RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Ne touchez pas au Yémen

L’étonnante efficacité du blocus des Houthis sur les transports maritimes liés à Israël via la mer Rouge a provoqué une réponse guerrière étasunienne et britannique qui a introduit de nouveaux dangers dans une situation déjà inflammable.

Seul dans la communauté internationale, le Yémen a entrepris une action militaire pour faire respecter le droit international afin de mettre fin au génocide à Gaza. Depuis novembre, il a averti que tout navire appartenant à des Israéliens à destination ou en provenance d’Israël serait une cible légitime – jusqu’à ce que le génocide à Gaza cesse. Les Houthis ont déclaré que les navires n’ayant aucun lien avec Israël n’avaient aucune raison de s’inquiéter.

Jusqu’à présent, les attaques des Houthis contre au moins 26 navires commerciaux – sans aucune perte humaine – ont contraint les navires internationaux à parcourir des milliers de kilomètres autour de l’Afrique du Sud plutôt que de traverser la mer Rouge et le canal de Suez vers l’Europe. Deux des plus grandes compagnies maritimes du monde, la société danoise de conteneurs Moller-Maersk et la société allemande Hapag Lloyd, évitent toutes deux la route de la mer Rouge, et les trackers en direct montrent une augmentation spectaculaire du trafic maritime autour de l’Afrique. Le nombre de conteneurs transitant quotidiennement par la mer Rouge a chuté de 60 % entre novembre et décembre. (1)

Environ 25 à 30 % de tous les transports de conteneurs transitent par la mer Rouge, et le détournement de plus de 200 milliards de dollars de commerce a un impact sur l’économie mondiale. Les navires doivent désormais payer une prime supplémentaire sur le marché de l’assurance de Londres. Les tarifs du fret voyageant de l’Asie vers l’Europe du Nord ont plus que doublé, car le réacheminement des navires ajoute deux à quatre semaines au voyage aller-retour. L’impact s’est fait sentir en Europe lorsque Tesla a annoncé qu’elle devrait fermer son usine allemande pendant deux semaines fin janvier en raison de retards dans les chaînes d’approvisionnement. Le commerce mondial a chuté de 1,3% en décembre.

L’effet sur Israël lui-même a été marqué. Ce qui est en réalité un blocus naval d’Israël signifie qu’Eilat, le port israélien de la mer Rouge, a signalé une baisse de 85 % de son activité, soit un quasi-arrêt – à la mi-décembre. 99 % des importations israéliennes arrivent par voie maritime, et ses autres ports d’Haïfa et d’Ashdod – Ashkelon, le plus proche de Gaza, est déjà fermé – sont vulnérables si les compagnies maritimes décident d’aller décharger leurs marchandises à destination d’Israël dans d’autres ports, comme à Chypre ou la Grèce. Un exemple : la société Orient Overseas Container Line (OOCL), basée à Hong Kong, a annoncé qu’elle « cesserait d’accepter des marchandises à destination et en provenance d’Israël avec effet immédiat et jusqu’à nouvel ordre ». (2)

Les attaques occidentales

À la suite d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU le 10 janvier condamnant le blocus des Houthis sur les transports maritimes connectés à Israël – un vote non soutenu par la Chine, la Russie, l’Algérie ou le Mozambique – la marine et l’armée de l’air des EU ont lancé des attaques de missiles depuis des avions, des navires, des sous-marins et des terres. Les avions de guerre britanniques basés à Akrotiri à Chypre se sont joints à eux. Les États-Unis ont pris soin d’éviter les lancements depuis leurs bases au Qatar parce que le Qatar – ainsi que les Émirats arabes unis et les Saoudiens – veulent minimiser leur complicité avec les États-Unis. Cependant, les Saoudiens, les Émirats arabes unis et l’Égypte ont tous discrètement autorisé les bombardiers à traverser leur espace aérien pour atteindre le Yémen, même si l’Égypte a exprimé publiquement sa « profonde inquiétude » face aux attaques.

