RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Massacres de marché (Il Manifesto)

Photo : leeroy09481/Flickr

Le dernier a été un petit entrepreneur de 45 ans de Altivoli, province de Treviso : il s’est pendu il y a deux jours dans un cabanon contigu à son habitation. Le premier, de l’année 2012, était un retraité de Bari : le 2 janvier, il s’était jeté de son balcon après avoir reçu une mise en demeure de l’Inpsi de restituer une somme conséquente. Entre eux : l’ouvrier de 27 ans de Vérone, immolé par le feu. L’encadreur romain de 57 ans, pendu, lui aussi. L’électricien de 47 ans de San Remo, d’un coup de revolver… Litanie à laquelle nous ajouterions la disponibilité à la boucherie sociale du gouvernement qui, hier, a d’abord supprimé l’exemption des ticketsii pour les chômeurs et ensuite, de nombreuses heures plus tard, les a remis en listes «  techniquement ». C’est le coût humain payé quotidiennement à la crise économique. On a appelé ça «  Massacres d’Etat ». Et c’est juste, parce que les politiques économiques, les règlements, les défaillances des pouvoirs publics ne sont pas innocents. Mais il faudrait ajouter, immédiatement après : «  massacres de marché ».

Si nous lisons attentivement les qualifications professionnelles dans cette liste de nécrologies qui s’allonge de jour en jour un peu plus, nous verrons que ce sont des ouvriers, des chômeurs, de petits entrepreneurs, des retraités : toutes les figures bariolées de ce marché du travail dont la structure est en train d’être redessinée par le gouvernement. Et desquelles, ces morts tragiques, on nous dit combien elles sont inséparables de la vie des personnes. Combien dangereux (et criminel) est l’acte, mental et pratique, de réduire le travail à la pure dimension de marchandise : de ce qui s’échange selon les lois objectives de l’offre et de la demande.

Quand Luciano Gallinoiii n’a de cesse de nous prévenir que «  le travail humain n’est pas une marchandise », il ne se borne pas à une affirmation, sacro-sainte et nécessaire, de caractère culturel et théorique, à discuter aimablement dans les séminaires universitaires (n’importe où sauf à la Bocconiiv !). Il dit aussi quelle opération extrême (et féroce) se produit sur les corps des gens, quand on prétend casser cette unité bioéconomique. De réduire la vie au travail à un facteur économique pur, soumis aux «  lois d’acier » du marché, sans plus de diaphragmes, de parapluies protecteurs, de barrières se dressant contre l’omniprésent et envahissant processus de marchandisation de l’existence.

Le comique de gouvernement les ignorait, ces morts, il préférait enfouir la tête du pays dans les sables mouvants de ses excès, mais en 2010 le «  massacre de marché » se monta à 362 suicides rien que chez les chômeurs, 192 chez les travailleurs indépendants, 144 chez les petits entrepreneurs (les grands s’enfuient à l’étranger, ils ne se sacrifient pas).

Presque deux morts par jour. Le professeur Monti en enregistre la réalité, même si c’est par un euphémisme qui n’en réduit pas la teneur dramatique : «  des vies qui se ferment dans le désespoir ». Il parle d’un «  prix très élevé », et rappelle qu’en Grèce cependant le bilan dépasse déjà les 1.725 cas. Ce qui, au demeurant, est vrai, comme il est vrai qu’en cas de défaut le massacre augmenterait largement ici aussi, et deviendrait littéralement une boucherie d’Etat.

Ce que ne dit pas toutefois le chef du gouvernement des techniciens, c’est que ce suintement de morts italiennes, et cette cascade de suicides grecs, sont le produit, tous deux, de la même culture économique et sociale, que lui-même partage. Qu’ils sont le fruit d’une vision du monde et d’une théorie économique qui ont «  failli » et qui se sont pourtant constituées en dogme quasiment absolu et même, depuis cette semaine, en principe constitutionnel avec l’insertion dans la Charte de l’obligation d’équilibre du budget. En nouveau Nomos de la Terrev.

C’est au nom de cette inédite souveraineté impersonnelle et cruelle -dépourvue d’avenir et pourtant exigeante dans le présent- que les «  commissaires » des pays périphériques sont obligés de parcourir le monde en exhibant le scalp de leurs «  mondes du travail » respectifs, de leurs antiques titulaires des droits, dans le vague espoir d’attirer le regard bénévole de quelque segment de marché, dans une course sans fin vers le bas. Sur la base de ces dogmes, nous n’en sortirons pas. Il n’y a pas de bout du tunnel. Ni -c’est de plus en plus évident- de point de reprise. Si nous voulons mettre un frein aux «  massacres de marché » nous devons limiter le pouvoir des marchés de s’emparer de la vie. Nous devrons travailler pour imposer un tournant culturel, social et, enfin, politique radical, pas seulement ici, dans notre fragile périphérie, mais au coeur même d’Europe, où l’idole est plus forte.

Tâche improbable, marche très longue. Mieux vaut se mettre en chemin.

Marco Revelli

Editorial de vendredi 20 avril 2012 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/attualita/notizie/mricN/7136/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Notes de la traductrice :

Marco Revelli est historien et sociologue à l’université de Turin (chaire Sciences politiques, histoire contemporaine), membre fondateur de l’ex-organisation Lotta Continua. Auteur de très nombreux ouvrages politiques et historiques. Et fils de l’écrivain-résistant Nuto Revelli (superbes «  Disparu de Marburg », «  L’anello forte »…).

URL de cet article 16466
  

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.