RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lettre ouverte à M.Hollande

Monsieur le Président,

En tant que citoyenne de gauche et militante de la solidarité, impliquée dans des projets de développement avec la Palestine, je tiens à vous faire part de ma grande révolte devant le pilonnage israélien de Gaza et la nature des réactions des grandes puissances dont la France.

Quand cesserez-vous de renvoyer dos-à -dos l’agresseur et l’agressé ? Pire, comment pouvez-vous en quelque sorte justifier le droit d’Israël à se défendre contre l’agresseur qui serait le Hamas ?

Cela fait 20 ans que je vais régulièrement en Palestine - Israël. J’ai participé à l’espoir d’Oslo avec les Palestiniens après avoir connu la terrible violence subie par le peuple palestinien pendant l’Intifada. Enfin, les Palestiniens pouvaient commencer à revivre, à se reconstruire, à soigner les plaies morales de leurs enfants, à bâtir leurs institutions. Vous savez comme moi, le sacrifice qu’ont fait les Palestiniens en acceptant la création de leur Etat sur seulement 22% de la Palestine historique. Ce pas, ils l’ont fait. Ils croyaient en la parole d’Israël même si les questions fondamentales des frontières, de Jérusalem, des colonies, des réfugiés et de la maîtrise de leurs ressources naturelles étaient renvoyées à une étape ultérieure dite « statut final ». J’ai vécu ensuite chaque étape de leur déception grandissante devant les promesses non tenues : de l’extension des colonies à la mise en place des « checks-points » fractionnant le territoire en zones A,B,C, jusqu’aux couvre-feux incessants, les humiliations quotidiennes et les éternelles re-négociations toujours en retrait par rapport aux acquis précédents. J’étais à Ramallah quand l’armée israélienne tirait à bout portant sur les enfants aux « checks-points » au début de la 2è Intifada après la provocation d’Ariel Sharon à l’Esplanade des Mosquées. En 2002 j’ai vu tous les ministères et le siège d’Arafat pilonnés et détruits par les F16 israéliens et le Président de l’Autorité palestinienne prisonnier dans la Muquata à Ramallah. J’ai pu constater le désastre de la construction du mur sur les villages et l’agriculture palestinienne.

J’étais en 2005 à Ramallah avec M.Bianco. Le Président Abbas venait d’être élu avec 75% des voix. Nous avons rencontré Saeb Erakat et Yasser Abed Rabo qui nous ont dit combien il était urgent de soutenir très vite l’Autorité palestinienne si on voulait avancer vers la paix. Rien n’a été fait. Un an après, le Hamas gagnait les élections. De nouveau au lieu de renforcer l’Autorité palestinienne, l’UE et la France se sont rangées derrière les USA pour boycotter l’aide à la Palestine jusqu’à l’éclatement de l’unité palestinienne et la sécession de Gaza.

Pour ceux qui comme moi vont régulièrement sur place, nous constatons avec effarement l’avancée monstrueuse des colonies, la fragmentation de la Palestine par le mur créant de véritables enclaves, l’annexion de la vallée du Jourdain et de Jérusalem, les agressions permanentes des colons, la politique de nettoyage ethnique, le blocus illégal de Gaza, etc.

Loin de progresser, la situation s’aggrave au point de menacer la solution de deux Etats parce que la communauté internationale et l’Union européenne refusent de prendre les mesures qui s’imposent pour qu’Israël respecte enfin le droit international. Vous ne pouvez pas vous abriter plus longtemps derrière cette fausse égalité ; les solutions de ce conflit sont connues de tous. Les résolutions de l’ONU, bafouées par Israël depuis 64 ans, disent qu’Israël doit se retirer des territoires occupés. Elles disent qu’un Etat doit être reconnu sur les frontières de 1967 avec Jérusalem Est comme capitale, qu’il faut une juste solution au drame des réfugiés. Elles précisent que les colonies sont illégales et doivent être démantelées. La CIJ a exigé la destruction du mur et cette décision a été approuvée par l’Assemblée générale de l’ONU.

