Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Message à la marquise de Grenelle

Madame la ministre,

L’usage aurait voulu que cette lettre commence par le très formel « chère Madame » ou une formule plus ou moins protocolaire de circonstance, mais comme la suite le montrera vous ne pouvez m’être chère, et le moment n’est pas au protocole.

Madame, donc, d’autres que moi, emportés par la rage et la colère, avec leurs mots vous diront en termes plus que crus ce qu’ils pensent de votre cheminement et vos pratiques politiques, usant d’expressions que je peux concevoir mais dont je n’use pas pour garder à cette missive la dignité que pour votre part vous avez définitivement perdue.

C’est en catimini que le 8 aout vous avez, balayant le travail de vos services, décidé de tuer socialement un homme, militant syndical élu par ses collègues et camarades, coupable de refuser vos ukases. Le lendemain, la loi portant votre nom, loi que vous serez contrainte de retirer, est promulguée au JO.

Vos méthodes, celles de la droite, en ayant même pas le courage de l’assumer, vous classe maintenant quelque part entre Margareth Thatcher et Michèle Alliot-Marie. Chacun(e) dans son parcours a les balises qu’il ou elle mérite.

N’ayant jamais travaillé dans le cadre d’un contrat de travail, d’une convention collective, d’un tableau de service, votre C.V. fait lettre de créances et signe votre feuille de route : Cabinet du ministre de l’intérieur via le responsable aux élection du PS maintenant président de l’Assemblée Nationale, puis gravissant le mont Rose de votre déroulement de carrière, s’il est possible de nommer ainsi votre parcours, de la commission consultative de sécurité et d’accessibilité de la préfecture de police, à la commission départementale de la sécurité des transports de fonds de Paris, à la commission départementale des systèmes de vidéosurveillance de Paris, à la commission locale d’action sociale de la préfecture de police, au conseil départemental de sécurité civile de Paris, au conseil d’administration de la fondation Louis Lépine, et enfin à la commission départementale de la sécurité routière de Paris, tout vous prédisposait à faire la police, mais que la police ; principalement celle des RG.

Elue parisienne, c’est avec une célérité remarquable que vous avez su monter de Clignancourt à l’avenue Junot vous mettant dans le sillage du héros de votre patron : Clémenceau le fusilleur de Draveil ; déjà contre les travailleurs.

Comme manant battant les fossés pour chasser les grenouilles troublant le sommeil du château, vous voilà menant la traque des syndicalistes au sein de votre ministère devenu par votre acharnement non plus celui du travail et ou de l’emploi (jamais celui des travailleurs) mais une sorte de conciergerie du château MEDEF.

Des femmes et des hommes célèbres, souvent venant d’un autre bord que celui qui signe cette lettre ont laissé dans l’histoire leur nom à de grandes lois et textes qui bordent les repères républicains : Jules Ferry, Schœlcher, Simone Weil, A Thomas, Edgar Faure, Jean Zay, Léo Lagrange, Ambroise Croizat, Maurice Thorez, François Billoux.

D’autres ont laissé des traces honnies : Marcelin, Poniatowski, et combien d’autres. Votre formation d’origine a les siens dans ce vase des ignominies liberticides, Sérol n’étant pas le dernier.

D’autres célébrités ont un objet ou une attitude qui assure leur postérité historique : le préfet Poubelle, le sinistre Boycott, Godillot chausseur à uniforme, Olibrius le cruel, le prédicateur jésuite Bourdaloue pour ne pas allonger avec Tartuffe et Ubu. Quand on usera de votre patronyme pour qualifier un moment politique c’est dans l’urne contenant les reliques de ces termes que vous naviguerez.

Vous comprendrez bien que si la courtoisie de ce message reste dans le cadre de la civilité, elle ne lui interdit pas de ne pas vous saluer.

Canaille le Rouge,

(militant parisien qui ne lâchera rien de ce qui permettra de vous faire battre en toute circonstance).

»» http://canaille-le-rouge.over-blog.com/
URL de cet article 30758
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

URGENT : Il reste quelques places à prendre pour faire partir un deuxième bus.
Si vous ne pouvez pas participer, vous pouvez aider à financer une place pour quelqu’un. VOIR ICI https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jglqu3rm

Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. »

Frankie Boyle, humoriste écossais


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.