Les bombardements étasuniens et britanniques ont ciblé plusieurs villes yéménites, dont la capitale Sanaa, la ville portuaire occidentale de Hodeidah, entre autres. Le lendemain, des raids ont été effectués contre l’aéroport de Sanaa, le seul aéroport international du pays et un lien vital avec le monde extérieur. Les attaques ont été soutenues par l’Australie, le Canada, les Pays-Bas et Bahreïn – la seule puissance du Moyen-Orient à le faire – en apportant un soutien non militaire.

Que font les États-Unis ?

Alors que les États-Unis affirment que leur objectif est d’empêcher une guerre régionale majeure, ils s’y dirigent rapidement. Sa diplomatie de la canonnière ne dissuadera pas les Houthis de poursuivre leurs actions. Et de nouvelles attaques occidentales suite à l’inévitable réponse des Houthis ne feront qu’attiser la résistance.

Le lieutenant-général Douglas Sims, directeur de l’état-major interarmées des EU, a exprimé le casus belli étasunien en termes simples : « Nous n’allons tout simplement pas nous laisser embêter ici ». En substance, il veut dire que les États-Unis se réservent le droit d’affirmer leur domination militaire incontestée partout dans le monde.

Ibrahim Jalal, du Middle East Institute, affirme que l’attaque étasunienne et britannique était une « tentative pour éviter l’embarras de l’inaction, protéger le prestige et préserver l’image de la détermination de l’Occident à défendre la liberté de navigation face aux attaques incessantes des Houthis iraniens » ( 4). Les attaques sont survenues après l’échec spectaculaire de l’opération “ Prosperity Guardian ” – la flotte multinationale de navires de guerre dirigée par les États-Unis et censée permettre la libre circulation des navires – qui n’avait pas réussi à convaincre les armateurs de continuer à risquer leurs navires en mer Rouge.

L’implication britannique vise à la fois à protéger ses propres intérêts dans la région, y compris son marché de l’assurance maritime, et à accroître sa puissance sur la scène mondiale grâce à la puissance des EU.

Plusieurs personnalités de l’establishment affirment que la dissuasion fonctionnera et que la guerre ne s’étendra pas. « Ils veulent envoyer un message fort, mais pas trop fort pour entraîner cela dans une escalade plus longue au-delà de la guerre à Gaza », a déclaré un commentateur du Middle Eastern Eye.

Mais certains éléments adoptent une vision plus belliqueuse, conforme à une grande partie de la pensée israélienne, qui considère l’Iran comme la principale menace pour son hégémonie régionale.

Le chef de la Fondation belliciste pour la défense des démocraties, Mark Dubowitz, et Matthew Koenig, du Conseil atlantique, ont plaidé en faveur du bombardement de l’Iran et de ses capacités nucléaires pendant qu’il est encore temps d’empêcher l’Iran de fabriquer une bombe. (5)

Un autre groupe belliciste, United Against Nuclear Iran, dirigé par l’ancien sénateur du Connecticut Joe Lieberman, a appelé à des attaques contre l’Iran, à la suite du raid du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Cette tendance n’est pas encore dominante aux États-Unis. Mais en fin de compte, alors que les États-Unis agissent stratégiquement pour affaiblir et affronter la Chine, tous les différents cercles dirigeants étasuniens considèrent la castration de l’Iran comme la clé pour priver la Chine de ses approvisionnements énergétiques. La Chine a importé 1,18 million de barils par jour de pétrole iranien en décembre, ce qui représente l’essentiel des exportations mondiales de pétrole brut iranien par voie maritime. L’Iran, troisième plus grand détenteur de réserves mondiales de pétrole et de gaz naturel en 2021, fournit à la Chine une quantité importante de son énergie – un commerce stimulé par l’accord de 2021 entre les deux pays d’une valeur de 400 milliards de dollars. (6) Interrompre ce flux en entrant en guerre contre l’Iran freinerait le développement de la Chine et permettrait aux États-Unis d’affaiblir leur rival mondial avant de potentiellement lancer une guerre totale contre son adversaire affaibli.