En 2002, le Parlement européen avait voté la suspension des accords d’association UE/Israël parce que celui-ci violait l’article 2 de ces accords. Non seulement cette décision n’a jamais été appliquée, mais l’Europe ne fait que renforcer son partenariat avec Israël.

Vous n’êtes pas sans ignorer les rapports alarmants des diplomates européens sur Jérusalem qui ont été soigneusement enterrés. Vous connaissez également le dernier rapport des ONG sur le contournement par l’UE de la commercialisation des produits des colonies.

En recevant M. Netanyahu vous lui avez donné raison en appelant à reprendre les négociations sans conditions affaiblissant une fois de plus la position du Président Abbas. De quelles négociations peut-il s’agir quand sur le terrain Netanyahu et son gouvernement de droite extrême légalise et accélère la colonisation dans une proportion telle qu’un Etat souverain devient impossible ?

Pour moi qui ai la mémoire de ces dernières années, je me rappelle que l’Union européenne et la France se soumettaient aux diktats d’Israël conditionnant toute négociation à l’arrêt de toute résistance et à la reconnaissance d’Israël comme Etat juif…. Sans cesse Israël a conditionné les négociations jusqu’à faire croire en la fable qu’il n’y avait pas d’interlocuteur palestinien.

Vous refusez de reconnaître la démarche palestinienne à l’ONU- rompant en cela votre engagement de campagne électorale- sous prétexte qu’elle serait unilatérale…. Pourtant l’ONU me semble être par excellence un cénacle multilatéral . Quelle sagesse au contraire de la part des Palestiniens de vouloir renvoyer à leur responsabilité les Etats qui composent la communauté internationale, elle qui a voté en 1947 la création de deux Etats ! Cette reconnaissance de l’Etat palestinien à l’ONU est l’ultime démarche permettant de sortir du face à face inégal et morbide pour les Palestiniens. Vous ne pouvez l’ignorer Monsieur le Président.

Monsieur Hollande, j’ai voté pour vous, pour que vous accomplissiez vos promesses. Vous devez vous engager à reconnaître l’Etat palestinien à l’ONU : seul espoir aujourd’hui pour la paix et le droit. Vous devez, comme votre ministre des Affaires Etrangères l’a confirmé, exiger la levée du blocus de Gaza. Pour cela il faut qu’Israël ne soit plus dans l’impunité. Il faut donc avoir le courage d’exercer des sanctions. Pourquoi les sanctions que vous préconisez d’accentuer seraient-elles efficaces quand il s’agit de l’Iran et inopérantes pour Israël ? Y aurait-il à vos yeux deux poids- deux mesures : des sanctions pour une probable bombe nucléaire dont se doterait l’Iran ? Pas de sanctions pour Israël qui viole constamment le Droit international et les Conventions de Genève ? Je ne vous rappellerai pas le rapport « Goldstone » sur l’agression de Gaza en 2008-2009, dénonçant les crimes de guerre dont Israël s’était rendu responsable ; rapport enterré avec la complicité américaine.

En ayant ce courage, vous rendriez service, Monsieur le Président, à Israël parce que je suis persuadée que la sécurité d’Israël passe par la création d’un Etat palestinien et par la fermeté. Pour qui connaît la situation, on voit bien que la politique israélienne est une politique suicidaire. Pour Israël, pour le peuple palestinien, pour la sécurité internationale. Ce conflit est central pour la sécurité et la stabilité internationales. Le régler sur la base du droit doit être un choix stratégique premier.

Je vous prie instamment, Monsieur le Président, d’entendre mes arguments et d’agir vite pour rendre espoir au peuple palestinien désespéré de tant d’injustices et d’autisme de la part des grandes puissances.

Monique ETIENNE

URL de cet article 18427
  

L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.