RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Comment les Houthis du Yémen font tomber un Goliath

« Il est clair pour nous que l’Iran est responsable de cette attaque. Il n’y a pas d’autre explication plausible. Nous soutenons les enquêtes en cours pour établir plus de détails. »

La déclaration ci-dessus n’a pas été écrite par Franz Kafka. En fait, elle a été écrite par un dérivé de Kafka : la bureaucratie européenne basée à Bruxelles. Le trio Merkel-Macron-Johnson, représentant l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, semble savoir ce qu’aucune « enquête en cours » n’a mis au jour : que Téhéran était définitivement responsable des deux frappes aériennes sur les installations pétrolières saoudiennes.

« Il n’y a pas d’autre explication plausible » se traduit par l’occultation du Yémen. Le Yémen n’est que le théâtre d’une violente guerre saoudienne, soutenue de facto par Washington et Londres et menée avec des armes étasuniennes et britanniques, qui a généré une horrible crise humanitaire.

L’Iran est donc le coupable, aucune preuve n’est fournie, fin de l’histoire, même si « l’enquête continue ».

Hassan Ali Al-Emad, érudit yéménite et fils d’un éminent chef de tribu ayant une ascendance sur dix clans, n’est pas d’accord.

« D’un point de vue militaire, personne n’a jamais pris au sérieux nos forces au Yémen. Peut-être qu’ils ont commencé à le comprendre quand nos missiles ont frappé Aramco« .

Une image satellite du gouvernement des EU montre les dommages causés à l’infrastructure pétrolière et gazière par les attaques de drones à Abqaig le 15 septembre.

Al-Emad a déclaré :

« Le peuple yéménite a été encerclé par un embargo. Pourquoi les aéroports yéménites sont-ils toujours fermés ? Des enfants meurent sans traitement. Dans la guerre actuelle, la première porte [fermée à l’ennemi] a été Damas. La deuxième porte est le Yémen. »

Al-Emad considère que le Secrétaire général du Hezbollah, Sayed Nasrallah, et les Houthis sont impliqués dans la même lutte.

Al-Emad est né à Sana’a dans une famille Zaydi influencée par les pratiques wahhabites. Pourtant, à l’âge de 20 ans, en 1997, il s’est converti à Ahlulbayat après des études comparatives entre sunnites, zaydiens et imamiyyahs – la branche de l’Islam chiite qui croit en 12 imams. Il a abandonné Zaydi dans ce qui pourrait être considéré comme un acte voltairien : parce que la secte ne peut résister à l’analyse critique.

J’ai parlé et rompu le pain – et le houmous – avec Al-Emad, à Beyrouth, lors de la conférence Nouveaux horizons qui réunissait des universitaires du Liban, d’Iran, d’Italie, du Canada, de Russie et d’Allemagne. Même s’il dit qu’il ne peut pas entrer dans les détails sur les secrets militaires, il a confirmé :

« Les anciens gouvernements yéménites avaient des missiles, mais après le 11 septembre, on a interdit au Yémen d’acheter des armes à la Russie. Mais nous avions encore 400 missiles dans les entrepôts du sud du Yémen. Nous avons utilisé 200 Scuds – le reste est toujours là [rires] ».

Al-Emad divise les armes houthies en trois catégories : les anciens stocks de missiles, les missiles cannibalisés utilisant différentes pièces de rechange («  transformation made in Yemen ») et les armes dotées de nouvelles technologies utilisant la rétroingénierie. Il a souligné : « Nous acceptons l’aide de tout le monde », ce qui suggère que Téhéran et le Hezbollah ne sont pas les seuls à participer.

La fumée s’échappe de l’installation pétrolière d’Aramco à Abqaiq, dans la province orientale de l’Arabie Saoudite, après les attentats du 14 septembre. La principale revendication d’Al-Emad est en fait humanitaire :

« Nous demandons la réouverture de l’aéroport de Sana’a pour venir en aide au peuple yéménite. »

Et il a un message à l’intention de l’opinion publique mondiale dont les trois pays de l’UE ne sont manifestement pas conscients :

« L’Arabie Saoudite s’effondre et les États-Unis l’embrassent dans sa chute. »

Le vrai danger

Sur le front de l’énergie, les négociants en énergie du Golfe Persique sur lesquels je compte depuis deux décennies en tant que sources dignes de confiance confirment que, contrairement à ce qu’a dit le ministre saoudien du pétrole Abdulazziz bin Salman, les dégâts de l’attaque des Houthis contre Abqaiq pourraient durer non seulement « des mois » mais même des années.

