RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Niger : un putsch d’AREVA ?

Source (humour footballisque et illustrations comprises) ici

"France et AREVA au Niger : état des lieux"

Assis sur un trésor, l’uranium, qui en cinq ans a vu plus que décupler sa valeur marchande, le Niger tente par tous les moyens de rééquilibrer ses rapports avec le géant français Areva.

Mais ce bras de fer politico-économique ne va pas sans mal et sans frictions avec la France, l’ancienne puissance coloniale.

Car à la différence d’autres pays africains où la France est économiquement présente via des entreprises, le Niger, troisième producteur mondial, représente un enjeu hautement stratégique : un tiers de l’électricité d’origine nucléaire (environ 75% de la production totale) produite par EDF (Electricité de France) dépend de l’uranium nigérien !

Pour Paris il faut sécuriser cet approvisionnement essentiel tout en préservant ses relations avec son ancienne colonie à laquelle elle fournit une assistance budgétaire d’environ 8 millions d’euros par an.

Pour Areva, numéro un mondial du nucléaire civil, il s’agit de pérenniser cette importante source de minerai qui constitue un argument de poids pour vendre ses réacteurs EPR en garantissant le combustible nécessaire. D’où aussi la volonté de diversifier ses approvisionnements, notamment avec le rachat récent de canadien Uramin (présent en Afrique du sud, Namibie et République Centrafricaine)

Et pour le Niger, avant-dernier pays le plus pauvre au monde, l’objectif est d’augmenter logiquement sa part de ce gateau qui grossit, notamment en diversifiant ses partenaires, en particulier des compagnies chinoises agressives déjà sur le terrain. Créée en juin, la Somina prévoit ainsi 700 tonnes d’uranium à partir de 2009.

"Nous n’avons rien contre la concurrence. Il y a de la place pour tout le monde", assure à l’AFP un responsable local d’Areva, premier employeur privé du pays.

Elément déclencheur probable de la crise : l’explosion soudaine des cours mondiaux qui sont passés de 7 dollars la livre en 2002 à 85-90 dollars en juin dernier, avec un pic à 137 dollars sur le marché spéculatif "spot" (entre 5 et 10% des transactions mondiales). De quoi aiguiser les appétits.

Malgré ou à cause de 40 ans de présence, Areva s’est ainsi trouvé ces derniers mois prise dans une zone de turbulences qui a culminé avec l’expulsion en juillet de son directeur local Dominique Pin. Du jamais vu dans les relations bilatérales, au point que quelques manifestations anti-françaises ont même été autorisées à Niamey.

Le ton a monté au point que Paris a dû envoyer en urgence début août à Niamey son secrétaire d’Etat à la coopération Jean-Marie Bockel, pour tenter de recoller les morceaux.

Deux jours plus tôt, Areva et le Niger signaient discrètement en France de nouveaux accords pour 2007, prévoyant un relèvement sensible du prix de l’uranium : 40.000 FCFA (60,98 euros) le kilo contre 27.300 jusque là .

"Niger et Chine : les objectifs"

Le Niger a accordé jeudi un nouveau permis de prospection et d’exploitation d’uranium à une société chinoise dans la région d’Agadez (nord), théâtre du conflit touareg, a appris l’AFP vendredi de source gouvernementale.

Situé à Azelik (nord), ce nouveau site uranifère a été accordé à la Société des mines d’Azelik (Somina), créée le 5 juin 2007 par le Niger et des partenaires chinois, selon un communiqué du conseil des ministres.

Le permis d’Azelik comprend deux études, la première sur les impacts de l’exploitation de l’uranium sur l’environnement, la seconde sur la faisabilité et la rentabilité du gisement, indique le communiqué.

Aucun détail n’a été cependant été fourni sur le montant de la transaction non plus que sur les réserves estimées du site d’Azelik.

L’octroi de ce permis intervient quatre jours après la pose à Niamey de la première pierre d’un second pont qui va être construit par la Chine sur le fleuve Niger pour un montant de plus de 27,3 millions d’euros.

Pékin vient également de faire un don de 3 millions d’euros au Niger pour la construction de deux écoles et la rénovation du stade de la capitale.

Depuis 2006, la Chine a renforcé ses liens économiques avec le Niger, où elle prospecte de l’uranium à Teguidan Tessoumt, dans le nord du pays en proie depuis février à l’insécurité en raison d’une résurgence d’une rébellion touareg.

Officiellement, Niamey attribue cette insécurité à des "bandits" et des trafiquants de drogue.

La prospection a été suspendue depuis l’enlèvement le 6 juillet par des rebelles touareg d’un employé chinois de la China Nuclear Engineering and Construction Corporation (CNEC), propriétaire du site de Teguidan Tessoumt.

