RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Intervention française au Tchad : l’ineptie de Jean-Yves Le Drian

L’intervention militaire française au Tchad, qui a permis de stopper l’avance en direction de N’djamena la capitale d’une colonne motorisée de rebelles tchadiens se réclamant de l’Union des forces de la résistance (UFR) qui combat le régime d’Idriss Deby, a suscité des critiques tant en France qu’internationalement. L’attitude des autorités françaises a, un temps, consisté à les ignorer et à accuser ceux qui les ont formulées de se tromper sur les raisons qu’elles ont eues d’accorder le soutien militaire à l’armée tchadienne.

Mardi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian qui, lui-même, ne s’était pas exprimé jusque-là sur la question, a tout de même dû le faire à l’Assemblée nationale en réponse à la question orale d’un député. En guise d’explication de l’action militaire française controversée au Tchad, Le Drian a déclaré que la France est intervenue pour « empêcher un coup d’Etat » et l’a fait à la demande écrite du président Idriss Deby. Ce qui, selon lui, est tout à fait conforme au droit international.

Venant d’une personnalité qui a été, en tant que ministre de la Défense puis des Affaires étrangères, le pourfendeur de l’intervention russe en Syrie sollicitée par son gouvernement légal et qui a pris fait et cause pour le putschiste vénézuélien contre le gouvernement lui aussi légal de Nicolas Maduro, l’explication vaut son pesant d’or, car elle est révélatrice d’une diplomatie française à géométrie variable sur les questions de l’ingérence et de respect du droit international.

Un « coup d’Etat » est, certes, condamnable, mais doit l’être partout et non de manière sélective comme s’y emploie la France sur laquelle pèse le soupçon d’en avoir fomentés de manière récurrente en Afrique. N’en déplaise à Le Drian, la France a volé au secours d’Idriss Deby, car il a un pouvoir au Tchad dont le maintien est indispensable à la sauvegarde de ses intérêts géopolitiques au Sahel et en Afrique subsaharienne. Pour aussi dictatorial et anti-populaire que soit le régime d’Idriss Deby, la France a opté pour le défendre, quitte à démontrer ouvertement que l’opération « Barkane », censément destinée à combattre les groupes armés terroristes implantés en région subsaharienne et au Sahel, n’est en fait spécialement déployée que pour préserver son pré carré africain et les pouvoirs en place pour qui la tutelle est une « assurance vie ».

Il faut une sacrée dose de naïveté pour croire que la France qui agit de la sorte en Afrique a une position sur les affaires de Syrie et du Venezuela qui lui serait dictée par ce qu’elle prétend être sa vocation, qui serait de défendre le droit et la liberté en tant que patrie les ayant inculqués au reste du monde.

Kharroubi Habib

URL de cet article 34575
   

Même Thème
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.