Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les présidentielles américaines, une affaire de milliardaires

En 2008, le démocrate Barack Obama est arrivé à la Maison-Blanche parce que les lobbies économiques et financiers tout comme les multinationales de l’impérialisme américain avaient besoin de sang neuf pour remplacer le discrédité Bush et son successeur désigné par le camp républicain, John Mc Cain ; ils le démontrèrent en portant le compte des dépenses de campagne d’Obama à un chiffre ahurissant de 700 millions de dollars, alors que le malheureux concurrent ne dut se « contenter » que de 333 millions de dollars.

Un journaliste américain qui avait mené une enquête sur la seconde victoire de Bush sur Al Gore en 2000 parla de la démocratie des États-Unis comme de « la meilleure démocratie que l’argent peut acheter ». Une théorie effectivement confirmée par la campagne présidentielle de 2008 dont les dépenses pourtant record seront probablement largement dépassées par celle de 2012, qui se conclura le 6 novembre. Une campagne qui s’annonce comme la plus coûteuse de toute l’histoire, une véritable affaire de milliardaires.

Aux États-Unis, les financements publics sont soumis à des contrôles très sévères, contrairement à ceux provenant de la sphère privée. Une sentence émanant de la Cour suprême a autorisé les entreprises, les individus et les syndicats à soutenir un candidat moyennant le respect de quelques clauses, fort peu contraignantes au demeurant. Cette même Cour a fixé le plafond des dons versés directement aux candidats à 2.500 $, mais cette contrainte peut être facilement contournée par des contributions qui seraient versées aux comités d’action politique, ces fameuses Super PAC (acronyme de political action committee) qui ne sont soumises à aucune obligation de transparence. Les financiers et les multinationales voient donc se dérouler sous leurs pieds un tapis rouge et pourront à loisir financer et conditionner les deux candidats, Obama et Romney.

Ainsi, des acteurs célèbres sont intervenus pour le renouvellement d’Obama à la tête du pays, tels De Niro à New-York ou Georges Clooney en Californie, en organisant des dîners avec le président pour la modique somme de 40.000 $ le couvert. Le but étant de verser sept millions de dollars à l’Obama victory fund 2012. Mais les principaux financements proviendront de l’industrie de la communication, du spectacle et de la culture, des géants Microsoft, Comcast, Google, Time Warner et aussi des universités de Californie, d’Harvard et de Stanford. A la fin du compte, quelques sociétés pétrolières et quelques banques manquent encore à l’appel, mais elles ont encore tout leur temps d’intervenir dans la campagne.

Le plus riche donateur d’Obama est l’industriel d’origine russe Len Blavatnik qui a versé rien moins que 10,1 milliards. Mais ce dernier n’est pas pingre et il a également craché quelque menue monnaie dans le borsalino de Romney. Il y a également d’autres généreux donateurs, parmi lesquels Peter Lewis, président des Progressive Insurance compagnies, l’ex président de Google Eric Schmidt (avec sept milliards de dollars) et le financier John Doerr, avec 2,2 milliards.

Celui qui devrait être le challengeur républicain, l’ex gouverneur du Massachussetts (et milliardaire) Mitt Romney, a pour principaux soutiens la Goldman Sachs, le groupe Crédit suisse, Morgan Stanley, Hig capital, Barclays, Price Water House Coopers et Emc Corp. En clair, les principales sociétés de la finance américaine. Mais même si la Goldman Sachs se place au premier rang des soutiens de Romney, elle l’est aussi, mais au dix-neuvième, parmi ceux d’Obama selon le dernier relevé mensuel de la commission électorale fédérale.

Le plus riche donateur de Romney est le financier John Paulson (qui a versé plus d’un million de dollars), suivi par Donald Bren, qui a fait sa fortune dans l’immobilier, puis par l’éditeur Sam Zell.

Mitt Romney a pratiquement course gagnée pour la course à l’investiture américaine grâce aux 43,2 millions de dollars récoltés rien que par sa super PAC, le Restore our future. Il a surclassé si l’on peut dire ses rivaux, parmi lesquels Net Gringrich (qui n’a pu dépasser les 19 millions) et Rick Santorum, qui s’est officiellement retiré après avoir empoché 15 millions de dollars pour sa campagne. Romney semble avoir quant à lui mis les fonds de côté dans la perspective de sa confrontation de novembre et semble déjà être arrivé à la coquette somme de 150 millions.

Obama a de son côté récolté plus de 160 millions de dollars. Mais il en aurait besoin de beaucoup plus pour pouvoir tenir la comparaison avec son adversaire. Plusieurs centres d’études américains ont estimé que républicains et démocrates pourraient parvenir à dépenser en tout quelque six milliards de dollars rien que dans cette campagne.

Qui achètera la Maison-Blanche aura donc dépensé une montagne de dollars, et les riches donateurs attendront bien logiquement les dividendes politiques de leurs investissements. Voici comment le grand capital tient à sa merci les candidats aux présidentielles américaines. Et pendant ce temps, une multitude d’abrutis continue toujours de présenter la démocratie américaine comme le modèle le plus avancé...

Capitaine Martin

Résistance : http://www.resistance-politique.fr/article-les-presidentielles-america...

URL de cet article 16472
   
Même Thème
Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie.

Frederic Bastiat (1801 - 1850)


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.