Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

On peut facilement commander ses livres ailleurs...

Offres d’emplois chez Amazon pour Noël : un cadeau empoisonné ?

LGS est heureux de vous donner à choisir ici entre une librairie états-unienne dont la branche française, subventionnée, fuit l’impôt (voir : http://www.legrandsoir.info/bientot-noel-nos-cadeaux-directement-payes...), et une librairie indépendante, fondée à la Libération par des résistants, écrivains, intellectuels et enseignants, qui voulurent remettre en circulation les livres que les occupants avaient interdits ou brûlés : la librairie de la Renaissance dont le versant Internet vous offre de recevoir chez vous les livres que vous choisirez parmi 1 million de titres référencés.
En même temps, vous rejetterez une forme de management et vous sanctionnerez des fuyards fiscaux.

Le Grand Soir.


Amazon veut recruter 2500 personnes pour la période de Noël. De quoi ravir le gouvernement en perdition face à un chômage galopant et des Français de plus en plus mécontents. Mais sur le papier seulement. Dans les entrepôts confidentiels du géant étasunien de la distribution en ligne, ces emplois sentent le soufre.
L’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC) imprègne désormais le monde de l’entreprise. Les méthodes de travail ont été remodelées, les bonnes pratiques du management redéfinies. Les impacts sur les conditions de travail sont tangibles, et parfois pas pour le meilleur. À tel point que l’INRS a mis en place une démarche de veille dans le but d’évaluer le rôle potentiel des TIC en matière de santé au travail.

« Les utilisateurs sont globalement insuffisamment formés sur les matériels et logiciels qu’ils utilisent, et les évolutions du système d’information des entreprises ne prennent pas suffisamment en compte leurs contraintes et leurs besoins. Alors que le numérique va continuer à se diffuser dans les entreprises, il paraît essentiel aujourd’hui que toute l’importance du facteur humain soit prise en compte dans ce changement. Si ce n’est pas le cas, le numérique sera un facteur aggravant de risques psychosociaux et il n’aboutira pas aux gains de productivité espérés », prédit Daniel Ratier, Responsable des questions des technologies de l’information et de la communication au Ministère du Travail.

Les TIC contribuent en effet à intensifier le travail : accélération des cadences via l’instauration d’activités multitâche à laquelle s’ajoute la prééminence du court terme. En outre, ces technologies, via la possibilité de renforcer le contrôle numérique des salariés, de les tracer, renforcent le lien de subordination employeur/salarié. Des pratiques rendues possibles par le manque d’encadrement des TIC et de la manière de les utiliser et qui vont dans certains cas clairement à l’encontre du droit des salariés. Amazon en est l’édifiant exemple.

Chez Amazon, « le livret des intérimaires stipule bien qu’il est interdit de parler à sa propre famille de son travail. ». Et pour cause. Pour connaître la réalité de ce qui se passait dans les entrepôts gigantesques du géant étasunien de la distribution en ligne, il a fallu des témoignages de la part d’employés et l’infiltration d’un journaliste.

« Tout a une réalité physique doublée d’une existence informatique. Les managers qui sont derrière leur ordinateur savent en temps réel, grâce à ces outils, où se trouve un livre, sur quel chariot il a été enregistré, quel intérimaire pousse le chariot, où il se déplace dans l’entrepôt, à quelle heure il s’est mis au travail en scannant son code-barres personnel, quelle a été la durée exacte de sa pause, et combien d’articles il “picke” (collecte) par heure. Cette productivité personnalisée est évaluée en permanence, et des managers viennent trouver individuellement chaque pickeur pour lui donner sa performance et le conseiller si celle-ci n’est pas satisfaisante », raconte Amélie interrogée par Libération.

