RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Guerre au Yémen : l’insoutenable défense française

L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, dont tous les détails révélés ont étayé la thèse qu’il a été commandité par le plus haut sommet de l’Etat saoudien, a fait rappel que celui-ci est également impliqué dans un crime, celui de la guerre génocidaire qu’il dirige au Yémen et sur lequel les pays occidentaux qui le soutiennent font un silence insoutenable. C’est l’évidence même du fait que l’indignation universelle suscitée par le meurtre du journaliste n’occulte plus la responsabilité de la monarchie wahhabite dans cette guerre au Yémen dont l’ONU a dit qu’elle est à l’origine d’une crise humanitaire comme on n’en a jamais vu » et que ceux qui la manifestent réclament qu’elle soit sanctionnée pour cette double raison.

Leur revendication met à mal ces pays car visant à les faire se départir de l’intéressé mais coupable soutien qu’ils persistent à accorder à Ryad qui, pour certains, se traduit en fourniture à cette monarchie de l’armement qu’elle emploie pour détruire le Yémen et briser la résistance de son peuple. La France est parmi ces pays celle où les appels à l’arrêt de l’exportation d’armement à la sanguinaire monarchie se sont le plus fortement élevés au point d’obliger ses autorités à se livrer à d’étonnantes contorsions dans l’explication de leur attitude de la dévoyée monarchie saoudienne. La dernière en date est celle opérée par la ministre des Armées Florence Parly pour tenter de dédouaner son pays de l’accusation d’être indirectement complice de Ryad dans la sale guerre que les Saoudiens font au Yémen à la tête d’une coalition dont les exploits militaires ne sont qu’une suite d’abominables massacres dont la majorité des victimes sont les civils yéménites.

La ministre française, tout en admettant qu’il est plus que temps que cette guerre cesse car il est devenu évident qu’elle est sans issue, s’est essayée à minimiser la responsabilité française dans le fait que si l’Arabie saoudite l’a déclenchée c’est parce qu’elle savait compter sur le soutien, entre autres, de Paris. Tout en écartant sans le dire la revendication de l’arrêt par la France de ses exportations d’armes vers ce pays, Florence Parly a prétendu sans sourciller que Paris n’est qu’un « modeste fournisseur » en la matière et qu’il « n’y aurait pas eu d’armes récemment vendues par la France à l’Arabie saoudite » qui auraient pu être utilisées dans la guerre qu’elle mène au Yémen.

Avant elle, le président Macron s’en est pris à ceux qui demandent à la France de cesser la fourniture d’armes à l’infréquentable monarchie moyenâgeuse et sanguinaire en les accusant de « démagogie » et d’ignorance des intérêts économiques, géopolitiques et stratégiques qui fondent les relations franco-saoudiennes. Les réactions de ces deux personnalités françaises sont en tout cas symptomatiques de l’embarras dans lequel leur pays est mis par les réprouvables agissements d’une monarchie pour laquelle les puissances occidentales ont les « yeux de Chimène » alors que le monde entier réclame sa mise au ban de la communauté internationale pour les odieux crimes contre l’humanité et les droits de l’homme dont elle se croit impunissable.

URL de cet article 34029
   

Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé.

Fidel Castro

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.