RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Sarkozy : la grande Kermesse des candidats libéraux... par Yves Agapé.








16 janvier 2007.


A la grande foire de la porte de Versailles, on trouve de tout, des promesses de tout et de son contraire, les projets les plus mirifiques comme ces inventions que les bateleurs vous vendent avec le talent du commercial né, et en plus souvent moins cher que gratuit...

N’avez-vous pas vu ce produit miracle qui rend serein même les plus énervés congénitaux ? Si si cela existe. Et cette autre formule qui permet à un homme politique habitué à manger dans les assiettes de l’extrême droite de la table venir manger au râtelier à gauche ? Vous en goûterez bien un peu ? Plus c’est gros, plus c’est bon en général, selon les théories du vieux penseur de la « vieille Europe » J. Goebbels. Il y a aussi des stands où l’on rase totalement gratis et où on repart avec des tongues ou des préservatifs au portrait du chef : plus un seul SDF en deux ans, tout le monde au travail, des logements pour tous, des revenus « à l’américaine » pour tout le monde, la croissance à deux chiffres et propre pour la planète en plus ; c’est pas merveilleux cette campagne libérale qui ressemble tant à la blague de l’enfer libéral (avant et après campagne) ?

Bon d’accord, on se réveille de ces fêtes un peu trop bruyantes, de ces moments d’euphorie qui suivent, brièvement, la joie d’avoir crû acheter chez le bateleur du mois, l’objet inutile le plus utile de la décennie, que dis-je, du siècle, parfois avec la gueule de bois ; les kermesses, cela n’a qu’un temps. Et tant pis si les heures sup’ après ne sont pas payées, si les salaires ne montent pas sous la pression du grand patron de la foire, celui qui loue les stands, si les retraites deviennent libellées en « stock-options » qui fondent en moins de temps qu’il ne faut à un iceberg libéral pour fondre sous l’effet du réchauffement climatique. Tant pis si sous l’effet de ces marchands de foire, les soins ne sont plus pris en charge, les inégalités se creusent, laissant le pauvre demeuré avec son rêve américain retrouver le chemin de l’ANPE ou du RMI parce qu’il a crû à un emploi que le taulier à préféré refiler à un chinois, rapport à la restriction budgétaire d’après campagne (toujours la bonne blague de l’enfer libéral). On nous aura tout promis. Et en cela, le taulier de la foire est bien le digne successeur de son ancien patron qui lui a appris tous les bons trucs de la roublardise.

Mais enfin réfléchissez bien qu’en vous rentrerez de la foirfouille de Versailles, celle dont le décor en carton pâte a tout de même coûté plus de 3 millions de nos (vos) euros : quand vous revenez avec votre presse purée miraculeux, votre épluche carottes révolutionnaire, ou votre préservatif signé du chef au goût de fiel... êtes-vous prêt pour cela à renoncer à vos écoles pour les enfants, à vos hôpitaux pour les vieux, à vos tribunaux pour la Justice, à vos policier pour la sécurité publique, à vos pompiers pour le salut publique,... ? Ne croyez-vous pas que le bateleur de la foire, celui que vous avez admiré avec jubilation vous vendre sa salade, celui là même qui voudrait désormais manger et vous voir manger à tous les râteliers... Ne croyez-vous pas que demain, il mettra le même talent à les vendre aux plus offrants, vos écoles, vos hôpitaux, vos tribunaux, vos commissariats, vos casernes... et bientôt vos emplois, voire votre voix ? N’a t’il pas lui-même un patron qui lui dit qu’il faut respecter les lois de l’offre et de la demande ? De la liberté du marché ? On fait du business non dans une foire expo ?

C’est cela la foire. Bienvenue à la foire d’empoigne où la « main invisible du marché » distribue ses gnons à chacun dans la plus grande confusion et le plus grand hasard, sauf à ceux qui sont déjà fortunés et qui le seront encore plus si par malheur la France décidait de passer à la « France d"après ».

Yves Agapé



L’UMP - Sarkozy pour la "liberté de travailler le dimanche", par Gérard Filoche.




URL de cet article 4622
  

La traque des lanceurs d’alerte
Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nos sociétés sont des bidonvilles intellectuels. Nos croyances sur le monde et les autres ont été créées par le même système qui nous a dupés dans des guerres successives qui ont tué des millions de personnes.

Julian Assange

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.