Teguidan Tessoumt est un des deux premier permis de recherches accordés à la Chine et la production doit y débuter en 2010.

Niamey a déjà délivré 29 permis de recherches et d’exploitation d’uranium à des compagnies chinoises, anglo-sud africaine, anglo-américaine, australo-maltaise, canadienne et russe.

Tous ces permis sont localisés dans le nord désertique, où le groupe français Areva, numéro un mondial du nucléaire civil, exploite depuis 40 ans deux gisements d’uranium.

"L’expulsion de Dominique Pin"

Dominique Pin, le directeur local d’AREVA au Niger a été expulsé du Niger le 26 juillet dernier, se voyant reprocher des liens avec le Mouvement des Nigériens pour la Justice. La MNJ est un groupe de Touaregs qui habitent dans le nord du Niger. Cette zone sous souveraineté du Niger depuis l’indépendance est convoitée par la Libye pour ses richesses souterraines notamment en Uranium.

Depuis 40 ans, AREVA exploite les mines d’Uranium et a su développer une stratégie d’arrosage systématique des lieux de pouvoirs afin de garder le monopole et fixer ses conditions dans ses exploitations minières (tarifs, quantités, emplois). Il est important de savoir qu’AREVA représente après le gouvernement le premier employeur du Niger. Sa puissance économique et politique est donc en proportion de cette importance. Au travers de cette entreprise c’est bien sur la France en tant qu’actionnaire principal qui définit la politique d’AREVA au Niger.

Que s’est il donc passé pour que le Niger expulse le directeur de cette entreprise si puissante et si étroitement liée au gouvernement français ?

Depuis quelques années, la Chine cherche à s’approvisionner en minerai africains pour financer son économie et sa forte croissance. La Chine a donc ciblé un certains nombre de pays africains afin de garantir son approvisionnement. Cependant, ce qui différencie principalement les Chinois des Français réside dans la façon de s’implanter dans le pays. En effet, la France depuis la fin de la colonisation installe ses entreprises et arrose l’ensemble des acteurs politiques et traditionnels. Ce financement peut se faire soit directement, soit au travers de constructions publiques ou privées. Les entreprises françaises emploient de la main-d’oeuvre locale exceptée pour les postes de direction qui sont toujours détenues par des français expatriés. Les Chinois ont eux une approche différente. Ils financent bien sur leur installation mais en traitant principalement avec le pouvoir central. Dans le cas du Niger, l’installation a également était accompagnée par des livraisons d’armes au gouvernement nigérien. La main-d’oeuvre est constituée presque exclusivement d’expatriés et cela à tous les échelons.

Dans le nord du Niger, le gouvernement Français et son intermédiaire AREVA ne voient pas d’un très bon oeil l’arrivée des chinois dans une situation de monopole qui dure depuis 40 ans. Certains Touaregs ont le même point de vue car les Chinois ne leur versent pas les mêmes "dividendes" que les Français. A cela, s’ajoute des problèmes internes au Niger relatifs à la répartition des pouvoirs entre les différents groupes de population et leur prise en compte dans l’espace public national.

Le MNJ a donc pris les armes pour réclamer une meilleure intégration des Touareg dans l’armée, les corps paramilitaires et le secteur minier local. Le MNJ dénonce les sociétés chinoises comme aidant militairement, par des livraisons d’armes, l’armée. Étrangement, rien n’est dit sur l’action de la France depuis 40 ans par ce mouvement.

"Le putsch militaire"

Le président Tandja a été renversé par un coup d’Etat ce jeudi 18 février. Le chef de l’Etat a été emmené par des soldats insurgés dans une caserne située à l’extérieur de la capitale Niamey. Les ministres du gouvernement seraient, pour leur part, retenus non loin du palais présidentiel.

Les dirigeants du putsch ont annoncé dans la soirée qu’ils suspendaient la Constitution. L’annonce a été lue à la télévision publique nationale par le colonel Abdoulakarim Goukoye qui se présente comme le porte-parole des insurgés.

Le porte-parole des putschistes a annoncé la constitution d’un Conseil supérieur pour la restauration de la démocratie, le CSRD.

Les noms commencent donc à se confirmer. Il y a trois militaires, trois colonels, le colonel Pelé, de son vrai nom Djibrilla Hima Hamidou, commandant de la zone militaire de Niamey, le colonel Harouna Adamou, commandant de la compagnie d’appui, c’est-à -dire des blindés. Et enfin le colonel Goukoye Abdul Karim, chef du renseignement militaire, jusque-là porte-parole de l’armée c’est lui le porte-parole du Conseil supérieur pour la restauration de la démocratie.

Le régime de Tandja avait, semble-t-il, fait monter les enchères avec le nouveau prétendant chinois…

L’article original

URL de cet article 10158
  

Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.