RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Qui se souvient du rapport Carla Del Ponte ?

La détention d’armes chimiques par les rebelles syriens est depuis des mois un secret de Polichinelle dont seuls les soutiens étatiques et médiatiques étrangers inconditionnels de la rébellion anti-régime de Damas persistent à en nier la réalité. Ils ne conviendront certainement pas du contraire suite à la confirmation faite hier de cette réalité par un haut responsable de la sécurité syrienne.

Et pour cause, ils ont pris le parti de n’accorder aucun crédit à une accusation de cette sorte contre leurs protégés même formulées par des sources internationales dont l’hostilité au régime de Damas plaide pour la sincérité de ce qu’elles ont rassemblé d’indices étayant que l’opposition armée syrienne détient effectivement des armes chimiques. La « doxa » que les puissances étrangères sponsorisant cette opposition ont adoptée comme ligne directrice de leur guerre de propagande diabolisante du régime de Damas est que seul le régime dispose d’un tel armement et qu’ayant été utilisé dans les affrontements il est le seul par voie de conséquence à en avoir fait usage. Bien avant l’attaque à l’arme chimique du 21 août dont ces puissances ont naturellement imputé la responsabilité aux forces loyales à Bachar El-Assad, l’alerte avait été déjà faite que la rébellion détenait ce type d’arme et qu’elle en a probablement fait usage. L’accusateur en l’occurrence n’était pas n’importe qui puisque c’était la magistrate internationale Carla Del Ponte mandatée par l’ONU pour mener une enquête sur l’usage des armes chimiques dans le conflit syrien. Qui se souvient des conclusions de cette intègre fonctionnaire internationale qui étaient franchement accablantes pour l’opposition armée syrienne ? Son rapport a eu droit à un « enterrement » de première auquel le secrétaire général Ban Ki-moon, son mandant pourtant mais peu courageux acteur politique, n’a pas peu contribué en émettant des « doutes » sur sa crédibilité. Mieux encore, Carla Del Ponte a fait l’objet « d’amicales » pressions lui ayant « conseillé » d’oublier ce qu’elle a écrit et déclaré sur le sujet.

Mais Carla Del Ponte n’a pas été la seule à affirmer que les rebelles détiennent des armes chimiques et en auraient fait usage contre la population. Des médias américains ne pouvant être suspectés de sympathie pour Bachar El-Assad ont corroboré l’exactitude des accusations de la magistrate internationale sur la base d’un authentique rapport rédigé à l’intention de la Maison Blanche par des spécialistes américains du renseignement. Ce rapport établit encore plus franchement que Carla Del Ponte la détention d’armes chimiques par la rébellion et désigne qui les a fournies à celle-ci. Le fournisseur ne serait autre que Bandar Ben Sultan, le sulfureux patron des services de renseignement et de sécurité de la monarchie wahhabite. Ce même personnage dont les services secrets occidentaux n’ignorent pas qu’il est le bailleur de fonds et le fournisseur d’armes de la plupart des groupes djihadistes salafistes affiliés à El-Qaïda qui sévissent dans le monde arabo-musulman.

Bien entendu, il n’est pas de l’intérêt des Occidentaux de créditer la « filiation » de leurs protégés avec ce sulfureux personnage qui n’a aucun scrupule à ce que la rébellion syrienne fasse usage d’armes chimiques. Alors le meilleur moyen pour eux d’éviter que cette « filiation » soit mise à nu consiste à n’aborder le problème des armes chimiques qu’en diabolisant le seul régime de Damas et à rejeter comme « absurde » l’idée même que la rébellion est susceptible d’en posséder. Bandar Ben Sultan peut continuer sans être désavoué par les protecteurs occidentaux de la monarchie saoudienne à fournir la rébellion syrienne en tous types d’armements, du sarin aux missiles. Les massacres que cela occasionne en Syrie sont et seront mis au compte exclusif du régime de Damas par la propagande anti-Bachar El-Assad qui inonde l’espace médiatique européen et américain.

Kharroubi Habib

»» Qui se souvient du rapport Carla Del Ponte ?
URL de cet article 22506
  

Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM
Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français. Editions Parangon "Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948 "Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En Occident, la guerre deviendra la norme, la guerre constante. Les gens grandiront, atteindront la maturité, deviendront adultes, avec l’idée qu’il y a toujours une guerre. Alors la guerre ne sera plus une chose exceptionnelle, inhabituelle ou horrible. La guerre deviendra la nouvelle normalité.

Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.