RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Lumpen, Berlin 1920 Europe 2020

Lumpen

nous vivons dans l’hiver, entre deux rangées de voitures cartons sales étalés au sol où, comme taches encore plus sales, flottent nos haillons, nos sacs, ce qu’il reste, parfois, de notre vie d’avant,

nous vivons dans l’hiver, contreseings de l’injurieuse misère, héritiers affalés de la démangeaison bourgeoise, enfants perdus du progrès,

nous vivons dans l’hiver, sous les creux abandonnés des villes affamées, assis, emmitouflés, regardant virevolter les lumières assassines des machines

nous vivons dans l’hiver, à des milliers d’années lumières du temps disparate qui nourrit les âmes bien nées

nous vivons dans l’hiver, comme feuilles sur le fleuve, emportés par les courants des voix affables et des rires gras et froids dégoulinants des écrans

nous vivons dans l’hiver, remontant le temps sans peaux de bête, sans feu, ni forêt de hêtre, dans la trame asphyxiée des déserts urbains

nous vivons dans l’hiver, dans le confinement assourdi et moite de l’humidité ambiante, éponges pathétiques d’un monde parallèle où rien ne finit ni jamais ne commence

nous vivons dans l’hiver, prés des falaises abruptes et miroitantes du monde de demain, éreintés hagards, pusillanimes, nous accrochant comme à écueils à nos sacs de misère

nous vivons dans l’hiver, naviguant au grès opportun des distributions, de la promesse d’une soupe chaude ou d’un lit sans pou, sourires contraints balafrant nos figures

nous vivons dans l’hiver, nous vivons a genoux pour quelques pièces, un mégot, un morceau de monde, jetés à notre pâture par des mains aux yeux de chien

nous vivons dans l’hiver, sans attendre à demain que sourie la fortune, fortune fortune, petit bout de ciel bleu entre deux murs gris sales et puants

nous vivons dans l’hiver, la saison tortionnaire qui brise les corps aussi sûrement qu’un junte, maîtresse discourtoise au blanc linceul

nous vivons dans l’hiver, seul ou en meute, criants pour rien, repliés comme des canifs dans ces lieux aux relents d’urine et de merde

nous vivons dans l’hiver, les yeux fixés sur les chaussures qui défilent, écrasant nos espoirs comme océan envoyant aux brisants un bateau de migrants

nous vivons dans l’hiver, où l’écume blanche et glacée, d’heures en heures, ne forme plus qu’un amas grisâtre et sans vie d’où surnagent, ça et là, les couleurs encore vives d’emballages de barres chocolatées , de capotes usagées, de paquets de clopes vides et de canettes écrasées

nous vivons dans l’hiver, emportant nos fardeaux, nos fortunes de bric, nos trésors de broc, où restent parfois quelques images moisies, dernier lien à notre humanité, défendus chèrement , méprisés pleinement

nous vivons dans l’hiver, quand même les rats se cachent, qu’on plaint plus nos chiens que nous, de cette tendresse désarmante et suffisante

nous vivons dans l’hiver, quand d’autres glissent sur les pentes damnés de nos enfers individuels, remontants, descendants, encore et encore

nous vivons dans l’hiver, loin des pays de glace, de la toundra, des rennes, leurs forthunes, s’imposant à nos âmes comme un fouet, déciment même l’espoir de retour

nous vivons dans l’hiver, et c’est là que nous mourrons, ramassés au matin par le camion rouge d’enfants apeurés

nous vivons dans l’hiver, dans des châteaux forts de carton, sous des ponts d’autoroute pareils à des falaises , dans le vacarme incessant des camions fourmi

nous vivons dans l’hiver, nous sommes ceux qu’on invite à rester , oui à rester loin de l’arrière cour, de peur d’une contagion malencontreuse

nous vivons dans l’hiver et ne serons même pas des souvenirs pour ceux qui nous ont connu, disparaissant comme disparaîtront nos effets, par aumône républicaine, fils et filles de rien, dans un trou, un brasier, un dernier rond de fumée

nous vivons dans l’hiver, sous le beau ciel d’été, quand pour sable doré, sous nos culs réchauffés, le bitume sert de canapé, on meurt aussi très bien en Juillet

nous vivons dans l’hiver, accrochés les uns aux autres, s’aimant, se détestant , se cherchant , se chassant, tour à tour, violence, coups de pinard et de sang, gueules cassées autour d’une soupe

nous vivons dans l’hiver et il vit en nous, dans les sentiments qui s’en vont goutte à goutte ou à torrent pour ne plus voir que soi dans le miroir de nos âmes

nous vivons dans l’hiver, du matin au matin, entre deux portes, sous des monceaux de cartons, chassés, traqués, insultés, la nuit n’est jamais notre amie

nous vivons dans l’hiver, oubliés, ramassés dans un coin, nous sommes un élément du décor auquel on s’habitue, un morceau de mobilier urbain qu’on ignore, un amas de déchets

nous vivons dans l’hiver et nous mourrons sous le fier soleil de Mai à coté de gallinacées portant de jolies robes aux motifs printaniers, riantes, énervées, agacées, rayonnantes,,, absentes, le nez collé à leue psyché électronique

nous vivons dans l’hiver, sans laisser d’autres traces sur le noir goudron que les pas hésitants qui nous conduisent d’un courant d’air à un autre, d’une grille de parking à celle d’un dégoût

nous vivons dans l’hiver et, parfois, quand le frimas traverse la frime, on voit nos mines atterrées mais vite enterrées au journal télévisé

nous vivons dans l’hiver, comme d’autres s’égarent en mer sur des boudins en caoutchouc, traversant des désert pour en trouver un autre

nous vivons dans l’hiver, frôlant la vie comme on frôle la fortune, espérant dans le sort presque autant qu’en la mort

nous vivons dans l’hiver, enfants de l’assistance à l’âme déjà recluse, échoués du système, égarés de nos rêves, fuyards aussi magnifiques que pathétiques

nous vivons dans l’hiver et demain d’autres et d’autres et d’autres encore rejoindront,dans les yeux, l’étonnement, cette fausse plage aux pavés noircis d’oxyde

nous vivons dans l’hiver et nos corps n’ont plus leurs places sur les bancs étriqués et parcellés, des piques au sol nous chassent comme pigeons au chéneau, déjà nous faisons trop de bruit

nous vivons dans l’hiver, , sans candeur, sans douceur, têtes baissées, toujours prêts à fuir à la moindre sirène, l’œil moitié fermé dans la lumière froide des ruelles déclassées
nous vivons dans l’hiver, ivres le soir et, souvent, le matin, cette chaleur éphémère aux bras décharmés de sorcière antique, pythie acharnée de notre désuétude

nous vivons dans l’hiver, nous vivons dans l’hiver, nous vivons dans l’hiver, nous vivons dans l’hiver et, de leurs faces pommadées, naissent d’autres hivers

nous vivons dans l’hiver mais nous y bâtissons parfois des rêves qu’aucun prince, aucun roi, n’approchent jamais et, qu’au matin, la balayeuse à la stridence obscène emporte

nous vivons dans l’hiver et nous avons la chance de ne pas y vivre femme.

URL de cet article 36768
  

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne pense plus que les journalistes devraient bénéficier d’une immunité particulière lorsqu’ils se trompent à ce point, à chaque fois, et que des gens meurent dans le processus. Je préfère les appeler "combattants des médias" et je pense que c’est une description juste et précise du rôle qu’ils jouent dans les guerres aujourd’hui.

Sharmine Narwani

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.