RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Où sont donc passées les confédés ?

Nous sommes déjà en décembre. En tout et pour tout il y aura eu une manif confédérale et partiellement unitaire le 5 octobre dernier : eu égard aux graves attaques que subit le monde du travail, beaucoup de camarades pensaient déjà alors que cette date était déjà trop tardive. On nous répondait alors « en haut » qu’il fallait le temps nécessaire pour mobiliser mais qu’après ça, on verrait ce qu’on verrait.

Eh bien on a vu : ce ne sont même plus, désormais, les « journées saute-moutons » que critiquent à raison les syndicalistes de lutte, ces journées espacées et sans visée revendicative claire, c’est maintenant... le néant pur et simple de l’action confédérale et inter-confédérale. Chacun est prié de mener sa lutte sectorielle tout seul dans son coin : retraités, hospitaliers, cheminots, chômeurs, forestiers, etc.

Bref, c’est à se demander si les confédés existent encore. Rien d’étonnant s’agissant de la CFDT, cet appendice du MEDEF et de la C.E.S. que préside Laurent Berger, le « syndicaliste » qui n’a jamais mené une lutte au sein d’une entreprise privée ou d’un service public. Rien de surprenant non plus, à dire vrai, avec la confédé FO dont la dernière action d’éclat a été de virer son ex-secrétaire général, Pavageau, sans doute trop euro-critique et anticapitaliste. Mais, malgré ses dérives euro-réformistes, on aurait tout de même pu espérer mieux de la confédé CGT et de Philippe Martinez qui, en 2016, avait donné l’impression, vite démentie, qu’il donnerait un cap plus combatif à une centrale déjà passablement « assagie » par les délestages idéologiques et revendicatifs multipliés par les successeurs du vaillant Henri Krazucki.

En attendant, Macron, le grand patronat et l’UE n’y vont pas de main morte et ils auraient tort de se gêner : tout y passe, indemnités chômage, nouvelles menaces sur les retraites (64, 65, 67 ans ?), casse et euro-privatisation directe ou indirecte de la SNCF, de l’Office national des forêts, de l’hôpital public, voire de l’Education nationale, sans que la FSU et les autres syndicats enseignants demandent seulement la démission de Blanquer, l’Attila du bac national, du lycée à la française, le créateur du très discriminatoire Parcours Sup, l’homme qui a rendu 75 millions d’euros à Bercy alors qu’il faudrait ajouter des classes, embaucher des professeurs au vue des salles de classe toujours bondées !. C’est maintenant Michelin qui annonce une masse de suppressions de postes pour doper les profits alors que les ventes de l’entreprise se portent bien. Tout est fait pour que chaque organisme devienne une entreprise qui rapporte sinon c’est la porte. Meme la « France » est une entreprise pour Macron et ses amis du grand capital financier international.

Tout cela sur fond de lois liberticides et de directives européennes qui continuent de sommer le gouvernement français, d’ailleurs ravi d’obtempérer, de toujours plus privatiser, délocaliser, précariser, bloquer les salaires alors que les prix s’envolent autant que le nombre de gens mal logés, mal nourris, sans boulot sûr ni perspective de vie épanouissante pour leurs gosses.

Pas un mot non plus de la confédé CGT pour dénoncer l’énorme course aux armements dirigée par Biden et coordonnée par l’OTAN, « partenaire stratégique » de la maudite UE que nos états-majors syndicaux, piétinant l’expérience ouvrière de quatre décennies de casse, continuent de vouloir « démocratiser du dedans » alors qu’elle détruit notre pays, notre souveraineté, nos conquis sociaux, et que son arrimage à la très agressive Alliance atlantique oriente vers une « guerre de haute intensité » contre les peuples russe et chinois. Un climat sociopolitique général qui ouvre un boulevard à l’extrême droite faute de lutte réelle pour construire le tous ensemble en même temps des travailleurs actifs et retraités, des jeunes en formation et des sans travail français et/ou immigrés.

Surtout, surtout, ne troublons pas par des luttes sociales importunes un « débat » présidentiel où nul n’est pressé de poser la question d’une rupture franche avec cette « construction » euro-atlantique qui enferme les choix sociaux et politiques dans un carcan ultra-patronal, celui de l’« économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » gravée dans les traités européens.

Après quoi on pourra toujours s’égosiller contre la montée de l’extrême droite, celle des Ciotti, des Zemmour et des Le Pen : c’ est évidemment nécessaire mais cela ne sert qu’à rabattre vers Macron au second tour de la présidentielle si, dans le même temps, on ne met pas en accusation radicalement l’UE et le système capitaliste dont elle est une expression supranationale condensée, voire sournoisement totalitaire.
Camarades syndicalistes de classe, moins que jamais ne comptons sur ces états-majors confédéraux assoupis : ils ne semblent décidément pas vivre les mêmes injustices et les mêmes colères que nous. Débattons et construisons ensemble.

Car si le mouvement ouvrier de classe ne prend pas, par lui-même, et rapidement, ses propres initiatives fédératrices, un moment extrêmement dur attend certainement notre pays en terme de fascisation, de marche à la guerre, de dislocation de nos acquis de civilisation si durement conquis. Comme le disent les paroles de l’Internationale, « producteurs sauvons-nous nous-mêmes, décrétons le salut commun ».

http://www.frontsyndical-classe.org/2021/12/ou-sont-donc-passees-les-c...

Anna Persichini, métallurgiste CGT retraitée (06) - 6 decembre 2021

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/ou-sont-donc-pass...
URL de cet article 37609
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer.

Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violer des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences terribles. "

Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba entre 1987 et 1990, in "Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.