Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Nouvelles attaques brutales de Macron contre les services et la fonction publique

Depuis son élection en mai 2017, Macron ne cesse de démanteler l’ensemble des services publics. Il s’agit de « la destruction d’une civilisation, associée à l’existence du service public, celle de l’égalité républicaine des droits, droits à l’éducation, à la santé, à la culture, à la recherche, à l’art, et, par-dessus tout, au travail » comme le disait Pierre Bourdieu (1). Macron et son gouvernement sont déterminés à casser le service public français (Éducation Nationale, Santé, Transport, la Poste etc.) fruit de hautes luttes menées par des générations successives depuis des siècles. Car cette notion basée sur l’intérêt général a une longue histoire. Déjà elle existait sous l’Ancien Régime sous le nom de « bien commun ». La Révolution parlait de « l’utilité commune » comme le proclamait l’article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune » (2). Mais le poids de l’histoire ne pèse pas lourd face à l’avidité de la bourgeoisie d’aujourd’hui dont Macron n’est qu’un simple serviteur.

Pour Macron, l’intérêt général doit s’effacer pour laisser place à l’intérêt privé, c’est-à-dire celui des riches. Le service public comme son nom l’indique est au service du public notamment des plus démunis. Les principes d’égalité, de continuité, d’adaptabilité etc. qui caractérisent le service public sont en contradiction flagrante avec l’intérêt privé qui ne vise, en dernière analyse, que l’enrichissement d’une partie minoritaire de la population.

Cet acharnement à vouloir démanteler le service public s’inscrit dans un cadre plus large, celui de l’Union européenne. Celle-ci ne parle plus du service public, mais du Service d’Intérêt Économique Général (SIEG) ou tout simplement du Service d’Intérêt Général (SIG) dont les principes sont essentiellement économiques et financiers : concurrence libre et non faussée, déficit public etc. Dans la conception communautaire l’intérêt général se réduit à la somme des intérêts individuels et le citoyen est réduit au simple consommateur (3).

S’appuyant sur l’appareil étatique et médiatique, Macron procède à un démembrement en règle de la fonction publique. Il y a « trop de fonctionnaires » (comme il y a trop d’immigrés), ce sont des « nantis » avec leurs privilèges, leurs vacances, leurs sécurité d’emplois... répètent inlassablement les médias aux ordres. Il faut donc supprimer le plus de postes possibles de fonctionnaires qui coûtent cher à l’État pour les remplacer par des contractuels (droit privé) c’est-à-dire par des agents précaires avec des salaires de misère. C’est exactement ce que prévoit la nouvelle « réforme » de l’État. Édouard Philippe, le premier ministre, compte ainsi supprimer 50 000 postes dans la fonction publique d’État d’ici 2022. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics parle quant à lui d’une « généralisation du recours aux contractuels dans la future réforme » (4). Le Gouvernement prévoit même pour les fonctionnaires qui perdent leur poste d’être licenciés et seront pris en charge par l’assurance-chômage comme les salariés du privé ! Il annonce également un plan de départs volontaires massifs pour les fonctionnaires, des rémunérations dites « au mérite », des « indicateurs de résultat et de qualité » etc. Le plan de départ devrait être accompagné de « reconversions », ou de départs « vers le secteur privé ».

Après la destruction du statut des cheminots, Macron s’attaque à celui de tous les fonctionnaires. Rappelons que ce statut comporte un certain nombre de garanties en matière d’emploi, de rémunération, de droit syndical, de sécurité sociale, de liberté d’opinion, de formation permanente...

C’est justement cet immense progrès social (5) que la bourgeoisie ne peut supporter. Il faut donc éliminer ces garanties et les remplacer par la précarité, exposant ainsi le salarié aux aléas du marché du travail et à l’insécurité sociale permanente. Quelle régression !

Cette terrible régression sociale, qui sera bientôt suivie par la casse du système des retraites, est présentée par la classe dominante, à travers ses médias notamment, comme une avancée, comme un progrès ! C’est normal dans une société fondée sur la lutte des classes. La mission de Macron et de son gouvernement est de servir encore et toujours les puissants. Pour les plus démunis, pour les travailleurs, ils n’ont absolument rien à offrir à part les mensonges, les promesses, les illusions et la répression en cas de résistance et de révolte. Il est grand temps que les travailleurs et les progressistes de ce pays redressent la tête, démasquent et dénoncent partout où ils le peuvent les mensonges et la propagande de la classe dominante. Ils doivent se dresser, unis et déterminés, contre leurs ennemis de classes, la bourgeoisie et ses serviteurs zélés Macron et son gouvernement.

Mohamed Belaali

(1) Pierre Bourdieu « Contre-feux », Liber, Raisons d’agir p 30.

(2) https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/declaration-des-droits-de-l-homme-et-du-citoyen-de-1789

(3) voir sur ce point https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01615956/document

(4) https://www.capital.fr/economie-politique/philippe-presente-lundi-la-suite-de-la-reforme-transversale-de-letat-1313255

(5) voir l’article d’Anicet Le Pors, ancien ministre de la fonction publique et des réformes administratives, conseiller d’État honoraire https://www.monde-diplomatique.fr/2018/04/LE_PORS/58573

»» http://www.belaali.com/2018/10/nouvelles-attaques-brutales-de-macron-c...
URL de cet article 34040
   
Putain d’usine, de Jean Pierre Levaray.
« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons - et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.