Comme l’a dit un commerçant basé à Dubaï :

« Quand un pipeline irakien a été endommagé au milieu des années 2000, les pompes ont été détruites. Il faut deux ans pour remplacer une pompe, car l’arriéré est long. Les Saoudiens, pour sécuriser leurs pipelines, ont acheté des pompes de rechange pour cette raison. Mais ils ne s’imaginaient pas qu’Abqaiq puisse être endommagé. Si vous construisez une raffinerie, cela peut prendre de trois à cinq ans, voire plus. Cela pourrait être fait en un mois si tous les composants et les pièces étaient disponibles en même temps, car il ne s’agirait alors que d’une simple tâche d’assemblage des composants et des pièces. »

De plus, les Saoudiens n’offrent plus que des bruts plus lourds à leurs clients en Asie.

« Puis, ajoute un négociant, nous avons appris que les Saoudiens ont acheté 20 000 000 de barils de brut plus lourd à l’Irak. Les Saoudiens étaient censés stocker jusqu’à 160 millions de barils de pétrole brut par jour. Alors, qu’est-ce que cela signifie ? Soit il n’y avait pas de pétrole brut stocké, soit ce brut devait passer par Abqaiq pour être vendu. »

Al-Emad m’a explicitement dit que les attaques des Houthis ne sont pas terminées et que d’autres essaims de drones sont inévitables.

Une image tirée d’une vidéo mise à disposition le 7 juillet 2019 par le service de presse du groupe yéménite chiite Houthi montre des missiles balistiques, étiquetés « Made in Yemen », lors d’une récente exposition de missiles et drones dans un lieu secret au Yémen. Les images montrent des modèles d’au moins 15 drones sans pilote et des missiles de différentes tailles et portées.

Comparez maintenant avec l’analyse d’un trader :

« Si, lors de la prochaine vague d’attaques de drones, 18 millions de barils par jour de pétrole brut saoudien sont éliminés, cela représenterait une catastrophe aux proportions épiques. Les États-Unis ne veulent pas que les Houthis croient qu’ils ont un tel pouvoir par le biais d’une quatrième guerre générationnelle telle que les drones contre lesquels on ne peut se défendre. Mais c’est le cas. C’est ici qu’un petit pays peut faire tomber non seulement un Goliath comme les États-Unis, mais aussi le monde entier. »

Interrogés sur les conséquences d’une éventuelle attaque étasuniennes contre l’Iran – reprenant la célèbre remarque de Robert Gates en 2010 selon laquelle « les Saoudiens veulent combattre l’Iran jusqu’au dernier Étasunien » – le consensus parmi les négociants est que ce serait une autre catastrophe.

« Il ne serait pas possible de mettre le brut iranien sur le marché mondial pour remplacer le reste de ce qui a été détruit », a déclaré l’un d’eux.

Il a noté que la sénatrice Lindsey Graham avait dit qu’il « voulait détruire les raffineries iraniennes mais pas les puits de pétrole. C’est un point très important. L’horreur des horreurs serait une guerre pétrolière où tout le monde détruit les puits des autres jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. »

Tandis que « l’horreur des horreurs » ne tient qu’à un fil, l’aveugle qui conduit l’aveugle s’en tient au scénario : Blâmer l’Iran et ignorer le Yémen.

Article original en anglais :

“ How Yemen’s Houthis Are Bringing Down a Goliath ”

Cet article a été publié initialement par Asia Times en anglais.

Traduction Réseau International

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Pepe Escobar, Mondialisation.ca, 2019

URL de cet article 35273
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’Archipel du génocide
Geoffrey B. Robinson
Les événements atroces survenus en Indonésie à l’automne 1965 restent encore aujourd’hui largement méconnus du grand public et jamais évoqués par les grands médias. En octobre 1965 débute pourtant l’un des pires massacres de masse du XXe siècle, de communistes ou assimilés, avec l’appui des États-Unis, de la Grande- Bretagne, et d’autres puissances comme l’Australie, les Pays-Bas et la Malaisie. Les estimations varient entre 500 000 et trois millions de personnes exterminées, sans compter les incarcérés, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est seulement quand le nombre de cadavres de l’oppresseur est suffisamment grand qu’il commence à écouter.

Amilcar Cabral

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.