RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
11 

Mes conseils à Madame Le Pen pour devenir Présidente de la République

Madame Le Pen,

Vous ne me connaissez pas, et c’est bien normal, car je ne suis ni quelqu’un d’important, ni de votre bord politique (c’est le moins que l’on puisse dire). Vous serez donc probablement étonnée (et un tantinet suspicieuse, je crois) en lisant cette lettre si d’aventure elle vous parvenait par je ne sais quelle voie détournée.

Je me suis permis cette initiative pour le moins hardie après avoir pris connaissance de vos dernières interventions dans les médias français et étrangers, et aussi après avoir écouté maintes réflexions d’électeurs autour de moi. Je suis arrivé à la conclusion que vous n’êtes plus très loin du pouvoir, et il me convient de vous donner un petit coup de pouce. Je précise au passage qu’en cas de victoire, je refuserai tout poste ministériel car mon initiative est totalement désintéressée.

Premier constat encourageant, la droite dite « républicaine » a bien cédé à ses démons et a fini par récupérer vos thèmes et votre langage. J’avoue ne pas être plus surpris que ça. Après tout, et surtout depuis le piétinement sans vergogne de l’avis du peuple après son « non » par référendum au projet de constitution européenne, le dit « républicanisme » de la droite m’a souvent paru plus une façade qu’une véritable conviction. Autre constat encourageant, le Parti Socialiste a lui aussi attrapé le train en marche et sa politique vous a même doublé par la droite. Qui l’eut crû ? Vous n’êtes donc plus la droite de la droite, mais juste une extrême droite au sein d’une droite extrême qui va désormais du PS au LR.

Tenez, pas plus tard que le 9 août 2016, un certain François Burgat a pu s’exprimer sur la radio RFI en ces termes : « Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaïda en Syrie] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables », sans provoquer la moindre vague dans la rédaction. J’espère que ses parents le surveilleront de près pour l’empêcher de faire une bêtise et de poster ce genre de propos sur Facebook car, comme vous le savez, il y en a qui se sont retrouvés en prison pour moins que ça.

Tout comme un certain Laurent Fabius, que vous connaissez peut-être, qui a dit que le même Al-Nosra « faisait du bon boulot » en Syrie et même que le Président Assad (qui avait été l’invité d’honneur au défilé du 14 juillet 2008) ne « méritait pas de vivre ». Je ne sais pas ce que ce Monsieur Fabius est devenu, mais je suppose qu’il doit errer quelque part entre la Bulgarie et la Turquie à la recherche d’un passage pour la Syrie pour rejoindre ses potes là-bas et en découdre avec Assad.

Récemment aussi, le quotidien Libération a publié un article intitulé « Alep : les intox des avocats de la Russie » qui démarre ainsi : « Défenseurs de Vladimir Poutine ou ardents anti-atlantistes, venus de la droite ou de la gauche, les défenseurs français du statu quo usent d’arguments simplistes. » Vous me direz qu’une telle réaction de la part de Libération est normale, parce que lorsqu’on essaie d’expliquer quelque chose à un journaliste de Libé, il ne comprend en général que la première phrase. Mais – faute à pas de chance – Wikileaks vient de révéler aussi un courriel de Madame Clinton de 2012 qui affirme que l’Arabie Saoudite et le Qatar financent l’Etat Islamique (chose que les simplistes savaient déjà). Quelques médias parlent d’une révélation « embarrassante » mais n’insistent pas (tu m’étonnes).

Cela dit, je ne peux que m’interroger : « mais que lui reprochent-ils (les médias) exactement à cette Madame Le Pen ? ».

Il paraît que vous êtes « pire ». Je veux bien croire que vous auriez aimé l’être, que vous aviez l’intention de l’être, mais voilà : ils ont déjà fait les trois quarts de votre boulot et je me demande bien ce que vous pourriez faire de « pire » (ou de « mieux », selon le point de vue). Feriez-vous « pire » que la loi El Kohmri ? Je ne vois pas comment, à moins de rayer d’un trait de plume toute trace du code du travail. Et même ça, j’ai entendu un penseur de la droite proposer l’abrogation pure et simple du code du travail. Il va falloir donc trouver autre chose.

L’immigration ? Là, vous avez un point faible. Vous n’avez pas déclenché de guerres illégales provoquant des exodes massifs et des milliers de morts en mer. Il va falloir vous rattraper d’une manière ou d’une autre. Je vous aurais bien suggéré de construire un mur, mais là aussi, l’idée est prise.

En matière de politique étrangère, et à moins de déclarer officiellement la guerre à quelqu’un – je n’ai pas d’idée en tête mais on trouvera bien le moment venu – je ne vois pas vraiment ce que vous pourriez faire de mieux (ou de pire). Soutenir les putchistes néo-nazis en Ukraine, les terroristes en Syrie, les putschistes au Venezuela, les décapiteurs en Arabie Saoudite, les terroristes d’Etat du Qatar ou d’Israël ? Là aussi, la place est déjà prise.

Je sais, tout cela peut vous paraître bien décourageant, et même en contradiction avec mon introduction, mais haut-les-coeurs Madame Le Pen, je crois avoir trouvé la solution.

