RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Novartis veut fermer la « pharmacie des pauvres », Damien Roustel.










L’ Humanité, 15 janvier 2007.


Brevets. Médecins sans frontières lance une campagne contre la multinationale du médicament suisse qui a décidé d’attaquer l’Inde, principal producteur de médicaments génériques et bon marché.


L’histoire semble se répéter. En 2001, 39 compagnies pharmaceutiques avaient attaqué en justice le gouvernement sud-africain dans le but d’annuler une loi qui diminuait le prix des médicaments. Sous la pression de nombreuses associations, ces laboratoires avaient finalement retiré leurs plaintes. Aujourd’hui, le suisse Novartis récidive mais cette fois-ci contre la législation indienne sur les brevets. Médecins sans frontières s’alarme des conséquences négatives pour des millions de malades dans le monde en cas de victoire de Novartis. L’ONG a mis en ligne sur son site une pétition pour forcer cette entreprise à abandonner ses poursuites. Annick Hamel de MSF nous explique les enjeux de ce procès dont la prochaine audience aura lieu le 29 janvier.


Sur quelles bases le laboratoire suisse Novartis attaque-t-il l’Inde ?

Annick Hamel. En 2005, l’Inde a dû se mettre en conformité avec certaines règles de l’Organisation mondiale du commerce relatives à la propriété intellectuelle. Cela concernait notamment la délivrance de brevets pour les médicaments. Le gouvernement indien a donc fait voter une loi nationale mais les parlementaires ont précisé dans ce texte que seuls les médicaments apportant de réelles innovations pourraient être brevetables. C’est cet article-là que Novartis conteste.


La loi indienne contrevient-elle aux règles de l’OMC ?

Annick Hamel. Pas du tout, puisque l’OMC elle-même annonce qu’un médicament doit être nouveau et inventif pour qu’il soit considéré comme une innovation. L’OMC édicte des principes. Il appartient ensuite à chaque pays de les transcrire dans sa législation. L’Inde ne fait qu’interpréter un principe de l’OMC. Mais ce qui s’est passé, c’est que le laboratoire Novartis s’est vu refuser un brevet sur un de ses médicaments anticancéreux (le glivec), une molécule qui existait déjà en Inde sous la forme d’un médicament générique. La modification réalisée sur le glivec n’a pas été jugée suffisamment innovante pour mériter un brevet. Novartis a fait appel de ce refus et, de manière à éviter que cette défaite se répète, a décidé de remettre en cause la loi indienne.


Pourquoi les brevets sont-ils tant recherchés par les entreprises ?

Annick Hamel. Une compagnie qui détient un brevet dans un pays peut empêcher d’autres fabricants de produire ou de commercialiser ce médicament dans ce pays pendant toute la durée du brevet qui, selon les règles de l’OMC, est de vingt ans minimum. Cela donne ainsi la possibilité aux compagnies de vendre leurs médicaments à un prix élevé dans tous les pays où elles détiennent des brevets, puisqu’il n’y a, localement, aucun autre concurrent. Près de 10 000 demandes de brevet sont en attente en Inde.


En cas de victoire de Novartis, quelles peuvent être les conséquences pour les patients consommateurs de génériques indiens ?

Annick Hamel. Leur vie est en jeu. Les médicaments produits en Inde sont parmi les moins chers au monde. Plus de 50 % des médicaments utilisés dans les pays en développement pour traiter les malades du VIH (sida) proviennent de ce pays, véritable « pharmacie des pauvres ». Ces médicaments sont également utilisés pour soigner 80 % des 80 000 patients malades du sida suivis dans les programmes de MSF. L’utilisation de génériques indiens a permis de ramener le coût du traitement de 10 000 à 200 euros par an et par patient. Deux millions de personnes atteintes du sida dans le monde en développement reçoivent actuellement un traitement. Ces patients ont accès aux plus vieux antirétroviraux. Mais tous les malades ont besoin de changer de médicaments au fil des années car l’organisme s’adapte et résiste. Pour obtenir des nouveaux médicaments innovants à des prix abordables, ils devront attendre la fin de la durée du brevet, soit vingt ans ou mourront avant.

Entretien réalisé par Damien Roustel.


- Source : L’ Humanité www.humanite.fr



Le coût des remèdes est un cancer galopant, Léo-Paul Lauzon.






URL de cet article 4619
  

George Corm. Le nouveau gouvernement du monde. Idéologies, structures, contre-pouvoirs.
Bernard GENSANE
La démarche de Georges Corm ne laisse pas d’étonner. Son analyse des structures et des superstructures qui, ces dernières décennies, ont sous-tendu le capitalisme financier tout en étant produites ou profondément modifiées par lui, est très fouillée et radicale. Mais il s’inscrit dans une perspective pragmatique, non socialiste et certainement pas marxiste. Pour lui, le capitalisme est, par essence, performant, mais il ne procède plus du tout à une répartition équitable des profits. Cet ouvrage est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un lorsque son salaire lui impose de ne pas comprendre."

Sinclair Lewis
Prix Nobel de littérature

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.