RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des travailleuses domestiques vietnamiennes violées et réduites à l’état d’esclaves en Arabie Saoudite

Aujourd’hui, beaucoup de femmes vietnamiennes employées comme domestiques en Arabie Saoudite subissent un véritable esclavage moderne. Beaucoup d’entre elles se voient confisquer leurs passeports, les salaires promis ne sont pas payés et, pire encore, elles doivent subir des viols systématiques de la part de leurs patrons saoudiens qui n’hésitent pas à en faire des esclaves sexuelles. L’universitaire américaine d’origine vietnamienne dénonce cette situation dans un article que nous avons traduit ci-dessous.

La mort récente d’une femme mineure, H Xuân Siu, membre de la minorité ethnique Jarai de DakLak, au Vietnam, qui avait été recrutée pour travailler comme domestique en Arabie Saoudite, a choqué le monde. Plus de détails, exposés sur Facebook par sa belle-sœur et d’autres organes de presse, révèlent un système transnational d’exportation de main-d’œuvre exploitant qui envoie des femmes jeunes et âgées des régions pauvres du Vietnam travailler comme domestiques dans les maisons privées de leurs sponsors de visa dans les États du Golfe. En 2020, près de 7 000 femmes étaient employées comme domestiques pour des familles saoudiennes. Alors que le Covid-19 exacerbe la vulnérabilité de tous les travailleurs migrants à l’étranger, c’est pire pour les travailleuses domestiques car elles sont invisibles et isolés dans les maisons de leurs employeurs, et sont complètement à la merci de leurs patrons. Le système Kafala (parrainage de visa) dicte les conditions d’emploi des travailleurs étrangers invités dans les États du Golfe. Dans le travail domestique, le parrain est le chef de ménage et aussi l’employeur, dont l’autorité est incontestée et non contrôlée. Les travailleurs domestiques sont liés aux parrains d’origine qui peuvent les expulser s’ils ne sont pas satisfaits de leurs services, ou les transférer d’un ménage à un autre sans le consentement des travailleuses (une pratique endémique pendant le Covid-19). Les employées ne peuvent pas s’aventurer à l’extérieur car leurs passeports sont confisqués par leurs employeurs dès qu’ils mettent le pied dans les pays de destination. Dès lors, beaucoup d’entre elles sont traitées comme des esclaves, ne sachant pas si elles seront payées ou non, souffrant de la faim et subissant des abus physiques et sexuels jusqu’à ce qu’elles parviennent à retourner au Vietnam.

H Xuân Siu n’avait que 16 ans lorsqu’elle a été recrutée par VINACO, une société de recrutement au Vietnam membre de VAMAS, une association vietnamienne de fourniture de main-d’œuvre sanctionnée par le ministère de l’Intérieur depuis 2003. VINACO aurait menti sur son son âge afin de l’envoyer travailler en Arabie Saoudite. Après deux ans de travail là-bas, elle a demandé à rentrer chez elle mais est décédée d’une insuffisance cardiaque à 18 ans. Mais, avant de mourir, elle a pu témoigner des violences physiques et sexuelles que lui a fait subir son patron, des témoignages qui ont été enregistrées lors de conversations téléphoniques avec ses amis. La famille a plaidé pour ramener son corps à la maison mais VINACO a refusé à moins que la famille n’accepte l’âge incorrect qu’ils ont mis sur son passeport (qui indiquait son année de naissance comme 1996, plutôt que sa vraie date de naissance, à savoir 2003). Ce retard a fait que son enterrement a eu lieu en Arabie Saoudite le 4 novembre 2021, laissant sa famille au Vietnam ravagée par la douleur et le chagrin.

Cependant, il existe d’autres cas tragiques qui n’ont pas été portés à l’attention de la communauté mondiale. Une jeune femme (d’origine Kinh) est décédée brutalement et a été enterrée en Arabie Saoudite à cause du Covid-19 alors qu’elle travaillait comme domestique pour une famille de la ville de Riyad. Elle laisse derrière elle deux jeunes enfants et un père de santé fragile. Elle a promis de retourner définitivement dans sa famille en octobre 2020, et la famille a attendu et espéré avant que la mauvaise nouvelle arrive en décembre. Lors d’une conversation avec la journaliste qui a écrit cet article, j’ai découvert que la marraine lui devait des arriérés de salaire et ne les avait payés à la famille que lorsque la violation a été révélée dans un article vietnamien, ce qui a fait pression sur le gouvernement local pour qu’il intervienne au nom de cette famille pauvre.

