RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Remaniement Valls ou la droite décomplexée de la droite complexée

Reconnaissons à Manuel Valls une qualité : la franchise.

Le nouveau premier ministre n’avait il pas proposé de changer le nom du Part Socialiste : « le mot socialisme est sans doute dépassé ; il renvoie à des conceptions du XIX° siècle ».

N’avait-il pas proposé des alliances avec la droite : l’ouverture d’une « discussion avec le Modem, avec la société, les associations, les syndicats, le monde de l’entreprise aussi. »

N’avait-il pas menacé les travailleurs en lutte : « Il n’y a pas de place pour la violence, et je lance évidemment un avertissement, la police, elle fait son travail, mais on ne peut pas admettre qu’on cherche à casser l’outil de travail, à briser des mobiliers urbains, qu’on s’attaque à des édifices publics, qu’on lance des boulons sur des policiers ».

N’avait-il pas approuvé la TVA sociale de Sarkozy « Oui, la TVA sociale est une mesure de gauche ».

N’avait-il pas déclaré à propos des Roms : « les Roms ne souhaitent pas s’intégrer dans notre pays ».

N’avait-il pas déclaré être : »absolument engagé pour Israël »... sans pour autant trouver à redire au soutien apporté par Fabius aux antisémites et autres néo-nazis qui ont pris le pouvoir à Kiev.

N’avait-il pas écrit un livre d’entretiens intitulé « pour en finir avec le vieux socialisme... et être enfin de gauche ».

Le Washington Post n’écrivait-il pas le 29 juillet 2013 à propos de Valls :

« C’est un Tony Blair français, avec la même détermination, la même énergie et la même recherche de consensus avec le centre qui l’ont fait devenir Premier ministre du Royaume-Uni en 1997..../....Quand Hollande cherchera un Premier ministre dans plus ou moins un an, Valls devrait être tout en haut de sa liste. »

Voila donc réalisé le rêve américain...Voilà la réponse à l’abstention massive des citoyens français qui attendaient (combien naïvement !) une politique de progrès social en élisant Hollande à la présidence de la République.

Le chantre du social-libéralisme (social dans les mots, libéral dans les actes) est désormais chef du gouvernement. La « ligne » que lui a fixée Hollande est claire : accélérer les contre-réformes dictées par Bruxelles, notamment l’euro-régionalisation et le pacte de responsabilité avec le MEDEF qui signifie la casse des services publics et de la protection sociale pour financer la baisse des cotisations patronales... sans aucune contrepartie pour l’emploi. En échange de quoi, quelques réformettes de surface qui consisteront à prendre dans la poche droite des salariés ce qu’on feindra de leur mettre dans la poche gauche. Avec une telle politique, non seulement l’UMP et le FN vont encore monter, mais notre pays ne pourra pas éviter une crise explosive qui, si les forces franchement communistes et franchement républicaines ne passent pas très vite à l’action ensemble, peut être mortelle pour la République.

Parmi ceux qui n’auraient pas encore ouvert les yeux sur la nature de classe du PS, cet épisode sera sans doute le dernier pour déciller les plus réticents à la vérité. Le Sarkozy de « gauche » (sic) est à Matignon.

Rappelons enfin que Valls est un admirateur de Clemenceau surnommé « le fusilleur de la classe ouvrière » après la répression de la grève à Villeneuve-Saint-Georges, la ville que le FN, aidé par Dupont-Aignan, a voulu ravir au PCF lors des dernières municipales...

Pas un républicain, pas un démocrate, pas un progressiste ne peut attendre quoi que ce soit de bon de l’inquiétant M. Valls ; au contraire il s’agit là d’une véritable provocation à l’égard des forces progressistes.

Le PRCF combattra résolument ce gouvernement et appelle à l’unité de combat les communistes et les républicains.

AM – 31 MARS 2014

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/remaniement-valls-ou...
URL de cet article 25124
   

Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.