Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Intervention française au Tchad : l’ineptie de Jean-Yves Le Drian

L’intervention militaire française au Tchad, qui a permis de stopper l’avance en direction de N’djamena la capitale d’une colonne motorisée de rebelles tchadiens se réclamant de l’Union des forces de la résistance (UFR) qui combat le régime d’Idriss Deby, a suscité des critiques tant en France qu’internationalement. L’attitude des autorités françaises a, un temps, consisté à les ignorer et à accuser ceux qui les ont formulées de se tromper sur les raisons qu’elles ont eues d’accorder le soutien militaire à l’armée tchadienne.

Mardi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian qui, lui-même, ne s’était pas exprimé jusque-là sur la question, a tout de même dû le faire à l’Assemblée nationale en réponse à la question orale d’un député. En guise d’explication de l’action militaire française controversée au Tchad, Le Drian a déclaré que la France est intervenue pour « empêcher un coup d’Etat » et l’a fait à la demande écrite du président Idriss Deby. Ce qui, selon lui, est tout à fait conforme au droit international.

Venant d’une personnalité qui a été, en tant que ministre de la Défense puis des Affaires étrangères, le pourfendeur de l’intervention russe en Syrie sollicitée par son gouvernement légal et qui a pris fait et cause pour le putschiste vénézuélien contre le gouvernement lui aussi légal de Nicolas Maduro, l’explication vaut son pesant d’or, car elle est révélatrice d’une diplomatie française à géométrie variable sur les questions de l’ingérence et de respect du droit international.

Un « coup d’Etat » est, certes, condamnable, mais doit l’être partout et non de manière sélective comme s’y emploie la France sur laquelle pèse le soupçon d’en avoir fomentés de manière récurrente en Afrique. N’en déplaise à Le Drian, la France a volé au secours d’Idriss Deby, car il a un pouvoir au Tchad dont le maintien est indispensable à la sauvegarde de ses intérêts géopolitiques au Sahel et en Afrique subsaharienne. Pour aussi dictatorial et anti-populaire que soit le régime d’Idriss Deby, la France a opté pour le défendre, quitte à démontrer ouvertement que l’opération « Barkane », censément destinée à combattre les groupes armés terroristes implantés en région subsaharienne et au Sahel, n’est en fait spécialement déployée que pour préserver son pré carré africain et les pouvoirs en place pour qui la tutelle est une « assurance vie ».

Il faut une sacrée dose de naïveté pour croire que la France qui agit de la sorte en Afrique a une position sur les affaires de Syrie et du Venezuela qui lui serait dictée par ce qu’elle prétend être sa vocation, qui serait de défendre le droit et la liberté en tant que patrie les ayant inculqués au reste du monde.

Kharroubi Habib

URL de cet article 34575
   
Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.