Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Rien qu’une guerre pour faire fructifier l’appropriation privée des moyens de production

La France vient donc de s’offrir le luxe d’apparaître comme le pays le plus agressif au monde. En attendant de voir ce que sera le prix à payer, dans les prochaines années, pour l’annonce d’une telle folie meurtrière, nous pouvons déjà craindre quelques conséquences à caractère économique. Mais une guerre en Syrie, pour quoi faire ?

Les tout derniers événements nous ont fourni la preuve de ce phénomène, tout de même inquiétant, qu’en matière d’intervention guerrière, la Grande-Bretagne monarchique se révèle être soumise à des freins qui, dans la France dite républicaine, n’existent pas. Cameron a été bloqué en Syrie par le Parlement britannique, quand Hollande n’aurait pas pu l’être par le Parlement français.

Sans qu’il soit nécessaire de s’y étendre ici, il ne sera peut-être pas inutile de souligner que, du fait de son schéma institutionnel, la France est susceptible de se transformer très vite, selon la pression des circonstances, en un fascisme plus ou moins déguisé, voire en une dictature militaire (article 16).

Rappelons que, dans le discours (vidéo toujours disponible sur Internet) que François Hollande est allé prononcer à l’ONU le 25 septembre 2012, il a fourni une liste tronquée des droits de l’homme dont la France serait garante depuis la Déclaration de 1789. S’il a bien cité la liberté, la sûreté, la résistance à l’oppression, il a oublié la propriété...

Il n’y a évidemment aucun hasard. En effet, l’éventuelle intervention en Syrie n’aurait rien à voir avec les trois droits en question qui ne sont qu’un effet d’affichage. Elle répond, comme tout ce qui sous-tend les activités impérialistes, aux nécessités que porte en lui le seul droit inviolable et sacré proclamé en 1789 : la propriété. Pour le dire en un petit bout de phrase : la Syrie actuelle n’est pas suffisamment perméable à la rotation internationale de la propriété privée des moyens de production sous sa forme la plus souple et la plus puissante : la finance internationale.

Quant au Qatar, il a découvert une sorte d’animal sauvage, la France, qui n’a besoin de personne d’autre que de son seul président de la République pour prétendre se jeter – en dehors même de toute décision de l’O.N.U., nous avons fini par l’apprendre de la bouche de François Hollande – sur la cible qu’on lui désignera : un jour la Libye, l’autre la Syrie.

Or, comme on le sait, François Hollande est issu de la promotion Voltaire de l’E.N.A. Et curieusement, il vient aussi d’inaugurer le lycée Voltaire de Doha après que Nicolas Sarkozy en a choisi, à l’époque de sa présidence, la dénomination.

Que vient faire Voltaire en une telle rencontre de haut vol ?

Pour une réponse motivée : http://voltairecriminel.canalblog.com

»» http://www.cunypetitdemange.sitew.com
URL de cet article 23335
   


Vous avez une minute ?

1914-1918 La Grande Guerre des Classes
Jacques R. PAUWELS
Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pouvoir. Mais cette élite, restreinte, craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale. Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ? C’est la thèse magistrale du nouveau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La propriété privée nous a rendus si stupides et si bornés qu’un objet n’est nôtre que lorsque nous le possédons.

Karl Marx


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.