Un autre objectif de l’escalade actuelle est de perturber le commerce existant entre la Chine et l’UE, dans le cadre de la rivalité inter-impérialiste entre les États-Unis et l’Europe. Une présence navale occidentale au large du Yémen est également un moyen de menacer la seule base étrangère de la Chine – à Djibouti, dans le détroit de Bab al-Mandab, dans la mer Rouge. Plus immédiatement, les États-Unis ont été piqués par le succès de la Chine à rapprocher ses vieux ennemis, l’Arabie Saoudite et l’Iran. Le bombardement d’Ansarallah poussera le nouvel accord négocié par la Chine, du moins l’espèrent les États-Unis, jusqu’au point de rupture.

Le président Joe Biden affirme que les frappes aériennes étaient nécessaires parce que les Houthis mettent en danger « la liberté de navigation sur l’une des voies navigables les plus vitales du monde ». Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, de la même manière, a affirmé que le bombardement du Yémen était une question de légitime défense.

L’affirmation selon laquelle les puissances occidentales protègent la liberté de navigation aurait pu paraître plus crédible si Israël avait accordé aux Gazaouis la liberté de naviguer – ne serait-ce que pour pêcher dans leurs propres eaux – ou si la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, aux côtés des États-Unis, n’avait pas été autorisée à naviguer, à empêcher les navires marchands d’atteindre le port de Hodeida au Yémen dans le cadre de la guerre de neuf ans menée par les Saoudiens pour occuper et contrôler ce pays. C’est ce long blocus, levé le mois dernier seulement, qui a empêché l’aide vitale d’atteindre les 23,4 millions de personnes qui en dépendent directement – 60 % des 400 000 décès pendant la guerre au Yémen ont été causés par le manque d’accès à la nourriture, à l’eau, et les soins de santé. Ce chiffre inclut 260 000 enfants de moins de cinq ans.

L’hypocrisie occidentale se révèle également dans le fait que les États-Unis pourraient mettre fin à tout moment – sans violence – à la menace du Yémen contre les navires liés à Israël, simplement en privant Israël d’armes et de fonds, et en imposant ainsi un cessez-le-feu israélien à Gaza. C’est ce qu’il refuse de faire. Il choisit de permettre le génocide d’Israël, en soutenant Israël contre vents et marées en tant que fidèle exécutant au Moyen-Orient.

Le récent voyage d’Antony Blinken dans la région n’avait pas pour objectif la désescalade. Il est allé organiser les frappes contre le Yémen.

Réaction au bombardement

En réponse aux bombardements, Ansarallah du Yémen, le mouvement patriotique à large assise avec les Houthis en son sein, a déclaré : « Toute frappe contre nous subira une riposte... avec toute la force et la détermination, et la région sera au bord de l’escalade, dont personne ne connaît la fin. Toute frappe contre nous n’a aucune justification, car elle constitue simplement un soutien à Israël pour continuer à tuer le peuple palestinien opprimé. » (3)

Le Hamas a publié une déclaration exprimant sa gratitude au « Yémen frère et à son peuple héroïque qui se tient aux côtés de notre peuple palestinien ».

Outre la réponse de défi d’Ansarallah – qui est un acteur autonome et loin d’être un pion de l’Iran comme l’affirment les médias occidentaux – les attaques ont enflammé l’opinion publique dans la région et dans le monde entier. Des manifestations massives ont déjà eu lieu en Jordanie – un pays qui sert de plaque tournante pour l’approvisionnement d’Israël, tout en appelant rhétoriquement à la retenue israélienne à Gaza – ainsi qu’au Yémen même, où les manifestations hebdomadaires rassemblant des millions de personnes ont atteint une ampleur sans précédent en réponse aux attaques des États-Unis et du Royaume-Uni.

En Irak, les milices patriotiques liées au Hezbollah libanais et à d’autres se sont engagées à intensifier leurs attaques contre les bases étasuniennes – dans le but d’évincer la présence illégale des États-Unis en Irak.

