RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Arabie Saoudite

L’Impérialisme des États-Unis, le sionisme Israélien et les pétrodollars des monarchies du golfe stipendient l’ONU, les ONG et les médias

Mohamed BENALLAL

“Toute notre action est un cri de guerre contre l’impérialisme et un appel vibrant à l’unité des peuples contre le grand ennemi du genre humain : les Etats-Unis”. Ernesto Che Guevara – 1928-1967

Les arabo-sionistes abandonnent lâchement la Palestine pour en finir pour de bon avec l’axe de la résistance. Les États-Unis et Israël affichent leur victoire, ils ont réussi à mettre certains pays arabes trop riches sous leurs bottes, tout en leur soutirant le maximum de leur richesse, qu’ils n’ont pas su, et pu exploiter à bon escient au profit de leur peuple. Par ailleurs, Les ONG( Organisations non gouvernementales) viennent de nous afficher, qu’ils représentent de part leurs actions opérationnelles de véritables instruments entre les mains de l’impérialisme, et du sionisme ; elles agissent dans le cadre des structures, et institutions de la gardienne de la paix . En effet, à l époque du président de la Mauritanie Maaouya Ould Sid’Ahmed Taya , la France officielle de l’époque avait jeté en pâture des ONG pour faire pression sur la Mauritanie à propos de l’esclavagisme. La seule issue salvatrice pour les autorités de la Mauritanie pour se soustraire à ces pressions, qui pouvaient lui coûter très (...) Lire la suite »
Les tueurs et leurs maîtres assis sous les plafonds dorés de royaumes ou de républiques.

L’amour fou de la France et du djihad, sanglant boomerang.

Jacques-Marie BOURGET

C’est durant la Seconde guerre mondiale qu’une idée, aussi brune que les autres, monte à la tête des nazis : instrumentaliser les communautés des Etats « musulmans » de l’URSS afin que ces derniers, Tchétchènes, Kazakhs, Ouzbeks, tirent dans le dos des Soviétiques.

Ian Johnson, un journaliste américain récompensé par un Prix Pulitzer, a pioché dans des milliers de documents pour découvrir cette vérité scellée d’une croix gammée. Lumière d’histoire sombre qu’il a révélée dans un livre, « Une mosquée à Munich. Les nazis, la CIA et la montée des Frères musulmans en Occident », ouvrage publié chez JC Lattès. Dix années plus tard, une aussi bonne idée ne peut que séduire les Américains qui cajolent les Frères Musulmans comme des amis rares, et utiles. En juillet 1953, la photo est sur Internet, on peut voir une délégation des « Frères » au côté de Dwight Eisenhower, l’US président. Le document comporte même un bonus, la présence de Saïd, le gendre de Hassan al-Banna le fondateur de la secte musulmane. Un personnage, agent de la CIA, qui est aussi le père de Tarik Ramadan. La reprise, par Washington, de cette idée née sous le IIIe Reich, a deux objectifs, utiliser les musulmans pour abattre l’URSS et fournir des gouvernants convenables pour mettre à la tête des pays Arabes, puisque les (...) Lire la suite »
35 

Samuel Paty et l’Arabie saoudite

Philippe ARNAUD

Cette chronique portera sur une absence, sur un nom qui n’a pas été mentionné, sur un lien qui n’a pas été établi. De quoi s’agit-il ?

Il s'agit, bien entendu, de l'affreux assassinat de Samuel Paty, ce professeur d'histoire décapité par un terroriste salafiste. Tout le monde a parlé des parents d'élèves sympathisants islamistes qui ont exigé des sanctions à l'encontre de Samuel Paty (pour irrespect envers le Prophète), d'imams qui ont soufflé sur les braises, de mosquées qu'on va fermer, de "fichés S" qu'on va expulser, de réseaux qu'on va surveiller, d'associations qu'on va interdire, etc. Or, dans cette avalanche d'indignations, un nom a brillé par son absence : celui de l'Arabie saoudite. 1. L'Arabie saoudite, en effet, est le pays qui assure encore les approvisionnements en pétrole de l'Europe et d'une bonne partie du monde. C'est aussi le pays qui, depuis longtemps, a été instrumentalisé par les Occidentaux pour lutter contre les mouvements communistes en pays musulman, ou les nationalismes de ces pays, qui, parfois, recevaient l'appui de l'URSS. On pense en particulier au plus célèbre d'entre eux, Gamal Abdel Nasser, le (...) Lire la suite »

