RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Europe sommée de faire allégeance à Trump

Comme il l’a fait dans son intervention devant la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient, le vice-président des EU Mike Pence, qui a pris part à celle de Munich sur la sécurité internationale, s’en est vertement pris aux alliés européens des Etats-Unis. Il leur a en effet rappelé à l’ordre et les a tancés sur leurs positions qui ne sont pas au goût de Washington s’agissant de la manière dont l’amies EUérique conçoit la gouvernance mondiale. Mike Pence leur a d’emblée signifié que les Etats-Unis étant le leader du « monde libre », il leur importe de soutenir sans « hésitation ni murmure » la politique internationale de son pays.

Après avoir affirmé de la sorte la suzeraineté des Etats-Unis sur ce monde prétendument « libre », il a intimé aux partenaires européens l’injonction de reconnaître Juan Guaido comme président du Venezuela, à rejeter l’accord sur le nucléaire iranien et à s’opposer au projet de gazoduc Nord-Stream 2. C’est peu dire que l’arrogance avec laquelle le vice-président s’est adressé à eux a mis mal à l’aise les participants européens à la conférence, particulièrement la chancelière allemande Angela Merkel à laquelle il a succédé à la tribune où elle venait de prononcer un discours dans lequel elle a plaidé la cause d’une Europe unie capable d’imposer sa voix dans le concert international et d’une manière indépendante.

Ce que la chancelière allemande a dit sur les dossiers qui ont donné matière à Pence de tancer l’Europe a probablement poussé ce dernier à ne pas s’embarrasser de fioritures diplomatiques dans sa réplique. Merkel, dont le mandat approche de sa fin, n’a pas non plus essayé de minimiser et encore moins de taire les divergences qui parasitent les relations entre les EU et l’Europe, notamment entre Washington et Berlin. La chancelière a tour à tour reproché à l’allié d’outre-Atlantique l’unilatéralisme qui caractérise sa politique étrangère qui met à mal l’architecture de l’ordre mondial, la guerre commerciale qu’il mène contre l’Europe, son retrait de l’accord sur le nucléaire iranien, ainsi que son hostilité surdouée à l’approvisionnement de l’Europe en gaz russe et sa sortie du traité INF sur les missiles de moyenne portée.

Si dans l’esprit de Trump et de son vice-président Mike Pence la conférence de Varsovie et puis celle de Munich devaient sceller l’alignement sans réserve de l’Europe derrière les Etats-Unis, elles ont en réalité donné lieu à des frictions entre les deux parties qui sont révélatrices de la dégradation de leurs relations qui risque d’aller en s’amplifiant tant que Donald Trump restera à la Maison Blanche. L’homme n’a en effet qu’une piètre estime pour les alliés européens des EU qu’il accuse de contribuer par égoïsme à l’érosion de son leadership politique, économique et militaire et qu’il entend remettre à leur place en les soumettant à celui-ci. Une voix a été absente à Munich, celle de Macron, défenseur patenté d’une UE unie et agissant en tant que superpuissance respectée. Le président français a, il est vrai, d’autres chats à fouetter avec le mouvement des Gilets jaunes qui est en train de pourrir son mandat et son auréole.

URL de cet article 34613
   

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.