« Aux outils de surveillance, il faut ajouter des centaines de caméras, des agents de sécurité qui arpentent les allées toute la journée, et qui peuvent fouiller les salariés au détecteur de métal à la sortie de l’entrepôt. Enfin, plus diffus, la peur de la délation et le fantasme d’une surveillance sans limites comptent pour beaucoup dans la docilité générale », assène-t-elle.

En mai 2013, Jean-Baptiste Malet publiait En Amazonie : Infiltré dans le “meilleur des mondes" [Fayard, en vente sur Amazon … LGS]. Là aussi, après avoir postulé et réussi à intégrer la file des pickeurs, il rend compte du minutage du temps de travail et des courtes pauses, des fouilles, du calcul de son rendement à l’aide d’un système de gestion informatisé, mais aussi de la manière dont la culture d’entreprise diffuse son emprise bien au-delà de la sphère professionnelle.

Plus récemment, c’est Free, pourtant distingué par l’Institut Great Place to Work en mars 2013, qui tenterait d’étouffer les revendications qui émergent en son sein. Tout a commencé début avril 2012, quand une dizaine de salariés de Free distribution ont fait remonter de manière anonyme « des problèmes de gestion de personnel, de conditions de travail, de rémunération et de primes variables ».

Fin août, presque tous les conseillers du Free Center de Paris décidaient de mener une action en bonne et due forme afin de dénoncer « des conditions de travail déplorables avec non respect des préconisations de la médecine du travail », « un sous-effectif chronique dans de nombreuses boutiques de France » et un système de primes « qui ne prend pas en compte l’ensemble des tâches effectuées par les conseillers ».

Chez Amazon, le syndicalisme s’organise. Cinq syndicats, venus de 5 pays se sont concertés fin juin 2014 à Berlin pour coordonner leur action. Chez Free, si les premières contestations s’élèvent, elles restent localisées. Il y a fort à parier que la résistance se structure rapidement afin d’éviter l’avènement d’une forme nouvelle de stakhanovisme dans des cellules professionnelles hautement surveillées.

Viktor


Voyez plutôt cette grande librairie indépendante en ligne :


Ce que dit ce libraire  :

Par un moteur de recherche, vous pourrez choisir parmi un million de références. Pour faciliter vos choix vous trouverez des sélections thématiques et nos coups de cœur.
Il y a une différence entre notre site et les sites qui proposent, outre des livres, des balais à gazon, des GPS ou des pinces à friser et où dans d’immenses halls des robots préparent les commandes au détriment des emplois.

Savez-vous que la librairie indépendante génère 18 fois plus d’emplois que le secteur de la vente en ligne ?

Chez nous, derrière l’écran il y a un(e) libraire pour s’occuper de votre commande avec la même qualité de service que celle que nous offrons au magasin.

La librairie indépendante est un commerce humain qui a besoin de lecteurs-clients-citoyens.
Vous pouvez aussi nous écrire, nous demander un conseil, nous faire des suggestions ou des critiques... Merci de votre confiance et de votre fidélité.

La librairie de la Renaissance est née de la Libération de Toulouse qui eut lieu le 19 août 1944. Elle fut fondée, quelques semaines après, par des résistants, écrivains, intellectuels et enseignants, qui voulurent remettre en circulation les livres que les occupants avaient interdits ou brûlés.

Alors que les troupes allemandes occupent encore une partie du pays, leur ambition est de faire renaitre le patrimoine littéraire et culturel de la France et du monde ; ils décident alors de donner à la librairie le beau nom de Renaissance.

Les libraires actuels poursuivent cette expérience en rejetant la pensée unique et le discours dominant.

Résister aujourd’hui , c’est s’ouvrir à toutes les cultures, à tous les peuples, imaginer un autre monde de solidarité, de liberté, de coopération, où chacun pourra écrire, chanter, publier, penser ou rêver librement...

Le libraire.
Pour plus de détails, pour vos commandes : www.librairie-renaissance.fr/
Tel : 05 61 44 16 32 / 05 62 14 10 07

URL de cet article 26958
   
LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.