Les médias sociaux et les organes d’information indépendants ont révélé ces abus et comment ces travailleuses domestiques ont été abandonnées non seulement par les sociétés de recrutement, mais aussi par l’ambassade du Vietnam sur place. Ils ont constaté des abus physiques endémiques que subissent les travailleuses domestiques vietnamiennes en Arabie Saoudite. S’exprimant au nom d’un groupe de travailleuses domestiques dans un camp de déportation à Riyad, une travailleuse domestique a enregistré un message SOS poignant adressé directement au Premier ministre vietnamien, à l’ambassade du Vietnam là-bas et à la communauté Internet pour qu’on les rapatrie chez eux parce qu’ils sont coincés là-bas (certains depuis plus d’un an) en raison de nombreux abus qui ne sont pas de leur fait. D’autres sources montrent des photos d’abus physiques et sexuels des travailleurs qui se sont enfuis dans un refuge de Riyad après avoir échappé à leurs parrains saoudiens.

Pourquoi ces abus sont-ils cachés jusqu’à ce qu’il soit trop tard pour certaines femmes ? Nous devons comprendre le système transnational de courtage de main-d’œuvre autonome et cohérent qui exploite et maltraite les travailleuses domestiques, afin d’exiger des réformes et la justice pour ces employées.

En 2014, les gouvernements vietnamien et saoudien ont signé un accord de travail de cinq ans afin de permettre l’envoi de femmes du Vietnam travailler comme domestiques en Arabie Saoudite. Il comportait une clause de reconduction automatique, censée être activée en 2019. Cet accord bénéficie aux ministères des deux gouvernements, aux sociétés de recrutement des deux parties et aux employeurs du pays d’accueil ; le programme se fait sur le dos des travailleurs migrants, 100% sont des femmes de différents groupes ethniques du Vietnam qui gagnent 400 dollars américains par mois, travaillant 7 jours sur 7 et plus de 12 heures par jour. Après de nombreuses recherches, je n’ai trouvé aucune annonce de renouvellement ni aucune mise à jour des conditions. Mais j’ai trouvé des rapports de la décision VAMAS du 17 décembre 2020, pour former et nommer les dirigeants du département sur le marché de l’aide domestique au Moyen-Orient, le président général de la société par actions VINACO étant l’un des dirigeants siégeant à ce conseil. Cela suggère que cet accord de travail bilatéral a été renouvelé avec toutes les stipulations existantes qui mettent en péril les travailleuses domestiques potentiels.

Même sous une pression mondiale croissante, l’Arabie Saoudite a exclu les travailleuses domestiques migrantes de la prétendue réforme du système Kafala qui est entrée en vigueur le 14 mars 2021. Les travailleuses domestiques et les agriculteurs continuent d’être les moins protégés, les plus vulnérables aux abus, et ne sont pas couvertes par le droit du travail. Dans le cadre de ce système timide de Kafala, les travailleuses domestiques se voient toujours refuser toute protection, y compris le droit d’adhérer à des syndicats ou de faire grève.

Les échanges de lecture sur la page Facebook publique sur l’Arabie Saoudite révèlent tous les types de violations de contrat subies par les travailleuses domestiques : elles n’ont pas assez à manger, pas de temps de pause dans une journée de travail de plus de 12 heures, elles ne reçoivent pas d’articles d’hygiène personnelle et de fournitures médicales comme convenu contractuellement, et ne perçoivent pas l’intégralité de leur salaire. Leurs passeports sont confisqués, de sorte qu’elles ne peuvent même pas quitter la maison ou utiliser leurs passeports pour acheter un billet d’avion de retour en utilisant leurs propres économies. De nombreuses travailleuses domestiques ont terminé leur contrat de 2 ans mais sont restés bloquées en Arabie v à cause du Covid-19 et souhaitent rentrer chez elles pour retrouver leur famille. La grande majorité ne peut pas se permettre des billets d’avion affrétés aux prix exorbitants (plus de 3000 USD) pour retourner au Vietnam. La plupart sont complètement à la merci des sponsors qui leur font de fausses promesses de leur acheter des billets d’avion. VINACO a des représentants à Riyad, mais ils ont fermé les yeux sur les appels au secours de ces travailleuses, comme le décrit avec justesse un dicton vietnamien courant : « Laisser des bébés bloqués sur la place du marché ».

Les organisations internationales du travail et de la migration, y compris l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Forum mondial sur la Migration et le Développement (FMMD) doivent prêter attention aux abus subis par les travailleuses domestiques qui sont toujours bloquées en Arabie Saoudite. Ils doivent examiner la véritable mise en œuvre du code de conduite VAMAS et tenir ses membres de l’entreprise de recrutement, y compris VINACO, responsables de la conformité ou non de leur code de conduite. Les preuves montrent que VINACO a fait exactement le contraire du code de conduite auquel ils souscrivent et ils continuent de diriger le Département sur le marché de l’aide domestique au Moyen-Orient pour s’assurer que ce système fonctionne à leur avantage. En outre, la promesse faite par le vice-ministre des Affaires internationales du travail de l’Arabie Saoudite en tant que signataire de l’accord de travail de 2014 sur le traitement juste et humain des travailleuses domestiques doit être tenue par le ministère saoudien du Travail, surtout lorsque cet accord semble avoir été renouvelé pour cinq années supplémentaires.