Au Liban, le Hezbollah a condamné les attaques étasuniennes et britanniques contre le Yémen, tout comme l’Iran et la Turquie. Erdogan a déclaré : « C’est comme s’ils aspiraient à transformer la mer Rouge en un bain de sang ».

Le Yémen – un ennemi redoutable

Si les États-Unis et le Royaume-Uni décident d’étendre leur guerre contre le Yémen, cela pourrait être plus difficile que prévu. Les Houthis « ne réagissent pas à la dissuasion, et la dissuasion a toujours échoué », selon Andreas Krieg du King’s College de Londres. (7)

La formation des Houthis n’est pas centralisée mais agit comme un réseau, ce qui les rend difficiles à détruire. Ils sont également très expérimentés en matière de guerre, ayant combattu les envahisseurs saoudiens au Yémen depuis 2015. Plus important encore, ils bénéficient d’un soutien populaire massif pour leur position patriotique contre l’ingérence étrangère.

Le gouvernement Houthi au Yémen, qui a commencé comme un mouvement de résistance régionale et tribale contre un régime corrompu pro-occidental et pro-saoudien, s’est développé après l’invasion saoudienne de 2015. Avec des défections à grande échelle de l’armée yéménite, il s’est transformé en une coalition de résistance connue sous le nom d’Ansarallah, transcendant les différences chiites/sunnites et devenant un vaste mouvement pour libérer le Yémen. Il a réussi à forcer les forces saoudiennes et émiriennes, massivement armées, à réclamer la paix, en partie en attaquant avec succès les installations de raffinage de pétrole d’Aramco sur le territoire saoudien, à l’aide de drones à faible coût qui ont également frappé Riyad, les aéroports saoudiens et d’autres infrastructures. Ils ont également menacé Dubaï, aux Émirats arabes unis. Leur capacité à échapper aux coûteuses défenses aériennes étasuniennes a surpris les deux puissances du Golfe. Ainsi, Ansarallah a un historique d’agressions déconcertantes soutenues par l’Occident. Il convient également de rappeler que le Yémen a repoussé les Britanniques d’Aden en 1967.

Conclusion

La dernière escalade menée par les États-Unis et le Royaume-Uni au Yémen montre avec quelle facilité la guerre pourrait se propager – même au-delà de la région. L’approche de la Chine dans la négociation de l’accord saoudo-iranien contraste fortement avec une telle imprudence. En agissant pour la première fois en tant qu’artisan de la paix régionale – dans une zone longtemps dominée par l’Occident – la Chine a montré qu’il existe une autre voie. Cela montre également aux puissances régionales et au reste du monde que la sphère d’influence occidentale se rétrécit. C’est ce déclin que les États-Unis ne permettront pas – et il deviendra d’autant plus dangereux et imprévisible qu’ils luttent pour rester au premier rang mondial.

Contourner le Congrès des EU pour lancer cette nouvelle guerre, tout comme la Grande-Bretagne a contourné le Parlement – évitant une répétition de l’obstruction du Parlement au bombardement de la Syrie en 2015 – exclut même le contrôle démocratique le plus faible des décisions en matière de guerre et de paix et illustre la détermination impitoyable de l’empire à tenir le coup sur la suprématie mondiale quoi qu’il arrive.

1 https://www.theguardian.com/business/2024/jan/11/global-trade-falls-ho...

2 https://www.timesofisrael.com/houthi-attacks-on-israel-linked-ships-in...

3 https://www.msn.com/en-us/news/world/houthis-warn-all-force-will-be-us...

4 https://www.middleeasteye.net/news/whats-behind-us-uk-attacks-yemen-wi...
5 https://responsiblestatecraft.org/2022/01/14/hawks-restart-campaign-fo...
6 https://thediplomat.com/2021/03/china-is-buying-record-amounts-of-iranian-oil/
7 https://www.middleeasteye.net/news/whats-behind-us-uk-attacks-yemen-wi...

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0319v1zN...
URL de cet article 39286
  

Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Une fois que vous avez vu certaines choses, vous ne pouvez pas les -voir. Et ne rien voir est autant un acte politique que de voir quelque chose.

Arundhati Roy

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.