Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Un autre journaliste aurait été tué par les autorités saoudiennes. Mais qui s’en soucie ? (South Front)

Le journaliste et écrivain saoudien Turki Bin Abdul Aziz Al-Jasser est mort après avoir été torturé en prison, a rapporté New Khaleej le 4 novembre.

Le journal a cité des sources de défense des droits de l’homme, affirmant qu’Al-Jasser avait été arrêté et torturé à mort après que les autorités saoudiennes eurent affirmé qu’il administrait le compte Twitter Kashkool, qui faisait état de violations des droits commises par les autorités et la famille royale.

Selon les sources, les autorités saoudiennes ont utilisé des taupes dans les bureaux de Twitter à Dubaï pour identifier le journaliste comme l’administrateur du compte.

Ces taupes Twitter sont considérées comme faisant partie d’une prétendue "cyberarmée saoudienne", établie par Saoud Al-Qahtani, un ancien assistant du prince héritier Mohammed bin Salman. Dans un tweet, Al-Qahtani a déclaré que les faux noms sur Twitter ne protégeraient pas les personnes derrière les comptes des autorités saoudiennes.

Cela fait également suite à des rapports du New York Times du 21 octobre que l’Arabie Saoudite a une prétendue "armée de trolls Twitter" qui cible des critiques tels que l’assassiné Jamal Khashoggi.

Depuis le 4 novembre 2017, le Prince héritier a entamé une lutte contre la "corruption". Un certain nombre de membres éminents de la famille royale, de ministres et d’hommes d’affaires ont été arrêtés. Les détenus ont été confinés à l’hôtel Ritz-Carlton à Riyad.

En janvier 2018, il a été signalé que la campagne de lutte contre la corruption, qui est toujours entourée de secret et d’intrigues, a rapporté plus de 106 milliards de dollars en règlements financiers et 56 personnes sont toujours en détention.

Le procureur général saoudien Saud al-Mojeb a déclaré que les accords conclus comprennent la saisie d’actifs immobiliers, d’entités commerciales, de titres et d’espèces. Al-Mojeb a déclaré qu’un total de 381 personnes avaient été interrogées dans le cadre de cette campagne.

Parmi les personnes détenues puis relâchées après la conclusion d’un accord, il y avait le milliardaire Prince saoudien Alwaleed bin Talal, qui est président de Kingdom Holding et détient des investissements dans de grandes sociétés occidentales telles que Twitter, Apple, Lyft et Citigroup. Il était détenu depuis plus de 80 jours à l’hôtel. Comme l’a rapporté NBC News, toutes les personnalités arrêtées ont été détenues, interrogées et contraintes de se voir confisquer d’importants actifs financiers en échange de leur libération.

Les critiques disent que le prince héritier a utilisé la purge contre des individus de haut niveau pour prendre le contrôle de sociétés saoudiennes clés, écarter des rivaux potentiels et faire taire des critiques alarmées par sa montée rapide au pouvoir alors qu’il se prépare à hériter du trône du roi Salman, son père.

Les autorités saoudiennes affirment cependant que la campagne vise à "améliorer l’environnement des affaires du Royaume". Les sommes recouvrées serviraient à financer un programme d’aide aux citoyens à revenu moyen et faible, dont le coût est estimé à 8,5 milliards de dollars en 2018.

La communauté internationale, qui a montré une telle condamnation apparente de l’assassinat de Khashoggi, a gardé le silence sur la "répression de la corruption", ainsi que sur la mort récente d’Al-Jasser.

L’Arabie saoudite est sortie largement indemne de ce scandale. Le 6 novembre, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que la Turquie disposait de " certaines preuves " concernant l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi qu’elle n’avait pas rendues publiques, et elle le fera une fois son enquête terminée.

On ne sait pas encore clairement quelles sont les preuves et si elles auront un impact sur le soutien des États-Unis et du Royaume-Uni au Royaume Uni, mais c’est peu probable.

Il est également intéressant de noter que, selon les médias grand public, environ 500 personnes auraient été détenues à la suite de la répression de la corruption. Selon le procureur général saoudien, 381 personnes ont été interrogées. Il n’est pas fait mention des quelque 120 autres personnes qui auraient été arrêtées. Ont-ils été relâchés, interrogés, torturés ? Ont-ils eu une bagarre qui a accidentellement mené à leur mort ? Il n’y a vraiment aucune question concernant le nombre exact, surtout parce que c’est arrivé en Arabie saoudite.

Les meurtres récents et la répression de la corruption rendent également quelque chose visible. Si un "ennemi de la Couronne" ne possède pas assez de biens pour racheter sa vie, comme ce fut le cas avec Khashoggi et Al-Jasser, un seul sort l’attend.

L’affaire Khashoggi a eu une répercussion si large parce qu’elle s’est produite dans un autre pays, et la Turquie en a fait un scandale international. Si cela s’était produit en Arabie saoudite, à l’instar de la répression de la corruption et d’Al-Jasser, il est peu probable qu’un tel tourbillon médiatique se serait produit.

South Front

Traduction "ce n’est pas non plus le Venezuelaaaa" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://southfront.org/another-journalist-tourtured-to-death-by-saudi-...
URL de cet article 34235
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.