RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les Talibans sont en train de faire plier les États-Unis

Des négociations sont en cours au Qatar entre les Etats-Unis et les Talibans afghans en vue de mettre fin à 17 années de guerre en Afghanistan. Le repésentant spécial des Etats-Unis pour la reconciliation en Afghanistan Zalmay Khalizad qui mène la négociation pour le compte de Washington, s’est déclaré satisfait des « progrès » enregistrés qui ont trait à des enjeux cruciaux. L’enjeu crucial qui a poussé Donald Trump a ouvrir des négociations de paix avec les Talibans est à coup sûr celui d’obtenir de ces derniers des arrangements qui masqueront que les Etats-Unis ont subi une défaite militaire en Afghanistan et que leur retrait de ce pays qui a fait partie de ses promesses électorales et qu’il a moralement acté en accédant à la Maison Blanche n’ait pas lieu dans des conditions humiliantes pour l’Amérique. Si les Talibans donnent leur accord aux arrangements que les Étasuniens veulent leur arracher, l’on reviendrait inéluctablement à la case départ en Afghanistan, ce qui veut dire qu’ils reprendront ce pouvoir à Kaboul dont ils en ont été chassés par l’intervention militaire étasunienne décrétée par Georges W. Bush en représailles des attentats du 11 septembre 2001 au motif d’en finir avec un régime en accointance avec le réseau terroriste Al Qaïda qui a organisé les attentats.

La perspective du retour au pouvoir à Kaboul des Talibans ne semble pas poser problème à Donald Trump et à son administration qui paraissent miser sur le pari de les convaincre de renoncer à faire de l’Afghanistan le refuge du terrorisme international et à s’intégrer dans une démarche de reconciliation avec les autres parties prenantes afghanes de l’interminable conflit que vit leur pays. Pour ramener les soldats érasuniens de l’Afghanistan ainsi qu’il l’a promis à l’Amérique, Donald Trump n’a qu’une seule solution, celle d’un accord bancal avec les Talibans qui sont prêts à lui concéder toutes les assurances que ses négociateurs ont mises sur la table au Qatar mais qu’ils sont déterminés à enterrer aussitôt que s’opérera le retrait militaire des EU.

Ce n’est pas le régime en place à Kaboul qui sera en mesure de les empêcher de revenir au pouvoir. En 17 années d’occupation étasunienne de l’Afghanistan, aucun des objectifs que les Etats-Unis ont promis de viser n’a été atteint : ni le développement de ce pays ni l’instauration d’un régime démocratique et encore moins la fin de la corruption qui a transformé le pays en une pompe à argent dont la population afghane subit les pires conséquences.

Elle a au contraire accentué tous les maux dont souffrait l’Afghanistan, permettant en cela aux Talibans qu’ils ont chassés du pouvoir de conserver des complicités dans le pays puis d’être en mesure d’opérer un retour en force militaire qui contraint Washington à négocier avec eux. A leur façon, les Talibans administrent la preuve que la superpuissance étasunienne est bel et bien en déclin.

URL de cet article 34497
   

La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.