RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela - Tchad : le double jeu français à l’œuvre

Les frappes de l’aviation française dans l’est du Tchad qui ont ciblé une colonne de pick-up lourdement armés et se dirigeant vers la capitale N’Djamena en provenance de la frontière libyenne ont dévoilé que la présence militaire de la France au Sahel et en Afrique subsaharienne n’a pas pour seule raison la lutte contre les groupes djihado-terroristes qui y sont implantés.

Les Mirage français qui ont opéré ces frappes sont intervenus à la demande du président tchadien Idriss Deby et contre un groupe armé appartenant à l’Union des forces de la résistance (UFR) qui combat son régime et n’a pas d’accointance prouvée avec les mouvances djihado-terroristes. Leur opération dénote que les forces militaires françaises déployées dans la région dans le cadre du dispositif ayant dénomination « Barkhane » ont également pour mission de voler au secours des pouvoirs en place venant à être bousculés par leurs oppositions internes.

Ce qui est le cas au Tchad où l’armée fidèle au président Idriss Deby n’est pas parvenue à stopper la colonne de l’UFR et serait probablement parvenue à N’Djamena sans l’intervention des Mirage français.

Il est difficile de croire que Paris a ordonné les frappes en méconnaissance que la colonne visée n’était pas celle d’un groupe djihado-terroriste mais appartenant à la rébellion tchadienne. Ce qui donne crédit à l’accusation d’ingérence de la part de la France dans les affaires intérieures du Tchad que Paris est en mal de faire tomber et constitue confirmation que la politique africaine de la France menée sous la conduite d’Emmanuel Macron n’a subi aucune rupture doctrinale ou dans les pratiques avec celle de la Françafrique dont il a juré, promis la fin. Alors qu’il se démène et s’agite pour pousser la communauté internationale à provoquer le renversement de la prétendue dictature vénézuélienne incarnée par le président Nicolas Maduro, le président français a volé au secours d’Idriss Deby et de son régime dont la nature antidémocratique et liberticide est plus flagrante que celle du premier cité. Il y a que Deby est l’homme à tout faire de la France dans l’Afrique subsaharienne qui en retour ferme les yeux sur le pouvoir dictatorial qu’il exerce sur le peuple tchadien. Macron et son gouvernement s’indignent d’être accusés d’avoir une politique à géométrie variable sur la question des droits de l’homme et la défense des peuples en butte à des régimes dictatoriaux. En prenant position de façons contradictoires dans les cas du Venezuela et du Tchad, ils ont par eux-mêmes conforté l’accusation.

S’en prendre à Maduro tout en protégeant Idriss Deby ou en s’aplatissant devant les émirs des moyenâgeuse pétromonarchies arabes ne confère pas à Macron et la France qui s’y adonnent d’être des référents moraux dont les positions ont valeur d’exemplarité. La France, berceau des droits de l’homme et du citoyen et phare éclairant pour les aspirants à la démocratie, n’est plus qu’une image d’Epinal dont des intellectuels hexagonaux pervers dans leurs intentions tentent d’en convaincre de la permanence du message.

Kharroubi Habib

URL de cet article 34539
  

Résistant en Palestine - Une histoire vraie de Gaza.
Ramzy BAROUD
Comprenez, de l’intérieur de Gaza, comment le peuple palestinien a vécu la signature des Accords d’Oslo : les espoirs suscités et immédiatement déçus, la désillusion et la colère suscitée par l’occupation et la colonisation israéliennes qui continuent... La seconde Intifada, et la montée politique du Hamas... Né à Gaza en 1972, Ramzy BAROUD est un journaliste et écrivain américano-palestinien de renommée internationale. Rédacteur en chef de The Brunei Times (version papier et en ligne) et du site Internet (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout pas fait en avant, toute progression réelle importe plus qu’une douzaine de programmes » - Karl Marx dans Critique du programme de Gotha (1875)

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.