Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Retrait des médecins cubains du Brésil : la réaction de Dilma Rousseff

* L’action précipitée et arrogante du président-élu contraint Cuba à retirer ses médecins du Brésil et peut priver des millions de personnes de soins de santé primaires.

* La politique extérieure en matière de santé annoncée sur twitter menace de faire disparaître le Programme « Plus de médecins ».

L’arrêt de l’accord entre le gouvernement cubain et l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) qui garantissait la participation de médecins cubains au Programme « Plus de médecins » a été causé par les déclarations intempestives du président-élu Jair Bolsonaro qui ignore les normes diplomatiques devant prévaloir dans les relations entre deux pays et exigeant qu’on respecte les accords légalement signés et qu’on prête l’attention nécessaire aux accords de coopération entre les nations.

L’accord qui s’interrompt concerne la coopération tripartite – le Brésil, l’OPS et Cuba – grâce à laquelle l’OPS garantissait des médecins au Brésil dans les termes et conditions négociés au préalable avec Cuba, en vue d’améliorer la couverture des soins de santé primaires dont bénéficie la population brésilienne. L’interruption du Programme sera une perte irréparable à court et à moyen termes pour la population la plus modeste. Créé durant ma présidence, le Programme avait jusqu’en 2016 offert des soins médicaux à 63 millions de Brésiliens et de Brésiliennes, dont beaucoup n’avaient eu accès jusqu’alors à des personnels de santé. En fait, 700 communes du pays ne disposaient même pas d’un seul médecin pour prendre en charge la population locale.

Le futur président du pays a déclaré de manière réitérée sur twitter qu’il suspendra les termes de cet accord, ce qui aura de très graves conséquences : des dizaines de millions de Brésiliens se retrouveront privés de soins de santé primaires sur tout le territoire national.

La décision du président-élu a été unilatérale et irrespectueuse, après avoir critiqué sur twitter les termes de l’accord signé durant ma présidence et même renouvelé sans modification par le gouvernement de Temer. Ces déclarations d’une arrogance absolue ont fait fi des attitudes diplomatiques nécessaires dans les relations entre les pays. Et le plus grave est que tout ceci s’est fait sans consulter les signataires de l’accord – l’OPS et le ministère cubain de la Santé publique. Ces déclarations irréfléchies et autoritaires peuvent même rebuter des médecins d’autres pays qui participent de façon minoritaire au Programme « Plus de médecins ».

Faisant preuve d’une indifférence agressive envers les clauses établies sous la supervision de l’OPS, le président-élu a annoncé qu’il imposera des contrats individuels aux participants étrangers au Programme « Plus de médecins », le passage d’examens de connaissances et la revalidation des titres, ainsi que le paiement direct, ignorant le fait que le gouvernement cubain verse intégralement leurs salaires aux médecins concernés. Il semble ignorer qu’aux termes de l’accord, l’OPS, institution supranationale, engageait les médecins d’une manière collective auprès du ministère cubain et garantissait leur qualification par l’intermédiaire de ce même ministère. L’exigence de soumettre les médecins étrangers à un examen au Brésil ne peut être considérée, sans aucun doute, que comme un geste de mépris, xénophobe et arrogant, à l’égard de professionnels de la santé de pays étrangers. D’autant que les ministères brésiliens de la Santé et de l’Éducation supervisaient le travail de tous les médecins et évaluaient leur action.

Une étude réalisée par l’Université de Minas Gerais à la demande de mon gouvernement a prouvé que 95 p. 100 de la population approuvait le travail des médecins qui participaient au Programme, sans distinction de nationalité, et que 90 p. 100 des bénéficiaires ont donné à « Plus de médecins » une note de 8 à 10.

