RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Réponse au ministre Payne (Communiqué de presse )

Des médecins avertissent que Julian Assange est exposé à un risque accru de coronavirus ; réfutent la réponse du gouvernement australien à leurs lettres.

La ministre des affaires étrangères (Australienne) Marise Payne nie les violations des droits de l’homme contre Julian Assange, défiant les appels croissants des experts médicaux et des droits de l’homme pour sauver la vie d’un citoyen australien.

18/03/20 - Près de 200 médecins du monde entier - dont le Royaume-Uni, l’Australie, la Suède et les États-Unis - ont aujourd’hui rejeté les affirmations du gouvernement australien selon lesquelles l’éditeur de WikiLeaks emprisonné, Julian Assange, bénéficie d’un traitement et d’un procès équitables au Royaume-Uni.

Dans une lettre adressée au ministre australien des affaires étrangères, Marise Payne, publiée aujourd’hui, Doctors for Assange déclare que le gouvernement australien doit tenir compte des appels croissants des autorités médicales, juridiques et des droits de l’homme pour qu’il intervienne afin de garantir la liberté et de protéger la vie du journaliste australien, plusieurs fois primé.

Compte tenu de la propagation de COVID-19, les médecins écrivent : "Le président de l’Association des Gouverneurs de Prisons ayant averti que les prisons sont des "terrains fertiles" pour le coronavirus, la vie et la santé de Julian Assange sont plus menacées en raison de sa détention arbitraire pendant cette pandémie mondiale".

Doctors for Assange souligne le devoir du gouvernement australien de s’opposer à la détention arbitraire de Julian Assange et de répondre à ce que l’Institut des droits de l’homme de l’Association internationale du barreau a qualifié de "choquant et excessif" le mauvais traitement infligé à Assange lors de son audience d’extradition en février.

Le mois dernier, le gouvernement australien a répondu à une lettre du 15 décembre 2019 de plus de 100 médecins qui avaient averti, avant même l’épidémie de coronavirus, que la vie d’Assange était menacée en raison de près d’une décennie de détention illégale et arbitraire au Royaume-Uni. "Cette menace ne fera que s’accroître à mesure que le coronavirus se répandra", ont-ils écrit.

Les médecins rejettent comme un "faux-fuyant" les affirmations du gouvernement australien selon lesquelles il a les mains liées parce qu’Assange aurait refusé l’assistance consulaire australienne.

"Dans le cas où les droits de l’homme d’un citoyen australien sont violés, y compris son droit à la santé, son droit à ne pas être torturé et détenu arbitrairement, son droit à un procès équitable, son droit à la confidentialité entre avocat et client et son droit à préparer sa défense, nous sommes informés de manière fiable que, mis à part l’assistance consulaire, les ministres du gouvernement peuvent plaider en faveur d’une procédure légale régulière et soulever des préoccupations concernant les violations flagrantes des droits avec leurs homologues étrangers.

"Dans le cas de Julian Assange, tous les droits de l’homme susmentionnés ont été violés, d’une manière qui met en danger sa santé et contribue à sa torture psychologique prolongée, comme l’ont évalué le rapporteur des Nations unies sur la torture et deux experts médicaux spécialisés dans l’évaluation et la documentation de la torture. Il s’agit certainement de questions pour lesquelles les ministres du gouvernement ont non seulement la capacité mais aussi l’obligation de faire part à leurs homologues britanniques de leurs préoccupations concernant les violations flagrantes des droits".

Matt Kimberley, secrétaire d’État adjoint au ministère des affaires étrangères et du commerce, a écrit à Doctors for Assange le 18 février que "nous sommes convaincus que M. Assange bénéficiera d’une procédure régulière dans le cadre de la procédure judiciaire à laquelle il est confronté au Royaume-Uni et nous sommes également convaincus qu’il bénéficiera d’une procédure régulière s’il est confronté à une procédure judiciaire aux États-Unis".

Les médecins ont déclaré aujourd’hui que la position du gouvernement australien est en contradiction avec un nombre croissant d’avis d’experts juridiques et médicaux.

"Nous, Doctors for Assange, et le rapporteur des Nations unies sur la torture, ne sommes pas les seuls groupes et autorités à s’inquiéter de la violation flagrante des droits de Julian Assange. De graves inquiétudes ont été exprimées par Amnesty International, Human Rights Watch, le Conseil des libertés civiles de Nouvelle-Galles du Sud, Reporters sans frontières, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et l’Institut des droits de l’homme de l’Association internationale du barreau (IBAHRI)".

Les médecins citent la déclaration de l’IBAHRI du 10 mars qui condamne "la conduite grossière et disproportionnée des fonctionnaires de la Couronne" dans le cas d’Assange. "Avec ce procès d’extradition, nous sommes témoins d’une grave atteinte à l’application régulière de la loi et à l’État de droit".

Dans une déclaration dénonçant la torture et l’emprisonnement de Chelsea Manning après sa libération de la prison fédérale vendredi, Doctors for Assange se sont joints aux principales autorités juridiques et des droits de l’homme pour demander le rejet de la demande d’extradition américaine, avec la perspective de nouvelles tortures aux États-Unis, notamment dans le cadre de mesures administratives spéciales.

Julian Assange risque d’être extradé vers les États-Unis en vertu de la loi sur l’espionnage concernant les publications de WikiLeaks exposant les crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan. S’il est reconnu coupable, il risque de passer 175 ans dans une prison fédérale américaine, ce qui équivaut à une condamnation à mort. Les audiences d’extradition contre Assange ont commencé le mois dernier et reprendront le 18 mai.

Doctors for Assange

Contact : info@doctorsassange.org Website : https://doctorsassange.org/

Australian Government February 18 reply to Doctors for Assange : https://doctorsassange.org/australian-government-reply-to-doctors-for-...

Doctors for Assange March 18 reply to the Australian Government : https://doctorsassange.org/doctors-for-assange-reply-to-australian-gov...

»» https://doctorsassange.org/embargoed-press-release-doctors-for-assange...
URL de cet article 35806
  

Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
D. Vanhove de formation en psycho-pédagogie, a été bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il a participé à la formation et à la coordination des candidats aux Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une soixantaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Auteur de plusieurs livres : co-auteur de « Retour de Palestine », 2002 – Ed. Vista ; « Si vous détruisez nos maisons, vous ne détruirez pas nos âmes », 2004 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.