Les bombes étasuniennes au Yémen coûtent son avenir à une génération entière

Ahmed ABDULKAREEM
Il y a ceux tombés sous les bombes, certains qui n’osent plus quitter leur maison, d’autres qui sont même recrutés par l’Arabie saoudite comme mercenaires... Depuis le début de l’offensive saoudienne lancée contre le Yémen en mars 2016, un quart des deux millions d’enfants yéménites ont abandonné l’école. Ahmed AbdulKareem enquête sur l’impact que les armes américaines ont eu sur les écoliers d’un pays déchiré par la guerre. (IGA) SADAA, NORD YÉMEN — Farah Abbas al-Halimi, une élève de troisième année, n’a pas eu le sac à dos ou le manuel qu’elle espérait recevoir cette année. Au lieu de cela, elle a reçu une bombe étasunienne moderne délivrée par un F-16 avec l’aimable autorisation de l’armée de l’air saoudienne. Cette bombe est tombée sur l’école de Farah le 24 septembre ; elle a tué Farah, deux de ses sœurs et son père, qui travaillait à l’école. Cela aura indubitablement un impact sans appel sur la sécurité et le psychisme des écoliers de toute la région. Au cours de l’histoire du Yémen d’avant la guerre, à laquelle (...) Lire la suite »

Comment les Houthis du Yémen font tomber un Goliath

Pepe ESCOBAR

« Il est clair pour nous que l’Iran est responsable de cette attaque. Il n’y a pas d’autre explication plausible. Nous soutenons les enquêtes en cours pour établir plus de détails. »

La déclaration ci-dessus n’a pas été écrite par Franz Kafka. En fait, elle a été écrite par un dérivé de Kafka : la bureaucratie européenne basée à Bruxelles. Le trio Merkel-Macron-Johnson, représentant l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, semble savoir ce qu’aucune « enquête en cours » n’a mis au jour : que Téhéran était définitivement responsable des deux frappes aériennes sur les installations pétrolières saoudiennes. « Il n’y a pas d’autre explication plausible » se traduit par l’occultation du Yémen. Le Yémen n’est que le théâtre d’une violente guerre saoudienne, soutenue de facto par Washington et Londres et menée avec des armes étasuniennes et britanniques, qui a généré une horrible crise humanitaire. L’Iran est donc le coupable, aucune preuve n’est fournie, fin de l’histoire, même si « l’enquête continue ». Hassan Ali Al-Emad, érudit yéménite et fils d’un éminent chef de tribu ayant une ascendance sur dix clans, n’est pas d’accord. « D’un point de vue militaire, personne n’a jamais pris au sérieux nos (...) Lire la suite »

ONU / Le royaume saoudien cherche des complices et des faux témoins

Bachar al-Jaafari
Le 17 décembre 2018, l’Assemblée générale a adopté 53 résolutions sur recommandation de sa Troisième Commission, dont le nouveau Pacte mondial sur les réfugiés et la situation des droits de l’homme en Corée, au Soudan, en Iran, en Syrie… [*]. Le Dr Bachar al-Jaafari a dû, une fois de plus, réagir au discours de la délégation saoudienne concernant les droits de l’homme et la démocratie. Un discours qu’il avait qualifié de « blague » devant la même assemblée le 16 novembre dernier. Une blague qui n’a pas fini de mettre le monde à feu et à sang, avec la complicité de ladite communauté internationale menée par les États-Unis [NdT]. Monsieur le Président, La délégation de mon pays renouvelle son refus catégorique du projet de résolution intitulé « Situation des droits de l’Homme en République arabe syrienne », tant du point de vue du fond que de la forme. Concernant le contexte de la procédure, nous affirmons que le principal sponsor du projet -je parle de la délégation permanente de l’Arabie saoudite- est naturellement (...) Lire la suite »

Un autre journaliste aurait été tué par les autorités saoudiennes. Mais qui s’en soucie ? (South Front)

Le journaliste et écrivain saoudien Turki Bin Abdul Aziz Al-Jasser est mort après avoir été torturé en prison, a rapporté New Khaleej le 4 novembre. Le journal a cité des sources de défense des droits de l'homme, affirmant qu'Al-Jasser avait été arrêté et torturé à mort après que les autorités saoudiennes eurent affirmé qu'il administrait le compte Twitter Kashkool, qui faisait état de violations des droits commises par les autorités et la famille royale. Selon les sources, les autorités saoudiennes ont utilisé des taupes dans les bureaux de Twitter à Dubaï pour identifier le journaliste comme l'administrateur du compte. Ces taupes Twitter sont considérées comme faisant partie d'une prétendue "cyberarmée saoudienne", établie par Saoud Al-Qahtani, un ancien assistant du prince héritier Mohammed bin Salman. Dans un tweet, Al-Qahtani a déclaré que les faux noms sur Twitter ne protégeraient pas les personnes derrière les comptes des autorités saoudiennes. Authorities believe that the writer Turki bin Abdul (...) Lire la suite »

Lettre pour cesser ce commerce macabre de l’armement a l’Arabie saoudite et Israel.