En avril 2016, le Programme pouvait compter sur 18 240 médecins, en majorité Cubains, grâce à l’accord passé entre le gouvernement brésilien et l’OPS. Les médecins cubains ont été essentiels pour couvrir les places du Programme. Lors de la convocation initiale, les médecins brésiliens ne se sont pas présenté comme candidats en quantités suffisantes, et il a fallu ouvrir le Programme aux médecins latino-américains ; finalement, comme la moitié des places n’étaient toujours pas couvertes, un accord a été signé avec l’OPS pour convoquer des médecins cubains, parce que Cuba est le pays qui affiche la proportion la plus élevée de médecins par quantité d’habitants au monde – 6,7 pour 1 000 habitants – ainsi qu’une expérience et une compétence reconnues en ce qui concerne la coopération internationale en matière de santé.

Je rappelle qu’en 2013, le Brésil ne comptait que 1,8 médecin pour 1 000 habitants. Moins que le Mexique, l’Uruguay et l’Argentine. Compte tenu du rythme de formation universitaire de cette année-là, l’objectif de 2,7 médecins pour 1 000 habitants ne serait atteint qu’en 2035. Voilà pourquoi le Programme « Plus de médecins », non content de permettre de distribuer des médecins dans les périphéries des grandes villes, dans les départements indigènes, dans l’intérieur du pays et dans les petites communes, prévoyait la création de nouvelles facultés de médecine. Cette initiative a malheureusement été suspendue par le gouvernement putschiste de Temer.

Le mépris affiché par Bolsonaro envers les médecins cubains et d’autres étrangers participant au Programme est un attentat contre la population la plus pauvre de notre Brésil qui ne bénéficiera plus de professionnels courageux et compétents en matière de soins de santé primaires. C’est en plus une attitude autoritaire qui révèle son incompétence, parce qu’elle rompt unilatéralement un accord signé avec une organisation de santé respectée et reconnue à l’échelle internationale. Bref, elle prouve que le président-élu n’a pas la moindre idée de ce que signifie la coopération internationale en santé, et qu’il fait passer ses préjugés avant l’intérêt de la population, en rompant par twitter interposé un accord soigneusement négocié entre des pays et une organisation multilatérale.

La population brésilienne a bénéficié de la compétence généreuse des médecins cubains, auxquels le gouvernement brésilien devrait savoir gré de leur solidarité fraternelle. Je leur rends hommage et les en remercie. Les Brésiliens regretteront le travail de ces médecins consacrés et généreux. (Tiré de Dilma 133) (et de CubaDebate)

Dilma Rousseff

Traduction : Jacques-François Bonaldi

EN COMPLEMENT : voir la Déclaration du ministère cuba de la santé publique

URL de cet article 34097
   
Communication aux lecteurs
N’extradez pas Julian Assange ! #FreeAssange #Unity4J
Via Wikileaks, Julian Assange a rendu un fier service au monde entier, en rendant compte des crimes de guerre américains, de l’espionnage de leurs alliés, et d’autres secrets peu reluisants des organisations, entreprises et régimes les plus puissants de la planète. Cela n’a pas fait de lui l’ami de l’État profond américain. Tant Obama que Clinton ou Trump ont déclaré que son arrestation devrait être une priorité. Récemment, nous avons reçu la confirmation [1] qu’il a été inculpé en secret de manière à le faire extrader vers les USA aussitôt qu’il aura pu être arrêté.

suite : https://internal.diem25.org/fr/petitions/1


Vous avez une minute ?

La Nuit de Tlatelolco, histoires orales d’un massacre d’Etat.
Elena Poniatowska
« Pour le Mexique, 1968 se résume à un seul nom, à une seule date : Tlatelolco, 2 octobre. » Elena Poniatowska Alors que le monde pliait sous la fronde d’une jeunesse rebelle, le Mexique aussi connaissait un imposant mouvement étudiant. Dix jours avant le début des Jeux olympiques de Mexico, sous les yeux de la presse internationale, l’armée assassina plusieurs centaines de manifestants. Cette histoire sociale est racontée oralement par celles et ceux qui avaient l’espoir de changer le Mexique. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme devrait être plus proche de la science. Dans la mesure du possible, les faits devraient être vérifiables. Si les journalistes veulent préserver une crédibilité à long-terme envers leur profession, c’est dans cette direction qu’il faut aller. Avoir plus de respect pour les lecteurs.

Julian Assange


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.