RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

#LoiTravail : la mobilisation ne faiblit pas

En dépit des hésitations et des balbutiements du gouvernement au sujet de la loi El-Khomri, la loi travail, la jeunesse ne s’est pas laissée endormir et a poursuivi la mobilisation ce jeudi 17 mars.

Selon l’UNEF ce sont ainsi 150 000 personne qui ont manifesté, alors que seuls les organisations de jeunesses appelaient à cette mobilisation, c’est à dire le mouvement auquel moi même j’appartiens : l’Union des étudiants communistes, et donc le Mouvement des jeunes communistes, mais aussi l’UNEF, le principal syndicat étudiant, ainsi que l’UNL et la FIDL les syndicats lycéens.

Nous avons ainsi fait la démonstration que le mouvement ne s’essouffle pas, même si l’intersyndical n’appelait pas à proprement parler à manifester ( tout en apportant leur soutien ), notre mobilisation montre au gouvernement que nous ne lâcherons pas. En effet, la meilleure arme pour le gouvernement c’est le gain de temps, d’où le report initial de la loi. Il espère ainsi n’avoir pas a batailler en laissant le mouvement qui est en train de se construire s’essouffler de lui même.

Pourtant, le gouvernement devrait savoir qu’une fois un mouvement social lancé, avec l’union de la jeunesse, des travailleurs, des précaires, des chômeurs et des retraités, il est difficile de l’arrêter. Même Jacques Chirac, un président de droite avait finit par céder sur le contrat de premier embauche (CPE), peut-être que François Hollande finira par entendre la voix de la raison et renoncera à ce projet ultralibéral et surtout ultra dangereux pour notre avenir.

Pour revenir sur la mobilisation du jeudi 17 mars : 115 lycées ont été bloqués par les lycéens qui souhaitent eux-aussi prendre leur avenir en main, ainsi que plusieurs facs.
Alors que 100 000 jeunes s’étaient mobilisés lors de la journée d’action du 9 mars, qui avait réuni 500 000 personne au travers de toute la France, les 150 000 personnes de cette fois-ci démontrent une augmentation du nombre de jeunes ayant participé, même si des salariés ce sont également joins à nos cortèges.

Quoiqu’il en soit il était important de se mobiliser et il sera important de le faire dans les jours et les semaines qui vont suivre avec en point d’orgue la grande mobilisation du 31 mars qui promet d’être supérieur à celle du 9 mars, si le gouvernement n’a pas retiré le texte d’ici là.

Pour autant, nous mobiliser et exprimer notre refus de ce texte ne suffit pas, puisque les médias finiront pas dire que nous ne pensons qu’à nous opposer et qu’au final la majorité des jeunes qui se mobilisent le font pour rater des cours. D’ores et déjà il faut démonter ce mythe qui consiste en réalité à dire que les jeunes n’ont pas la compétence pour discuter de cette loi. Nous savons de quoi il s’agit, certainement pas autant que d’autres qui connaissent ce projet de loi dans les moindres petits détails, mais nous savons pertinemment qu’elles sont les risques pour notre avenir.
En fait, quiconque suit la politique de François Hollande, et connaît les principales lois économiques qui ont été voté durant son quinquennat, sait de quoi la loi est constitué.

C’est à dire de cadeaux au grand patronat, et à l’inverse de précarité pour le reste de la population. Face à cette déréglementation, face à la casse de nos acquis sociaux et du code du travail, qui est un outil créer pour protéger les salariés, nous devons opposer nos propositions. Elles sont simples, réalistes et nécessaires.
Au lieu de prétendre que de faciliter les licenciements permettra plus d’embauche, nous proposons au contraire un partage du temps de travail, avec la semaine de 32 heures. Nous proposons aussi que nos diplômes soient reconnus au même titre partout afin de ne plus être en difficultés lorsque nous nous insérons sur le marché du travail.

Comme il semble avéré que le gouvernement se borne à vouloir mener une politique ultralibérale en dépit du mécontentement général, nous devrons poursuivre et amplifier nos mobilisations. Le 24 et le 31 partout où ce sera possible faisons notre maximum pour nous faire entendre.

»» http://unmilitant.blogspot.fr/2016/03/loitravail-la-mobilisation-ne-faiblit.html
URL de cet article 30116
  

Même Thème
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.