Mohamed BENALLAL
C’est une hécatombe qui s’abat sur le Yémen ! Dans chaque instant de la journée au Yémen que le Bon Dieu fait ; un enfant innocent meurt à cause d’une sale guerre et d’un odieux embargo ; tout deux injustes et inhumains à la fois. Une guerre imposée par les prédateurs de ce monde, car elle enrichit les entreprises de l’ industrie de l’armement. Un silence radio, aux yeux des victimes innocentes du yemen. Tout cet arsenal de l’armement sophistiqué provient de l’occident et des Amériques que la coalition chapeauté par l’Arabie saoudite qui achète et l’utilise pour massacrer bêtement tout un peuple en toute impunité devant ce silence complice. Comment faire alors ? Quand les medias- ONG-la gardienne de la paix et les autres pays( gouvernements) qui ne veulent ni voir, ni entendre, ni écouter, ni agir devant une telle situation humanitaire dramatique que chacun de nous en tant qu’individu se sent mal dans sa peau et pense vouloir faire un geste symbolique de bonne volonté qui pourrait peut être donner (...) Lire la suite »

ONU / Le discours de l’Arabie saoudite sur les droits de l’homme en Syrie est une blague…

Bachar al-Jaafari
Ce 16 Novembre, le projet de résolution A/C.3/73/L.50 [1] portant sur la situation des droits de l’homme en Syrie a été adopté par 106 voix pour, 16 voix contre et 58 abstentions [2]. Il a été présenté devant la Troisième Commission de l’Assemblée générale de l’ONU par l’Arabie saoudite, son principal co-auteur. À notre humble avis, là, il ne s’agit plus d’une blague, mais d’une tentative évidente de blanchiment de la réputation du gouvernement saoudien, suite au scandale de l’Affaire Khachouggi, en noircissant celle du gouvernement syrien. Ce qui prouve que l’Arabie saoudite reste une pièce maîtresse dans le jeu des États ennemis de la Syrie, pour remporter par la politique ce qu’ils n’ont pu obtenir par la guerre. En effet, l’insistance permanente sur la « mise en place d’une autorité de transition inclusive dotée des pleins pouvoirs exécutifs » ne signifie rien d’autre. Pour mémoire, voici l’intervention du délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies [NdT]. * * * Monsieur le Président, Le (...) Lire la suite »

Sous l’eau mouillée, découvrir enfin l’Amérique !

Michel RAIMBAUD

Michel Rimbaud est inépuisable et incollable observateur de la dérive néoconservatrice des Etats-Unis. Ceux qui décident du nouveau dessin du monde, celui qui convient à Wall street. Avec les morts par centaines de milliers et les mensonges qui y président. Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France a le privilège de connaitre sur les bout des doigts ce Moyen Orient et ce "Tiers monde" où il a passé toute sa vie.

Il y a tout juste un an, le 16 novembre 2017, votre serviteur se fendait d’un article intitulé « A la découverte de l’eau mouillée », se réjouissant de voir les investigateurs des chaines TV « internationales », de concert avec de « grandes ONG », découvrir l’existence de marchés d’esclaves dans la Libye « libérée » de Kadhafi par les bombardements humanitaires des « grandes démocraties » de l’OTAN. L’auteur ne cachait pas son admiration devant la ténacité qu’il avait fallu à ces professionnels vétilleux pour mener à bien une traque sûrement harassante : n’avaient-ils pas mis six ans à déjouer les pièges des fabricants de fake news avant de voir les réalités dénoncées depuis longtemps par les « complotistes », images et témoignages à l’appui. Mieux vaut tard que jamais...Dans les médias, on a des urgences et...des contraintes. Persuadé que nos limiers de l’humanitaire ne manqueraient pas de tirer des leçons de cet excès de zèle, l’optimiste que je suis émettait l’espoir qu’ils en viendraient dans la foulée à dévoiler enfin (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 100