remarque : que vient faire Melenchon dans cette histoire ? Sauf à en être obsédé.

#150197 
10/07/2018 à 15:35 par François de Marseille

@ AF30 : "Décidément on se demande si on peut attendre quelque chose de ces gens là".

Eh bien non, ce genre de gugusse il n’y a absolument rien à en attendre.
J’ai bien aimé la réponse de JLM à une question de elkrief sur une remarque de hamon à son encontre : "Je ne peux rien pour benoit hamon et je crois que personne ne peut rien pour lui. Je cherche la bouée de sauvetage, si je la trouve je lui envoie".
En vidéo à partir de 26:58 :
https://www.youtube.com/watch?v=TvqJ2Pp1zSs&t=0s

@ Leon, mettre hamon et JLM dans le même sac, c’est vraiment simpliste à l’extrême. Je pense que c’est assumé, mais c’est irréfléchi.

#150208 
RSS RSS Commentaires
   
« Arabesque américaine » : Printemps Arabe ou révolutions colorées fomentées par les USA ?
Ahmed BENSAADA
Souvent évoqué, parfois décrié, mais rarement analysé, le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe fait enfin l’objet d’un travail sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Arabesque américaine* est l’ouvrage d’Ahmed Bensâada, un chercheur algérien établi à Montréal. Dès les premières lignes, l’auteur annonce la couleur « une chose est évidente : le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Le Maire Daley et d’autres officiels du gouvernement pendant les émeutes des années 60 ont prouvé leur préférence pour la propriété plutôt que l’humanité en ordonnant à la police de tirer pour tuer sur les pilleurs. Ils n’ont jamais dit de tirer pour tuer sur des assassins ou des trafiquants de drogue"

Dick Gregory (1932-2017)


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.