Premier constat : toutes les professions de foi du monde politico-médiatique sont à l’évidence totalement bidons. Soutiens et complaisants avec les pires régimes, allergiques à la démocratisation des médias, accrochés à leurs postes (et nommés par on ne sait qui)... la question est : comment faire avec (en attendant d’arriver un jour à la vraie question : que faire avec) ? J’ai bien réfléchi et je crois que les choses sont en fait assez simples : ils ne vous reprochent plus que deux choses : votre aversion (supposée) de l’Europe, et votre « conservatisme social ». Le racisme, la xénophobie, tout ça, ils s’y feront dès que le moment sera venu, car ils s’y font toujours. Non, vos tares actuelles sont l’Europe et les questions sociétales.

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, Madame Le Pen, la décrépitude de la politique est telle que la plupart des gens, conditionnés par les médias, ne savent même plus reconnaître une extrême-droite. Vous pouvez tenter l’expérience, ça ne rate jamais. Les seuls marqueurs « d’extrême-droititude » officiels qui restent sont : xénophobie, homophobie, antisémitisme, et euro-scepticisme (ce dernier a été glissé dans la liste pour des raisons que vous imaginez). Par exemple, pour eux, une extrême-droite est forcément antisémite et un antisémite est forcément d’extrême-droite (en pourrait leur signaler l’extrême-droite israélienne, mais peu importe, on n’en est plus à une approximation près. L’important, c’est d’occuper les esprits.)

Il s’ensuit a contrario que si vous n’avez (ouvertement et officiellement) aucun des penchants énoncés, vous n’êtes forcément pas d’extrême droite. L’important, c’est de ne jamais perdre votre coolitude. Gay-Pride, Mariage pour tous, pistes cyclables, et vous voilà munie, comme dans les jeux vidéos, d’un bouclier d’indestructibilité. Vous pourriez ensuite être la plus grosse des ordures (un Président des Etats-Unis par exemple) et larguer toutes les bombes que vous voulez, sur qui vous voulez, envahir tous les pays que vous voulez, le tout basé sur les mensonges les plus éhontés (forcément) et pour les raisons qui vous chantent... Alors, elle est pas belle la vie ?

Alors voici ce que je vous propose.

- Levez le pied en ce qui concerne cette horreur qu’est devenue l’UE, car eux, ils y sont très très attachés. Ca leur permet de faire des émissions avec plein d’invités qui parlent le français avec un délicieux accent et qui donnent l’impression qu’on est en train de parler de trucs super importants. Ne leur ôtez pas leur jouet favori. De toute façon, il paraît que l’UE n’en a plus pour longtemps, alors pourquoi tirer sur une ambulance ?

- Organisez le plus tôt possible un gay-pride parrainé par le Front National. Oui, je sais, ça fera grincer des dents chez vous mais vous leur expliquerez que c’est pour le bien du parti. Libération, Le Monde, France-Inter et j’en passe se jetteront à votre cou et vous trouveront super-cool.

Voilà, Madame Le Pen, j’espère que ces quelques suggestions modestes vous serviront.

Vous vous demanderez probablement ce qui me pousse à agir ainsi, alors je vais vous le dire : je n’en peux plus d’entendre qualifier de « gauche » toutes ces petites frappes politiciennes et médiatiques qui empoisonnent nos existences. Je n’en peux plus de voir quelques grammes de propos « de gauche » peser plus lourd que des tonnes d’actions « de droite ». Je n’en peux plus de voir tous ces regards blessés lorsque je parle du PS comme d’un parti d’extrême-droite, toutes ces lèvres qui tremblotent au bord d’un long sanglot en émettant des « m’enfin... ils sont pour le mariage pour tous ! » (du coup, c’est moi qui pleure.)

Madame Le Pen, aidez-moi à retrouver ma joie de vivre, ma joie de militer. Promettez-moi d’en mettre quelques-uns en prison et je vous baiserai les orteils. Débarrassez-moi de ce cirque et je vous promets ensuite que je ferai tout, mais vraiment tout, pour vous empoisonner la vie (politique), à vous et à tous ces autres.

Comme dans le bon vieux temps.

Cordialement,
V. Dedaj
"qui vous voit tous arriver de loin avec vos gros sabots"

Rappel : « De Jack Lang à Jean Daniel, en passant par Dominique Baudis, Edmonde Charles-Roux, Renaud Donnedieu de Vabres et Anne Roumanoff, un total de 66 personnalités françaises de la culture auront été décorées par le Qatar en 2010. Toutes sont reparties avec un chèque de 10.000 €. » http://www.lefigaro.fr/culture/2010/12/20/03004-20101220ARTFIG00501-l-... sans oublier Plantu, le dessinateur « caustique » du Monde

URL de cet article 31388
   
AGENDA
lundi 20 février 2017
vendredi 24 février 2017
samedi 25 février 2017
mardi 28 février 2017
mardi 28 février 2017
samedi 4 mars 2017
mardi 7 mars 2017
mercredi 8 mars 2017
mercredi 15 mars 2017
samedi 22 avril 2017
samedi 22 avril 2017
Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Partout où le hasard semble jouer à la surface, il est toujours sous l’empire de lois internes cachées, et il ne s’agit que de les découvrir.

Friedrich Engels

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
21 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.