RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

McKinsey : il est temps de nettoyer les cabinets

« Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise. » Cette phrase attribuée à l’ex-Premier ministre conservateur britannique Winston Churchill, les vautours qui se font de l’argent sur notre dos l’ont bien apprise par cœur. Pour eux, le coronavirus est une aubaine. L’exemple du cabinet de consultance McKinsey est révélateur...

Les dirigeants libéraux appellent les multinationales de la consultance pour faire des coupes dans les budgets de nos services publics. Comme dans la santé, par exemple. Les consultants conseillent aux gouvernements de couper dans le personnel, le matériel. Puis, quand on se rend compte des effets désastreux pour la population de ces « conseils » mis en pratique par nos gouvernants, qui appellent ces derniers ? Ceux qui leur ont donné ces conseils... Bienvenue dans le monde merveilleux des cabinets de conseils privés.

Le quotidien français Libération estime que le géant de la consultance McKinsey a déjà touché 100 millions d’euros des gouvernements (EU, Canada, France, etc.) pour des conseils liés à la gestion de la crise sanitaire. Par exemple, le gouvernement français a fait appel à ce cabinet pour décider de la stratégie vaccinale. Pour un résultat fameux car le pays de Macron fait encore pire que la Belgique en la matière (216 Belges vaccinées pour 100 000 habitants contre 206 Français, chiffres du 11 janvier ), ce qui est une sacrée performance. Tout ça pour 2 millions d’euros par mois...

Un pouvoir énorme délégué par nos dirigeants

La Belgique est aussi une cliente fidèle de McKinsey. En 2011, la Région wallonne a commandé une étude à McKinsey pour changer son image afin de séduire les investisseurs étrangers. La note s’élevait à 2 millions d’euros (dont 60 000 euros pour un logo ridicule composé de 5 points...).

Publifin/Nethys a payé 5 millions d’euros par an durant 12 ans à McKinsey pour des conseils. Conseils qui auraient pu être réalisés par des travailleurs de l’intercommunale. McKinsey a décidé, entre autres, que Tecteo (filiale de Nethys) devait mettre en place un nouveau règlement de travail pour sucrer bon nombre d’acquis sociaux. Pris la main dans le sac (pour avoir sous-valorisé des entreprises que Nethys voulait vendre), le cabinet a versé 7 millions à Nethys pour se réconcilier (et empêcher un procès).

Le Pacte d’Excellence, cette réforme de l’enseignement voulue par la Fédération Wallonie-Bruxelles ? C’est l’œuvre de McKinsey aussi, cabinet choisi par la ministre de l’époque, Joëlle Milquet, malgré deux avis négatifs de l’Inspection des finances... Il faut dire que le cahier des charges pour l’attribution du marché avait été rédigé par... McKinsey, quelques mois avant le lancement de l’appel d’offres...

Et ce ne sont que quelques exemples qui montrent à quel point les cabinets comme McKinsey ont un pouvoir énorme sur nos vies.

Choix idéologique et politique

Choisir de faire appel aux cabinets de consultance privés est une manière de sous-traiter la politique. C’est surtout un choix idéologique : demander des « conseils » à McKinsey, c’est pouvoir casser nos services publics, notre sécurité sociale, etc. tout en disant « oui mais c’est pas nous, ce sont des spécialistes qui disent qu’on n’a pas le choix... » C’est pour cela que les libéraux (qu’ils portent une étiquette bleue, rose, verte ou orange) adorent donner plein d’argent public à des gens qui véhiculent l’idéologie néolibérale afin de faire passer leurs politiques antisociales. Dont la crise actuelle nous montre la pertinence...

Les cabinets comme McKinsey ne sont absolument pas neutres politiquement. « Travaillant pour le public et le privé, ces cabinets contribuent à aligner le premier sur la vision du monde du second », explique Olivier Petitjean, de l’Observatoire des multinationalesdans le quotidien français L’Humanité. « Ils prospèrent sur l’imposition de ces logiques néolibérales et de coupes budgétaires dans les services publics. »

McKinsey et les gouvernements libéraux, une histoire d’amour

La collusion entre McKinsey et le monde politique va au-delà de l’amourette. On peut parler de passion amoureuse. En France, c’est Maël de Calan qui a présenté le plan vaccinal aux agences régionales de santé (ARS) et à certains hôpitaux, après une courte introduction du ministre de la Santé Olivier Verran, tout de même. Or, Maël de Calan était candidat aux législatives de 2017. Sur quelle liste ? Celle du mouvement de Macron, évidemment. Et un des dirigeants de McKinsey France, Karim Tadjeddine, est l’auteur d’un livre publié en 2016 et préfacé par... Emmanuel Macron... En Belgique, le Secrétaire d’État « socialiste » chargé de la relance, Thomas Dermine, a bossé chez McKinsey à Londres de 2009 à 2016. Celui qui le remplace à la tête du service d’études du PS est aussi un ancien de McKinsey. Aux États-Unis, de nombreux conseillers passent de McKinsey aux services de la direction du Parti démocrate. Par exemple, Joe Biden a choisi Pete Buttigieg pour être son ministre des Transports. Buttigieg a travaillé pour McKinsey. Et a même fait du bon travail, selon la journaliste étasunienne Liza Featherstone. « Du temps où Buttigieg travaillait pour la société, il a fait preuve d’un zèle impressionnant. Bien qu’il ait été très discret sur ce sujet, son intervention a probablement entraîné des licenciements à la Poste des EU et chez l’assureur Blue Cross Blue Shield. » (lire son article en français)

« C’est un petit monde, les cabinets de consultants font partie de ces industries dont une grosse partie des contrats dépend des pouvoirs publics, la clé c’est la proximité avec les décideurs. C’est pour cela qu’ils ont cette pratique dite de porte tournante, ou de pantouflage, où d’anciens politiques ou hauts fonctionnaires sont débauchés, et vice versa », explique Olivier Petitjean dans l’Humanité.

McKinsey, « une vilaine tache »

McKinsey, en plus d’être un géant de la consultance (33 000 employés, chiffre d’affaires de 10 milliards de dollars...) qui se vante de conseiller les 147 des 200 plus grosses entreprises mondiales, est un tueur d’emplois. « Les politiciens dont le CV porte la mention “McKinsey” ne devraient jamais exercer une fonction publique » estime Liza Featherstone. « McKinsey est l’une des pires sociétés de conseil. Le journaliste économique Duff McDonald, auteur de The Firm, un livre sur McKinsey, a révélé au Times que McKinsey “pourrait être à l’origine des licenciements les plus massifs de l’histoire”. Les entreprises licencient toujours des travailleurs lorsque les temps sont durs, mais McKinsey a “perturbé” cette tradition en poussant les entreprises à le faire aussi en période de prospérité, a-t-il dit, “simplement pour faire plus de profits”. »

La conclusion de la journaliste ? « Avoir de l’expérience chez McKinsey est considéré par de nombreux membres du gouvernement comme un gage d’intelligence (...). Mais à mesure que l’influence de la base de gauche s’accroît, cette façon de voir les choses pourrait changer. Plutôt que de constituer une étape valorisante pour les personnes douées et ambitieuses, ce passage chez McKinsey pourrait devenir une vilaine tache sur le CV, comme si l’on avait travaillé pour une compagnie de tabac ou un fabricant d’armes. »

»» https://www.solidaire.org/articles/mckinsey-il-est-temps-de-nettoyer-l...
URL de cet article 36850
  

DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.