RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Obama, le dronophile !!!

Malgré le tollé général contre les raids aux drones, le président américain, Barack Obama, a défendu l’usage de ces engins militaires, qu’il a qualifiés de défense juste pour cibler les extrémistes, prétendant que ces attaques sont menées lorsqu’on s’est rassuré de ce qu’elles ne coûtent pas la vie aux civils.

Pourtant, toutes les instances des droits de l’Homme considèrent ces armements comme un instrument pour semer la terreur et massacrer les civils. Ainsi, l’ONU a demandé aux États-Unis de coopérer avec la commission d’enquête de cette organisation sur le rôle des drones dans l’assassinat des civils tandis que Human Rights Watch a jugé le massacre des civils en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen et en Somalie la manifestation flagrante de la violation des droits de l’Homme.

Il est vrai que les drones, ces armes les plus modernes et les plus controversées de l’arsenal étasunien, furent d’abord utilisées pour des vols d’espionnage et de reconnaissance, se transformant au fur et à mesure en une arme létale, équipée de missiles pour assassiner les humains. Les victimes des attaques aux drones sont plutôt des civils que des extrémistes, contrairement à ce que prétend le gouvernement étatsunien. Le Pakistan compte déjà, quelques milliers de morts civils ; le bilan est presque le même en Somalie, au Yémen et en Afghanistan sans oublier certaines régions de l’Afrique du Nord.

L’administration étatsunienne reste toutefois déterminée à utiliser ces armements. Elle semble même plus audacieuse après la mort d’au moins quatre citoyens américains, à la suite de ces attaques aux drones, qu’elle a reconnues impunément. Prônant, auparavant, une politique d’ambiguïté envers l’usage des drones, les autorités étasuniennes ont fini par assumer la responsabilité de la mort de ces derniers et d’autres civils. Or, sans se soucier désormais de la révélation de leurs méthodes inhumaines, elles peuvent procéder, plus aisément, à de telles attaques aux drones qu’elles qualifient, d’ailleurs, de « juste défense ».

URL de cet article 20731
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Vive le Che !
Jean ORTIZ
Comment expliquer en 2017 le prestige têtu de Che Guevarra, la fascination qu’il exerce encore et toujours ? Le nouvel ouvrage de Jean Ortiz propose une analyse et un point de vue fournis et argumentés, à contre-courant des poncifs et des contre-vérités qui ne manqueront pas de ressurgir en ce cinquantième anniversaire de son assassinat. Il est évident que se joue sur cette figure du combat anticapitaliste comme dans son legs au mouvement pour l’émancipation humaine, une bataille toujours aussi (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.