RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

O.I.T VAINCUE PAR K.O.

Le G182, l’Organisation internationale du travail (OIT), a du souci à se faire...

Plein la bouche, ils en ont, de la gouvernance mondiale. Sarkozy fait des G4, des G8, des G20, des G27... Il s’agite beaucoup pour redonner des fonds à ses amis du Fouquet’s, à Bolloré, Lagardère, Dassault, Pinault, Bouygues, à tous ses copains/banquiers avides de recommencer à jouer dans l’économie casino qu’ils ont pourtant mise en déroute.

L’humanité travailleuse et exploitée, incrédule, observe ces gesticulations : les grands de ce monde trouvent soudain des centaines de milliards de dollars ou d’euros qu’ils n’ont jamais trouvées pour lutter contre la faim, les guerres, les pandémies, et qu’ils ont refusé de donner pour les hôpitaux, les écoles, les salaires. Sans scrupules, leurs médias mentent, habillent, dissimulent l’ampleur de la crise systémique du capitalisme : trois hommes sur cette planète possèdent plus que les 48 pays les plus pauvres, Warren Buffet, Georges Soros et autres spéculateurs continuent de s’enrichir en Bourse en détruisant des centaines de milliers d’emplois, tandis qu’actionnaires et employeurs saisissent l’aubaine, accélèrent restructurations et licenciements dans leurs usines qui font pourtant un profit maximum.

Mais on va y mettre de l’ordre, affirme Sarkozy, vous allez voir de quel bois je me chauffe... Ce faiseur de travail du dimanche, de retraite à 70 ans, ce destructeur de services publics en France, fait mine de vouloir « réguler » l’économie mondiale et de donner des ordres au jeune Barack Obama tout frais élu. « D’ici un mois », il affirme changer la gouvernance mondiale. Quelles sont ses prétentions ? « Réguler » autrement le FMI, la Banque mondiale, les Bourses, les Monnaies. Il dit bien « réguler » et non pas « réglementer ». Et il s’agit bien de protéger l’argent des riches en péril, pas de le redistribuer autrement, légitimement à ceux qui travaillent et auxquels il est confisqué.

Car sinon, on parlerait d’une autre gouvernance mondiale, celle du travail. On parlerait OIT et pas OMC, FMI. L’OIT est le seul organisme sur lequel les médias ne braquent jamais leurs projecteurs. L’OIT est le seul instrument de gouvernance mondial, ignoré, méprisé : il ne lui est pas donné de moyens de sanctions pour imposer le droit du travail. Tous les autres organismes « informels » type G8 décident et imposent sans démocratie la loi des plus forts au service des plus forts.

Mais que voulez-vous, l’OIT, ce n’est « que » 182 pays : fondée en 1919 elle défend une « déclaration relative aux principes et droits fondamentaux du travail », qui garantit aux travailleurs la possibilité de « revendiquer librement et avec des chances égales leur juste participation aux richesses qu’ils ont contribué à créer, ainsi que de réaliser pleinement leur potentiel humain ». L’OIT défend le concept de « travail décent » pour toute l’humanité. Vous imaginez si ce « G182 » disposait de la volonté politique et des moyens d’action dont disposent les autres instruments de « gouvernance mondiale » ? Mais ce n’est pas le genre de Sarkozy de s’agiter pour que l’OIT impose les normes du droit du travail décent contre la fameuse concurrence libre et non faussée. Seuls les banquiers méritent son agitation.

Gérard Filoche

Source Siné Hebdo numéro 10

version corrigée le 18/11/2008 (il fallait lire "gouvernance" au lieu de "gouvernante"...)

URL de cet article 7431
  

Même Auteur
DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule et unique raison pour laquelle certaines parties de la classe dirigeante n’aiment pas Trump, ce n’est pas parce qu’il ne défend pas leurs intérêts (il le fait), mais parce qu’il gère mal les événements et les récits d’une manière qui expose à la vue de tous la laideur de l’empire."

Caitlin Johnstone

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.