Pire encore, il n’y a pas de contrôle de la bonne exécution des termes des contrats. Alors que la révision de la loi vietnamienne 72 (2006), loi 69/2020/QH14 (à partir du 1er janvier 2022) interdit les frais de courtage, cette stipulation n’aide pas les travailleuses domestiques vietnamiennes lorsque le système Kafala est toujours en place : « le travailleur migrant peut mettre fin à un contrat avec une société de recrutement s’il n’est pas correctement mis en œuvre ». Le contrat est signé entre le parrain et les domestiques vietnamiennes (beaucoup n’ont pas de diplôme d’études secondaires, ne parlent que le vietnamien et ne peuvent même pas garder leur passeport) et attesté par une société de recrutement saoudienne sanctionnée par le gouvernement saoudien. Selon ce contrat commun, la société de recrutement vietnamienne et l’ambassade du Vietnam ne jouent aucun rôle en Arabie Saoudite pour protéger leurs citoyennes lorsque leurs droits sont violés et qu’elles veulent mettre fin au contrat. L’ambassade ne fait des annonces que lorsqu’un événement tragique se produit ou lorsqu’elle affirme qu’elle « ne laisse personne de côté ». Pendant ce temps, certains journaux vietnamiens ont souligné la nécessité de protéger les droits et intérêts légaux des citoyens vietnamiens lorsqu’ils travaillent à l’étranger et ont signalé des cas d’entreprises de recrutement laissant des travailleuses bloquées en Arabie Saoudite.

Au moment d’écrire ces lignes, il n’est pas certain que les commanditaires saoudiens rempliront leur part du contrat : acheter des billets d’avion pour les travailleuses qui les ont servis au-delà de la fin des contrats de 2 ans. Ce qui est clair, c’est que des centaines, voire des milliers, de travailleuses vietnamiennes veulent désespérément rentrer chez elles en avion pour rejoindre leurs familles, mais les commanditaires traînent les pieds pour leur acheter les billets d’avion. Le Covid-19 leur a donné une excuse pour continuer à exploiter ces employées qui travaillent sans relâche pour s’occuper des enfants et des familles des parrains, tandis que leurs propres familles attendent leur retour et alors que la plupart de ces travailleuses n’ont pas les moyens de se payer des billets d’avion de retour.

Si ce n’est pas du travail forcé et un esclavage des temps modernes, alors qu’est-ce que c’est ? Ce serait une moquerie vis-à-vis de la vision des normes internationales du travail, de la décence humaine et de la compassion consacrée par l’OIT, l’OIM et d’autres organisations des Nations unies de ne pas intervenir pour sauver ces travailleuses domestiques bloqués. Les gouvernements vietnamien et saoudien devraient payer les vols humanitaires pour ramener les travailleuses domestiques qui souhaitent rentrer chez elles, afin qu’elles puissent retrouver leur famille. Il est grand temps que la communauté mondiale fasse pression sur le système transnational de courtage de main-d’œuvre pour empêcher ces pratiques d’esclavage modernes.

Angie Ngọc Trần est professeur d’économie politique à la California State University Monterey Bay. Ses recherches portent sur les mouvements de main-d’œuvre au Vietnam et les modèles de migration transnationale des travailleurs migrants.

source via La Gazette du Citoyen

illustration : Une adolescente vietnamienne pleure la mort de sa mère alors qu’elle travaillait comme domestique en Arabie Saoudite (Crédit photo : Duy Nhân)

»» https://reseauinternational.net/des-travailleuses-domestiques-vietnami...
URL de cet article 37716
  

Même Thème
Agent Orange - Apocalypse Viêt Nam
André BOUNY
Si un jour existe une unité capable de mesurer la douleur et la souffrance, elle devra s’appeler Viêt Nam. « De tous les crimes de guerre, celui de l’Agent Orange au Viêt Nam est particulièrement hideux. » Noam Chomsky, membre du Comité International de Soutien aux victimes de l’Agent Orange Dow Chemical, Monsanto, Diamond, Uniroyal, Hercules… Découvrez les crimes impunis des marchands de la mort. L’effroyable réalité d’un écocide chimique Si l’histoire de l’utilisation des poisons, (venins et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.