Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cuba : la communauté internationale (la vraie) se prononce (une fois de plus) contre le blocus...

"Le blocus économique contre Cuba, que les Etats-Unis ont imposé depuis trois décennies, est un crime contre l’humanité. On ne peut interdire nourriture et médicaments à un pays pour des motifs idéologiques, ethniques ou religieux." - Gonzalo Garcia Bustillos, Ambassadeur du Vénézuela à Cuba, Juin 1992

Les séances à l’Assemblée Générale des Nations-Unies se suivent et se ressemblent : le 1er Novembre 2018, et pour la 27ème année consécutive, le blocus imposé à Cuba par les Etats-Unis depuis près de 60 ans a été condamné par 188 (*) pays (qui ont rejeté par la même occasion les 9 amendements présentés par les Etats-Unis). Il ne s’est trouvé que 2 états membres à voter pour son maintien : les Etats-Unis, bien sûr, et Israël, évidemment.

Et on s’étonnera au passage que 190 pays se prononcent sur un blocus qui n’existe pas, à en croire certains médias, ou qui a été levé, à en croire d’autres.

Que l’auto-proclamé Gendarme du Monde se retrouve en si maigre compagnie a de quoi faire réfléchir. Que celui-ci se retrouve, une fois de plus, pris la main dans le sac dans une tentative de crime humanitaire a de quoi faire réagir. Déjà renforcé en 1992 par la loi Torricelli, le blocus atteint une nouvelle dimension par l’adoption de la loi Helms-Burton en mars 1996 (quelques mois seulement après le 5ème vote des Nations-Unies).

Les justifications avancées par les Etats-Unis pour imposer le blocus à Cuba ont varié selon les époques et se sont adaptées à une situation donnée comme à son contraire. Il serait donc hasardeux, et surtout vain, d’en avancer une seule au risque de se voir démenti peu après par une autre...

Ce qui est certain, c’est qu’au delà des nombreuses idées reçues sur la question cubaine, le cas de Cuba est dérangeant : un pays du Tiers-Monde qui se hisse, en une seule génération, à un niveau de santé et d’éducation comparable au pays les plus riches, cela ne fait pas partie des schémas habituels. S’agissant d’un pays se proclamant du Socialisme, cela devient inconcevable.

Pour Cuba, comme d’ailleurs pour le Nicaragua, le Chili ou le Venezuela, l’administration américaine n’a jamais caché que, pour elle, « l’exemple d’un gouvernement marxiste en Amérique Latine est inacceptable ». Alors, bien sûr, le blocus (et autres "sanctions économiques") devient une évidente nécessité. Alors, bien sûr, ceux-là mêmes qui défendent les « lois du marché » et la libre circulation des biens et des idées interdisent la vente de médicaments à Cuba.

D’un côté, on inonde en coopérants et « soutien économique » des régimes qui ne peuvent même plus cacher la situation catastrophique dans laquelle ils ont plongé leurs pays, de l’autre on impose un blocus à un pays qui a donné le taux de mortalité infantile et d’analphabétisme le plus bas du continent et l’espérance de vie la plus élevée.

A l’heure où l’action humanitaire devient un fonds de commerce politicien, est-il concevable d’accepter une tentative de ruiner méthodiquement un pays ayant déjà vaincu les fléaux de maladie, de faim, d’analphabétisme ? Le tout justifié par des arguments qui ne sont jamais avancés quand il s’agit de pays « amis ».

Le blocus a été imposé par les Etats-Unis au nom de « la Démocratie et du Monde Libre ». Mais en quoi le fait d’arracher un cahier des mains d’un enfant cubain rend-il le monde plus démocratique ? Le monde est-il plus libre lorsque des médecins cubains doivent jongler avec les pénuries ? Et quelle exemple de liberté et de démocratie peut-on offrir dans ces conditions quand on entend dans la bouche d’un médecin cubain « même à nos pires ennemis, nous n’aurions jamais fait ça ».

Et, enfin, qui nous convaincra que le peuple cubain mérite de souffrir ainsi sur l’autel des intérêts nord-américains ?

Viktor Dedaj
1999. Revu et corrigé en 2018 (on ne se refait pas...)

(*) à l’heure de rédiger ces lignes, le chiffre varie entre 188 et 189 selon les sources...

URL de cet article 34030
   
Même Auteur
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.